Se lancer

Devenir Freelance Digital Nomad : 3 questions à Ambroise Debret

Publié
Freelance Digital Nomad

Personnellement, c’est le métier de Blogueuse Professionnelle qui m’a séduite pour devenir Digital Nomad.

Mais peut-être que toi tu te sens plus attirée par une activité de “Freelance” : Rédacteur web, Copywriter, Assistant virtuel, Graphiste, Développeur web, Traducteur

Fin 2019, j’ai fait la connaissance d’Ambroise Debret, qui accompagne (comme moi), les personnes à devenir Digital Nomad. Mais lui accompagne plus spécifiquement ceux qui veulent adopter un certain type d’activité : le freelancing.

Le feeling est bien passé entre Ambroise et moi, donc nous avons décidé de devenir partenaires, en parlant de nos formations respectives à nos communautés respectives.

Dans cet article, tu découvriras :

  1. Comment trouver ton premier client en freelance ;
  2. Comment créer un revenu suffisant et stable ;
  3. Comment organiser ton espace de travail et tes horaires en voyage ;
  4. “Freemote”, la formation d’Ambroise pour apprendre à devenir Freelance Digital Nomad en douze semaines.

 

Tu préfères regarder ça en vidéo ? Clique ci-dessous :

Tu peux aussi retrouver tout ça au format podcast :

 

Ambroise Debret, spécialiste des Freelance nomades

J’ai fait un parcours classique : Ecole de commerce, CDI… 

Ce n’était pas assez, je voulais créer des choses par moi-même.

J’ai découvert monde des Digital Nomads en 2014.

J’ai testé différents formats pour gagner ma vie à distance : ecommerce, monter une startup…

 

Je me suis rendu compte que le meilleur moyen de gagner ma vie en voyageant était d’être freelance : offrir mes compétences à des entreprises.

En marketing digital dans mon cas.

 

Depuis 2019, j’aide ceux qui veulent devenir Digital Nomad Freelance, comme moi.”

 

Freelance vs. autres entrepreneurs : quelle est la différence ?

“Un Freelance, c’est quelqu’un qui va vendre ses compétences à des entreprises ou à des individuels.

Soit sous la forme d’heures, de banques d’heures.

Soit sur la forme de forfaits qui se répètent.

 

Les autres indépendants sont des entrepreneurs qui créent quelque chose qui les dépasse.

Que ce soit un produit physique, un produit d’information.

Ou créer un système qui emploie des personnes pour réaliser cette vision-là.”

 

Les deux sont très flexibles :

Moi je suis Freelance ET entrepreneur ET employé (car je donne un cours à HEC)”

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Résolution 2018 : 5 règles d'or pour réussir à la tenir

Ambroise est donc un slasheur.

Et nous dit qu’on peut être Slasheur avec ces différents formats de travail : Freelance / Entrepreneur / Salarié.

 

Comment devenir Freelance Digital Nomad en 3 question

Question #1 : Comment trouver son premier client quand on n’a pas d’expérience ?

Réponse d’Ambroise :

Commencer par son réseau

“On suppose que la personne a une compétence, quelque chose qu’elle sait faire, même si elle n’a pas d’expérience.

Et que cette compétence a un potentiel économique.

 

La prochaine étape est de définir comment cette personne-là va trouver des clients.

Il y a différentes manières de faire.

 

La plus facile est d’utiliser son réseau (tout le monde a un réseau, du fait de sa famille, ses études…) :

  • On prend des nouvelles de la personne.
  • Quand la personne nous retourne la question, expliquer qu’on se lance dans notre nouvelle activité freelance.
  • Lui demander si elle a des besoins dans ce domaine”

 

Créer un portfolio ou proposer une période de test

“Un des blocages qu’on peut avoir est de démarcher les entreprises qui ne nous connaissent pas.

Mettez-vous à la place de l’entreprise : elle n’a aucune preuve de vos compétences.

 

Ce qu’il faut réussir à construire au début, c’est un portfolio.

On peut le construire via son projet personnel.

Exemple : un blog, si tu es Rédacteur Web.

 

Ou bien on peut proposer une période de test du service qu’on veut offrir : une semaine ou quelques heures.

Pour montrer qu’on sait faire ce qu’on avance.

Et en général, ça finit par un contrat.

Et ça devient une preuve supplémentaire pour les futures entreprises à prospecter.”

 

Question #2 : Comment créer un revenu suffisant et stable en tant que freelance nomade ?

Réponse d’Ambroise :

Faire une veille et créer du contenu

“On peut soit faire de la prospection : aller directement contacter des entreprises

Avoir un service bien défini, bon positionnement

Contacter par Linkedin ou email

Soit aller trouver contrats sur plateformes freelance (Malt, Upwork, Freelancer.com…)

 

Soit ce sont les prospects qui vont te trouver.

Parce que tu auras fait du contenu : donné une présentation à un événement, ou autre.

 

Ces choses-là, beaucoup les considèrent “one shot” : ils envoient plein d’emails sur Linkedin.

Puis ils se mettent à fond dans le contrat qu’ils obtiennent. 

Puis le contrat s’arrête et ils n’ont pas de client derrière.

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  [21/27] Comment Valider tes Idées de métier ? | PODCAST "Trouver Sa Voie"

Le mieux, pour éviter cet effet yo-yo, est de faire un mix de ces différentes stratégies :

  • Envoyer 10 ou 15 messages sur Linkedin par jour ;
  • Aller tous les jours ou toutes les semaines sur Upwork, pour voir ce qu’il y a de nouveau ;
  • Créer du contenu en continu, pour prouver sa valeur, sa crédibilité : le jour où une entreprise a besoin de quelqu’un pour ce service, elle pensera à toi car tu seras resté.e dans son esprit.

 

Fidéliser les clients

“On peut proposer un forfait au client pour un service mensuel.

Par exemple, un service de sécurité ou maintenant pour les développeurs web.

Ou des services transversaux (proposer du marketing, en plus du développement).

Ou s’associer avec d’autres freelance qui ont des compétences complémentaires, et obtenir des client via cette personne.”

 

Y aller progressivement

“Avant de passer à 100% nomade, il vaut mieux commencer en parallèle de son travail, observer ce que ça donne, et quand ça prend bien et qu’on a assez de revenus, passer à 100% sur cette activité-là.

A noter que, pour les aspirants nomades, il est plus facile de convaincre un client en le rencontrant physiquement.

Ne pas hésiter à passer voir ses clients quand on voyage aussi.”

 

Question #3 : Comment organiser son espace de travail et ses horaires quand on se déplace ?

Réponse d’Ambroise :

Organiser son espace de travail : lieux et accessoires

“Pour être productif quand on travaille en voyageant : travailler dans des cafés, espaces de coworking ou depuis chez soi.

 

J’utilise quelques accessoires qui me permettent d’être bien productif :

  • Un pied pour surélever l’ordinateur
  • Un clavier
  • Des écouteurs qui coupent le bruit

 

Horaires : adapter aux clients

“Voir les besoins de vos clients : est-ce que vous pouvez travailler de façon asynchrone ou vous avez besoin d’être tout le temps au téléphone avec eux ?

Dépend du fuseau horaire : si vos clients sont au Canada et que vous habitez en Asie, vous aurez douze heures de décalage.”

 

Horaires : se connaître et créer sa routine

“Trouver une routine, se connaître, savoir de quoi on a besoin en termes d’horaires : moi je travaille mieux le matin par exemple.

Il n’y a pas de réponse finale pour tout le monde, ça évolue avec le temps.

 

Voyager avec des personnes non nomades

L’année dernière, j’ai passé cinq jours à Lisbonne avec des amis.

Moi j’avais un service minimum pour mes projets, j’avais aménagé mon travail.

Mais je travaillais le matin deux heures, ensuite j’allais faire les visites avec eux, puis je travaillais à nouveau dans un café en fin de journée, avant d’aller au restaurant ou quoi.

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  [27/27] "Est-ce que j’en serai capable ?" | PODCAST "Trouver Sa Voie"

C’est sûr que c’est plus fatiguant.

Quand j’ai commencé à voyager, je voulais continuer à voyager autant que si j’étais touriste.

Mais j’ai compris l’intérêt du “Slow travel” : voyager plus lentement pour que ce soit moins fatiguant.

 

Et puis quand tu voyages, il y a la partie où tu dois travailler, la partie tourisme, et le travail de recherche (où tu vas dormir, ce que tu vas faire, comment tu te déplaces…), qui prend du temps et de l’énergie.”

 

Freemote : la formation d’Ambroise pour devenir Freelance Digital Nomad

Freemote est un accompagnement de douze semaines (3 mois), avec lequel on passe par toutes les étapes qu’il faut pour devenir freelance digital nomad.

La formation contient :

  • 12 modules vidéo d’une heure chacun ;
  • Des coachings de groupe deux fois par mois

Certains des participants m’ont dit qu’ils ont suivi plusieurs formations, et que c’est la seule  qu’ils ont finie, grâce à cette dynamique de groupe : on se soutient, on se donne du feedback quand quelqu’un fait son logo, son site, etc.”

 

Etape 1 : vérifier que l’activité freelance que tu veux lancer te correspondre

“Peu importe si tu as déjà des compétences ou un métier que tu connais déjà, on repart de la base pour vérifier que ça correspond vraiment à ta personnalité, et qu’il y a un potentiel économique.

 

Etape 2 : Construire ton offre

Ensuite, on construit ton offre, ta marque personnelle.

Là ce sont toutes les étapes de vente.

Jusqu’à ce que tu aies une activité stable, rentable, et nomade.

Avec un peu tout ce dont on a parlé sur être productif en voyageant.

 

Inscriptions ouvertes jusqu’au mardi 21 janvier 6h du matin, heure de Paris (20 janvier minuit, heure de Montréal).

 

Ca t’intéresse ?

Clique ici pour accéder à la page d’information et d’inscription de la  formation FREEMOTE, une formation partenaire du blog LesNouveauxTravailleurs (ce qui veut dire que ce lien est un lien affilié et que je toucherai une commission si tu achètes cette formation).

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.