A propos

Bonjour, je m’appelle Isis. ūüôā

(J’en profite pour pr√©ciser qu’Isis est mon vrai pr√©nom, puisqu’on me demande parfois pourquoi j’ai “choisi ce pseudo” hihi).

Depuis mes 14 ans, je fais attention √† choisir des orientations scolaires et professionnelles dans lesquelles je pourrai m’√©panouir.

J’ai choisi un Bac ES, malgr√© les incitations de la conseill√®re d’orientation du coll√®ge √† faire un Bac S, sous simple pr√©texte que j’√©tais bonne √©l√®ve et que c’√©tait la voie des “√©lites”. Mais moi je voulais une fili√®re plus g√©n√©raliste et polyvalente.

J’ai choisi une pr√©pa Cachan plut√īt qu’une pr√©pa HEC, parce que je voulais qu’on m’encourage, pas qu’on d√©truise mon estime de moi (c’√©tait les √©chos que j’avais eus de la pr√©pa HEC).

Je suis finalement partie en Ecole Sup√©rieure de Commerce, parce que j’avais besoin de quelque chose de plus concret, moins asbtrait que ce que j’avais √©tudi√© en pr√©pa Cachan.

Au cours de mes stages, je me suis petit √† petit dirig√©e vers les startups plut√īt que les grandes entreprises, pour pouvoir avoir des postes plus polyvalents et plus de libert√© d’initiative.

***

En 2015, j’ai v√©cu un conflit int√©rieur difficile.

Parce que le manager de la startup dans laquelle je faisais mon stage de fin d’√©tudes avait des pratiques qui allaient √† l’encontre de certaines de mes valeurs.

Il √©tait centr√© sur l’optimisation et l’efficience du r√©sultat du travail de nos prestataires, alors que moi j’√©tais centr√©e sur la relation que j’essayais de cr√©er avec eux.

J’ai d√©cid√© que plus jamais je ne travaillerais pour une entreprise dont je ne partage pas les valeurs.

 

En 2016, alors que je cherche mon premier CDI, je me sens emprisonnée.

J’ai d√©j√† un appartement √† Paris.

Comme je n’ai plus de salaire, ce sont mes parents qui le payent.

Je veux me sortir de l√†, devenir ind√©pendante financi√®rement de mes parents pour qu’ils n’aient plus √† payer.

Au fond de moi, je sais que j’ai l’√Ęme d’une entrepreneure.

Mais je n’ai pas le temps de cr√©er une entreprise et d’attendre ces revenus-l√†.

Et puis je ne saurais même pas quoi faire.

Alors je cherche un CDI.

 

J’ai l’impression que c’est ma seule option √† court terme.

Et ça, ça me gêne.

La liberté est une valeur très forte chez moi.

Alors je n’aime pas cette sensation d’emprisonnement.

Je décide que je veux devenir complètement indépendante financièrement.

Pour pouvoir CHOISIR de rejoindre une entreprise si j’ai envie.

Et pas d’y √™tre CONTRAINTE pour des raisons financi√®res.

 

En attendant, je trouve un CDI dans une startup, en tant que Webmarketeur.

En parallèle, je cherche comment devenir indépendante financièrement.

Investir en immobilier ? Nah, pas mon truc.

J’aimerais plut√īt gagner ma vie sur la base de quelque chose que je cr√©e moi-m√™me.

Via mon travail en fait.

 

Environ 3 mois plus tard, je découvre que le Blogging est un métier dont on peut vivre.

(Gr√Ęce √† un blogueur/Youtubeur que je suivais depuis un ou deux ans : Olivier Roland)

Et qu’il permet de voyager plusieurs mois par an.

Je me rends compte que ce serait ma vie de rêve.

J’adore √©crire, et j’ai d√©j√† cr√©√© plusieurs blogs sur mon temps de loisir.

Pouvoir en faire mon métier, ce serait juste génial !

 

Je d√©cide que c’est ce que je veux faire.

J’embarque dans la formation “Blogueur Pro” d’Olivier Roland.

Je sais que j’ai besoin de ne pas √™tre seule si je veux r√©ussir.

D’avoir quelqu’un pour me guider pas √† pas.

Mais aussi d’√™tre en contact avec d’autres apprentis blogueurs.

Je me mets en tête que ça mettra trois ans à développer mon blog et gagner ma vie avec.

Alors je décide de commencer ça en parallèle de mon CDI.

 

Le même mois (juin 2016), je participe à un Startup Weekend à Paris.

J’y rencontre Maxime, et son projet PackYourSkills :

Le “wwoofing” de l’entrepreneuriat social.

Le principe : pouvoir √™tre log√©/nourri par un entrepreneur social √† l’√©tranger, en √©change d’une mission avec ses “vraies” comp√©tences professionnelles.

J’ai des papillons dans le ventre en entendant le pitch du projet.

Je rejoint l’√©quipe de Maxime pour le weekend.

J’ai d√©j√† essay√© de monter un projet entrepreneurial l’ann√©e d’avant.

Et √ßa n’a pas march√© √† cause de diff√©rents de vision entre les membres de l’√©quipe.

Mais l√†, √† la fin du weekend, je me dis que je m’entendrais bien professionnellement avec Maxime.

Alors je lui propose de contribuer au projet.

 

Après quelques discussions, Maxime me propose de devenir co-fondatrice du projet avec lui.

C’est parti pour une aventure qui durera un an et demi.

En parallèle de mon CDI et du lancement du blog.

 

Je mets 5 mois à trouver le sujet de mon blog.

Au début, je ne trouve rien qui me passionne assez.

Alors je me laisse vivre.

Dans mon CDI, certaines choses m’agacent.

J’aimerais bien pouvoir changer de lieu de travail de temps en temps.

Ne pas être tout le temps dans ce même bureau.

J’aimerais pouvoir organiser mes horaires avec plus de flexibilit√©.

Vu que je travaille seule la majorité du temps.

Pouvoir travailler chez moi aussi.

Pour éviter le métro tous les jours.

Mais mon manager est attach√© √† l’organisation classique de l’entreprise.

 

Puis la startup conna√ģt une restructuration.

Mon manager s’en va.

Je vote pour quitter les bureaux et que je puisse travailler depuis chez moi cinq jours sur cinq.

C’est une r√©v√©lation : j’adore !

Ce mode de travail hausse ma productivité et mon sentiment de liberté.

Pourquoi ne m’avait-on jamais parl√© de ce mode de travail dans mon √©cole ?

Alors que c’est g√©nial et pourrait correspondre √† -je dirais- 20% des jeunes dipl√īm√©s !

 

Je décide de démocratiser ce mode de travail.

Je décide que mon blog traitera des nouveaux modes de travail.

Au pluriel.

Car j’en ai identifi√© d’autres.

 

Le Nomadisme Digital :

Certains de mes coll√®gues travaillent √† distance… depuis l’√©tranger.

Et changent même de pays pendant le cours de mon CDI.

Je les envie.

Je vais parler de ça aussi.

 

Les Slasheurs :

Je ne sais plus comment je découvre ce mot.

Mais il me parle.

Parce que j’ai toujours cherch√© la polyvalence.

Et qu’√† un moment je r√™vais d’encha√ģner les CDD.

Pour toujours avoir de la variété et du nouveau.

Je vais parler de ça aussi sur le blog.

 

D√©but 2017, je commence √† en avoir marre de passer 80% de mon temps sur le projet qui me pla√ģt le moins (le CDI).

J’obtiens une rupture conventionnelle.

Je t√©l√©travaille √† 100% pendant 5 mois au total, jusqu’√† la fin de mon contrat.

Puis je passe à 90% sur PackYourSkills et 10% sur le blog.

En fin d’ann√©e, je ne me sens pas align√©e.

Mes rêves me rattrapent.

J’ai envie d’√™tre blogueuse.

Et Digital Nomad.

Je prends la difficile décision de ne plus contribuer à PackyourSkills, qui continue sans moi.

(Le projet a été arrêté par la suite).

 

Janvier 2018 : je cr√©e ma microentreprise et m’investis √† 100% sur LesNouveauxTravailleurs.

Cette ann√©e-l√†, je r√©fl√©chis √† “ma mission”.

Je la construis sur quelque chose qui m’agace :

Entendre la majorité des gens se plaindre de leur boulot, sans rien faire pour que ça change.

Alors que le travail repr√©sente 30% de notre temps de vie (c’est beaucoup !).

 

Moi j’ai peur de regretter de ne pas avoir assez profit√© de ma vie, quand je serai vieille.

C’est pour √ßa que ma devise est “Vivre selon mes envies, pas mes contraintes”.

Et que j’essaye de r√©aliser mes r√™ves.

Et comme je suis une personne très empathique.

Avec une forte valeur d’humanisme.

J’ai envie d’aider les autres √† faire la m√™me chose.

 

Je crois que le travail peut √™tre source d’√©panouissement.

Alors je veux aider un maximum de personnes à devenir plus épanouies au travail.

Via les nouveaux modes de travail.

En devenant indépendant.

En trouvant son “ikiga√Į”.

En devenant √©panoui dans un tiers de sa vie, √ßa augmente fortement le taux d’√©panouissement global !

 

Si tu connectes √† ce que je dis et √† mes valeurs, je serai heureuse de t’accueillir parmi les lecteurs et lectrices de mes emails priv√©s, auxquels tu peux t’abonner en cliquant ici.