Mon Histoire de Papillon

Bienvenue !

Je suis Isis Latorre, la fondatrice du site LesNouveauxTravailleurs.fr, et voici mon histoire de Papillon (papillonneuse professionnelle, multipotentielle).

Quand j’étais petite, j’étais clairement un Papillon qui fait plein de trucs en même temps. J’ai toujours fait pas mal d’activités extra-scolaires : musique + plusieurs danses en même temps + un sport.

L’aspect Papillon s’est un peu calmé jusqu’à mes études à Grenoble Ecole de Management.

En 2014, pendant un stage de césure dans une grande entreprise, je sens que j’ai du mal à me limiter à ma fiche de poste. J’aime bien mon stage mais j’ai envie de plus. Je veux participer à d’autres missions, essayer de faire de l’intrapreneuriat… Mais je me rends compte que c’est très difficile, voire mal vu, de sortir de sa fiche de poste (et “d’empiéter” sur les plates-bandes des autres…).

En 2015, dans un atelier “Projet Professionnel et Personnel”, on nous demande quelle serait notre situation professionnelle idéale. Je réponds “enchaîner les CDD”. Tout le monde trouve ça bizarre. Pourquoi vouloir “la précarité” ? “L’instabilité de l’emploi” ? Mais moi le CDI m’angoisse. J’ai peur de m’ennuyer. Je préfère miser sur des CDD de six mois, qui me permettront de vivre des missions professionnelles variées, de changer d’environnement de travail, de rencontrer de nouvelles personnes à chaque fois…

Bon, finalement, je ne fais pas ça. Je suis embauchée en CDI dans une startup à Paris et ça me va très bien.

Enfin, non. Disons plutôt que ça m’allait très bien comme “solution par défaut”. En réalité, fin 2015, je me sens emprisonnée : je réalise que pour payer mon loyer, je suis obligée de prendre un CDI. Je veux être entrepreneure mais là, tout de suite, je n’ai pas d’idée, donc pas trop le choix. Je crée alors ma devise : “Vivre selon mes envies, pas selon mes contraintes.”

A partir de ce moment-là, je décide que je veux trouver un moyen de devenir indépendante financièrement (d’un employeur). Je trouve ma solution quatre mois plus tard : le blogging professionnel. Pour moi, c’est l’activité parfaite parce qu’elle m’apporterait trois supers avantages :

  1. Être indépendante (financièrement, et “logistiquement”) ;
  2. Voyager plus de six mois par an, sans attendre la retraite ou les vacances (parce que le blogging est un métier du web qui peut se faire de n’importe où, avec un ordinateur et une connexion Wi-Fi) ;
  3. Ecrire tous les jours (j’aime ça, et j’avais d’ailleurs déjà créé deux blogs avant celui-ci, sauf qu’à l’époque je ne savais pas comment le professionnaliser).

J’achète donc une formation pour apprendre à devenir Blogueuse Professionnelle, la suis et l’applique en parallèle de mon job.

Un mois plus tard, je participe à un Startup Weekend, où je rencontre Maxime, mon futur associé sur “PackYourSkills”. Je co-fonde ce projet en parallèle de mon CDI et mon blog.

Quelques mois plus tard, j’ai la chance d’avoir le droit de travailler 100% en Remote depuis mon appartement, ce qui rend mon mode de vie déjà plus proche de celui d’une entrepreneure.

Avec tout ça, on peut dire que 2016 est l’année où je suis devenue Slasheuse, au sens professionnel du terme (et pas seulement dans mes loisirs). Car, même si je ne gagnais pas encore d’argent avec mes deux projets entrepreneuriaux, c’était quand même clairement de l’entrepreneuriat, et pas du simple loisir.

  1. Je prends consécutivement, deux décisions importantes. D’abord, je me rends compte que j’en ai marre de passer 80% de mon temps sur le projet qui me plaît le moins des trois (mon CDI). J’obtiens une rupture conventionnelle, qui me permet de quitter mon CDI en avril en touchant les allocations chômages. Me voilà à 100% sur mes deux projets entrepreneuriaux. Je dirais que mon stade “Chrysalide” commence ici, puisqu’il est devenu clair que je voulais être entrepreneure.

 

Quelques mois plus tard, je prends une deuxième décision, une des plus difficiles (mais aussi absolument nécessaire et bénéfique) de ma vie : quitter PackYourSkills (avec la sensation dure à gérer “d’abandonner” Maxime), pour passer à 100% sur LesNouveauxTravailleurs.

2018, me voilà 100% Solopreneure. Je décide de quitter Paris et m’envole pour huit mois en Amérique Latine. Je travaille sur mon projet depuis là-bas, et rejoins WifiTribe, une communauté de Digitals Nomads comme moi. Mon chômage touche à sa fin mais je vis grâce à une enveloppe de 10 000 euros que j’ai épargnée alors que j’étais salariée.

Mais je dépense tout, rate la transition que j’avais prévue (sortir ma première formation en ligne avant d’arriver à la fin de l’enveloppe), et décide de rentrer en France, pour être logée et nourrie à titre gracieux par mes parents. Je peux ainsi continuer de me focaliser à 100% sur le projet, en limitant au maximum les dépenses.

  1. J’entame alors l’année la moins épanouissante de ma vie entrepreneuriale. Et pour cause, je suis “à côté de moi-même”. Je n’ai pas conscience de ma nature de Papillon et j’enchaîne les actions et décisions qui ne me correspondent pas (en suivant les conseils et pratiques d’autres entrepreneurs, qui ne sont probablement pas des Papillons) :
  • Créer UNE grosse formation (alors que maintenant j’ai compris que j’avais besoin de multiplicité, variété, et prolificité, et donc plutôt d’une multitude de petites formations) ;
  • Choisir le sujet de la formation avec mon mental (en me basant sur les besoins des gens au lieu de partir de moi) au lieu de mon coeur et mon Sacral ;
  • Croire que le problème vient de la cible et recréer une deuxième formation, qui n’est en réalité qu’une deuxième méthode pour parvenir au même résultat que la première ;
  • Croire que le problème vient de mon mauvais marketing et prendre un coach pour m’aider à créer et lancer une troisième formation, qui ne sera encore qu’un dérivé des deux premières ;
  • Baisser mes prix pour rendre mes produits “accessibles au maximum”, au lieu de poser des prix justes, qui montrent la valeur apportée.

 

Bref, j’étais dans le forcing, à absolument essayer de faire quelque chose qui n’était en fait pas aligné avec moi.

Mais j’ai beaucoup travaillé à essayer de m’aligner. Je me suis posé beaucoup de questions, ai remis beaucoup de choses en question, ai vraiment cherché la réponse à mon non-épanouissement. Et, petit, à petit, je me suis ré-alignée avec moi-même.

Aujourd’hui, je suis donc passée dans le stade “Papillon” : j’ai accepté ma nature virevoltante. J’ai décidé de surfer dessus, de faire confiance à cette façon de fonctionner, de l’assumer. Quelques exemples de mon nouveau fonctionnement :

  • J’ai décidé de lâcher-prise sur ce qu’on est “censé faire”. J’ai un fonctionnement “de l’instant présent”, spontanée : chaque jour est un nouvel espace. Chaque jour, je crée un article + email si l’inspiration est là. Sans me soucier d’envoyer trop d’emails. Et si l’inspiration n’est pas là, je ne me force pas, sous prétexte qu’il “faudrait” créer. Je fais confiance à mes vagues d’inspiration et ne crée que ce qui est fluide.
  • J’ai envie d’avoir une “collection” de programmes en ligne. Adieu la “grosse formation unique”, moi je veux de la multitude et de la multiplicité. 
  • J’ai beaucoup d’idées de programmes et j’ai l’intention d’écouter mon Sacral pour les choisir. Adieu les décisions prises avec le mental, bonjour les décisions du coeur, qui me rendent tellement plus heureuse.
  • Au-delà des programmes en ligne, il y a plein de formats que j’ai envie de tester. De la même manière, je les mettrai en place lorsque mon Sacral me dira que c’est le bon moment.
  • J’ai décidé de parler des autres projets que je compte mener et qui n’ont pas de rapport avec l’épanouissement professionnel (assez axés écologie : upcycling, recyclage, réparation…). Les inclure ici, sur LesNouveauxTravailleurs est un moyen de leur donner une place, et de montrer une étude de cas en direct des différents projets que peut avoir un Papillon.
  • Je suis beaucoup plus sereine financièrement. J’ai intégré l’idée que l’argent est une conséquence de mon alignement intérieur. Dès lors que je me sens alignée, j’ai confiance dans le fait que ce que je créerai génèrera de l’argent.
  • Je ressens une bien plus grande certitude intérieure. Je suis convaincue que ce que je suis en train de faire est la bonne chose pour moi.

 

Des questions sur mon histoire ? 

Envie que je t’accompagne à devenir un Papillon ?

Tu peux me contacter via ce formulaire.