Choisir

Comment Trouver son Ikigaï | Ma Méthode en 4 étapes

Publié
Ikigaï

L’ikigaï est une philosophie de vie japonaise qui consiste à trouver un sens à notre vie, un équilibre, une raison de se lever le matin et d’être heureux d’accueillir chaque jour.

Une étude japonaise a démontré que l’ikigaï est facteur de bonne santé et de longévité. La région d’Okinawa qui pratique ce concept au quotidien compte en effet un grand nombre de centenaires (cinq fois plus qu’aux Etats-Unis).

Littéralement, “iki” signifie “vie” et “gaï” veut dire “qui vaut la peine”. C’est une vie dans laquelle on se sent “complètement aligné avec soi-même dans tous les domaines”, où on se dit “Je suis là où je dois être.”

Un des pans de l’ikigaï concerne la relation au travail. Les japonais ne sont pas attachés à la notion de “retraite” car ils considèrent le travail comme une potentielle source de plaisir et de développement personnel.

Cette vision concorde exactement avec une de mes convictions profondes qui est à l’origine de ce blog : le travail peut être une source d’épanouissement.

L’ikigaï serait la jonction et l’équilibre entre quatre composantes :

  • ce que j’aime faire
  • ce dans quoi je suis doué
  • ce dont le monde a besoin
  • ce pour quoi je peux être payé

Les quatre composantes de l'ikigaï

En France, nous donnons beaucoup d’importance à la quatrième composante : ce pour quoi je peux être payé. Or, l’ikigaï est une question d’équilibre. Si une composante est privilégiée par rapport aux autres, alors il n’y a pas équilibre, et donc il n’y a pas ikigaï.

L’ikigaï est donc un concept particulièrement intéressant pour qui recherche un meilleur équilibre vie professionnelle/vie personnelle, et davantage de sens dans son travail.

Quand j’ai cherché des ressources pour chercher mon ikigaï personnel, j’ai eu du mal à trouver une méthode détaillée. J’ai donc décidé d’aller à Gibert Joseph acheter des livres sur l’ikigaï.

J’ai d’abord lu “La méthode Ikigaï : Découvrez votre mission de vie” des espagnols Hector Garcia (“expert du Japon”) et Francesc Miralles. Perplexe face à ce que j’ai lu, j’ai acheté deux nouveaux livres pour comparer ce qui était dit :

A l’issue de ces trois lectures, j’ai cherché à synthétiser les éléments principaux de leur méthode. Mais d’une part, je me suis rendu compte qu’il n’existait pas UNE méthode pour trouver son ikigaï. Chaque auteur semble avoir arbitrairement choisi des exercices pour y parvenir.

D’autre part, au fur et à mesure que j’essayais d’expliquer tout ça, j’ai eu des idées personnelles à ajouter et en suis finalement venue à une méthode qui m’est propre.

Comment trouver ton Ikigaï : préparation préalable

Inverser le mode de pensée lié à la rémunération

Nous sommes habitués à percevoir le monde du travail par le biais de la rémunération et du fait que c’est notre moyen de “survie” pour subvenir à nos besoins.

C’est normal que l’on pense beaucoup à l’argent, car il représente une forme de sécurité, soit le deuxième besoin fondamental de l’être humain (après les besoins physiologiques : manger, boire…), d’après la pyramide de Maslow.

Cependant, pour tirer le maximum de la méthode que je vais te proposer, il va falloir inverser ce mode de pensée. Partir de la partie évasée de l’entonnoir (tes aspirations) et ne se préoccuper de la partie restreinte (l’argent) qu’ensuite. Car l’argent est un moyen de vivre ses aspirations, pas une finalité.

Entonnoir de pensée : aspirations d'abord, argent ensuite

L’Ikigaï n’est pas synonyme de succès professionnel

L’ikigaï est propre à chacun en fonction de ce qui a de la valeur pour NOUS. Ce que les autres pensent ne doit donc pas interférer avec la recherche de ton ikigaï.

Certains trouvent leur ikigaï avec un bas salaire, d’autres sans diplôme, d’autres sans occuper un métier “reconnu” par l’opinion publique, etc. C’est à toi de déchiffrer ce qui a de la valeur pour TOI, pas pour les autres.

Désigne un carnet pour prendre des notes tout au long de ta réflexion

La méthode que j’ai imaginée ne se fait pas en une après-midi à passer de l’étape 1 à l’étape 4. Parce que si c’était aussi simple, tout le monde connaîtrait son ikigaï !

La difficulté de l’exercice est de trouver les réponses à ses questions. Et cette réponse ne vient pas toujours facilement ou naturellement le jour où on a décidé de se poser avec son livre et de quoi noter pour faire les exercices.

C’est pourquoi je te conseille vivement d’acheter un carnet, dans lequel tu noteras tes idées et les choses que tu identifies au fur et à mesure.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment Sortir du Lot pour obtenir ton Job de Rêve

Tu peux aussi prendre tes notes sur un “carnet digital” comme Evernote. Cependant, à titre personnel, avoir un carnet papier s’est montré plus efficace. J’ai tendance à très peu relire mes notes Evernote, alors que le carnet papier, j’aime bien le feuilleter.

Comment trouver ton Ikigaï : ma méthode en 4 étapes

La grande question à laquelle on cherche à répondre quand on travaille sur son ikigaï est “Quelle activité peut me permettre d’exprimer tout mon talent, au service d’une mission qui me tient à coeur, et qui me permet de gagner suffisamment d’argent pour vivre comme j’ai envie.”

Dans les livres que j’ai lus, les auteurs ont fait le choix de proposer un grand nombre d’exercices, pour trouver mille et unes manières de trouver des pistes pour répondre à la question.

J’ai décidé d’opter pour une méthode différente, plus concise. Je trouve que l’on est plus efficace quand on se fixe uniquement trois objectifs par jour, que quand on traîne une to do list de plusieurs pages d‘un jour à l’autre sans jamais voir la fin.

Alors j’ai imaginé une méthode qui contient uniquement quatre “objectifs”. Trouver les réponses aux questions prendra du temps. Garder en tête ces quatre objectifs me paraît un bon moyen de ne pas perdre le fil de ce que l’on cherche.

Pour chaque objectif, je n’ai pas mis tous les exercices que je connais et que j’ai lus dans les livres sur l’ikigaï. J’ai préféré sélectionner les exercices qui me paraissent les plus pertinents pour trouver la réponse.

Les deux premières étapes de la méthode servent à définir tes aspirations. Les deux secondes à déterminer comment les mettre en place :

Ca aurait fait un peu long de mettre tout ça dans un seul podcast et article. Donc j’ai découpé le sujet en quatre articles : un pour chaque étape.

Tu t’intéresses à l’ikigaï car tu souhaites sérieusement réfléchir à ton nouveau projet professionnel épanouissant ?

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment Gagner Sa Vie avec un Blog ?

Pour compléter ma méthode ikigaï, j’ai créé la formation Trouver Sa Voie : un programme de 40 vidéos qui t’aident à structurer ta démarche, depuis l’introspection jusqu’à la définition et la mise en place de ton nouveau projet professionnel.

En plus de l’introspection, tu seras guidé·e pour trier tes idées de métiers, en trouver de nouvelles basées sur ton ikigaï, et faire un choix final.

CLIQUE ICI pour en savoir plus sur la formation Trouver Sa Voie​​

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  

27 réflexions au sujet de « Comment Trouver son Ikigaï | Ma Méthode en 4 étapes »

    1. Salut Franck,
      Cool, merci pour ton retour. Oui, cette réflexion sur soi est loin d’être facile, et certains exercices peuvent être plus difficiles que d’autres. Quand c’est trop difficile, on peut laisser passer un peu de temps et réessayer plus tard. 🙂

  1. Bonjour Isis,
    J’ai lu le livre de Christie Vanbreemersch. La méthode est plutôt bien expliquée mais je pense que le plus difficile est de savoir vraiment ce que l’on veut. Je veux dire, au plus profond de nous.
    Il faut se laisser du temps pour vraiment découvrir sa “mission de vie” et je n’ai, pour ma part, pas réussi à trouver mon Ikigaï à la fin de la lecture du livre.
    Merci pour ton article très intéressant !
    Cyril

    1. Bonjour Cyril,

      Je pense que tu as tout à fait raison sur l’aspect “temps”. Lire un livre en faisant tous les exercices les uns à la suite des autres n’est, à mon avis, pas suffisant, ou pas une bonne méthode. Il faut laisser le temps aux idées d’émerger, de mûrir, d’être croisées avec de nouvelles expériences, etc.

      As-tu fait/lu ma méthode ikigai ? Dedans, cetains exercices invitent celui qui les fait à observer des choses pendant 3 semaines, ou plus…

    2. Bonjour Cyril !

      C’est pourquoi il peut être intéressant de se faire accompagner par un coach. J’ai moi-même été coaché et je me forme pour le devenir. Il y a beaucoup d’expérimentation pour te permettre de creuser et de toucher à ce qu’il y a “au fond”. Et par expérience personnelle, le faire seul, c’est très compliqué… se faire guider peut faire gagner BEAUCOUP de temps. Quand à trouver sa mission de vie, ça arrive tout d’un coup, après quelques jours ou quelques mois de réflexion (plutôt la seconde option pour moi, et on a pas besoin d’être accompagné tout du long)… il faut en tout cas se donner les opportunités de réfléchir & expérimenter des moyens de changer son mode de penser (“er”, ce n’est pas une faute d’orthographe… car c’est une véritable action !).

  2. Bonjour Isis,
    J’ai découvert l’ikigai cette semaine lors d’une conférence avec une brève présentation. Le hasard fait bien les choses car après 20 ans d’expérience pro comme cadre dans l’industrie je réfléchis à changer de voie qui correspondrait plus à mes valeurs. Je voulais me documenter un peu plus en achetant un livre et je viens de tomber sur votre article que je trouve intéressant & j’aimerais tester votre méthode. Pouvez-vous me dire comment l’obtenir (car votre article ici s’arrête à la présentation) ?
    Je vous remercie.
    Bien à vous, Raphaël

    1. Bonjour Raphaël et bienvenue sur le blog ! Dans ce présent article, vous avez les liens (en hypertexte) vers les autres articles, à la fin, au niveau où j’ai indiqué chaque étapes, en rouge/rose. Mais je vous les remets ici
      https://lesnouveauxtravailleurs.fr/trouver-son-element/
      https://lesnouveauxtravailleurs.fr/ikigai-trouver-sa-mission-altruiste/
      https://lesnouveauxtravailleurs.fr/ikigai-modele-economique/
      https://lesnouveauxtravailleurs.fr/methode-ikigai-etape-4-environnement/

      Bonne recherche d’ikigai !

  3. Bonjour ISIS… merci pour ces partages… alors comment dirais je… en quête vers mon ”MOI” j’entame depuis quelques mois maintenant une ”TRANS-FORMATION” pour retrouver mon équilibre… Le process m’amène vers diverses pistes sont l’IKIGAI… marrant parce l’année dernière en furetant dans les rayons librairie je tombais sur cette thématique mais ça a fait juste ”tilt” sans pour autant faire ”BAM”… et là après quelques mois… ça revient vers moi… UNIVERS??? …. Du coup, au delà de ça je viens de mettre un mot sur ma situation… ”SLASHEUSE”…ouahhh… je me pensais ”différente” mais ça coule de sens… Ca fait un tas de trucs à gérer mais je sens que mon fil rouge s’intensifie et ma reconversion est réellement en passe de devenir… affaire à suivre…. lol MERCI pour ton partage et tes articles rassurant et de qualité…. MERCI…

    1. Bonjour Graziella,
      Merci pour ton commentaire. Ravie que tu aies pu mettre des mots sur ta situation et que ta reconversion professionnelle avance ! 🙂

  4. Bonjour Isis 🙂
    Je viens de survoler l’ensemble de ta méthode Ikigai (cette page et les 4 étapes) : waouh !!!
    Quel travail tu as fait et tu nous offres, pro et généreux, merci du fond du coeur !
    Je n’en suis pas à mon premier virage de vie, j’ai déjà de nombreux outils dans ma besace, et ces temps-ci je suis dans un questionnement profond, vaste, sur “qu’est-ce que je fais de/dans ma vie?”. Je sais ce que j’adore faire, mais j’ai passé de trop nombreuses années salariées dans un job que je n’aime pas, pour voir d’un claquement de doigt comment relier ce que j’aime faire, ce que je sais faire, et comment être payée pour ça. Ca me parait tellement en rupture avec ce que j’ai fait jusqu’ici que je m’auto-freine. Comme si la vie pro que j’ai eue jusqu’à maintenant m’avait mis, malgré moi, des œillères qui m’empêchent de voir toutes les possibilités. Sans compter les croyances, les peurs,… Celles-ci je travaille à les faire émerger et les dissoudre / transformer via la kinésiologie et l’EFT notamment, que je trouve fabuleusement efficaces.
    Et ce matin au réveil le mot “Ikigai !” a surgi dans ma tête. Google a fait le reste 😉 et toi un super job.
    Merci encore, et… au boulot !

  5. Bonjour Isis, Merci pour votre approche. J’aimerais lire l’intégralité des 4 articles mais vous demandez un mail. En quoi est-ce que cela m’engage et pourquoi avoir besoin de ce mail ? L’accès est-il payant ? Merci pour votre retour. Véronique

    1. Bonjour Véronique,
      En donnant ton email, tu recevras les emails hebdomadaires qui contiennent du contenu exclusif non disponible aux internautes non inscrits. Cela me permet aussi de rester en contact avec toutes les personnes intéressées par l’ikigaï pour pouvoir proposer encore plus d’outils et de contenu pour construire un projet professionnel épanouissant. 🙂

  6. Bonjour,
    Voici un document fort intéressant et que je découvre avec joie et sérénité ! Merci Isis pour ce chapitre très agréable à lire !!
    Je suis moi même accompagnatrice en nutrition bien-être et praticienne massage Abhyanga, je vais donc tester cette méthode de travail avec mon accompagnement Ayurvédique lors de mes entretiens cela pourrait être complémentaire ? qu’en pensez vous ?
    Mais tout d’abord je vais chercher mon ikigaï …
    Cordialement,
    Marie

    1. Bonjour Marie, merci pour ton message 🙂 Mon avis est que tu connais mieux ton métier que moi et que si tu penses que cette approche pourrait aider, alors tu as sûrement raison ! 😉

  7. Bonjour Isis!
    Un vrai merci pour ton partage!
    Je viens de voir sur facebook que tu avais fixé un prix unique pour ton coaching qui te permet de t’engager pleinement pour tes coachés et qui filtre aussi les motivés de ceux qui ne le sont pas vraiment. Est-ce indiscret de te demander quelques explications supplémentaires :
    – Est-ce un prix “package” ou à la séance ou ?
    – Quel tarif pratiques-tu afin de “filtrer” ?

    Perso, je me donne aussi à 100% mais je n’accepte de travailler avec les personnes que si je “les sens bien” et qu’elles s’engagent (avant que je leur dise quoi) à réaliser des tâches (bienveillantes bien entendu) 🙂

    1. (Re)Bonjour Joële ! 😉
      Merci pour ta question.

      – C’est un prix “package” : le but est une transformation (d’un point A à un point B). Cette transformation correspond à un “profil” de personnes (que j’ai passé du temps à “étudier” pour les repérer les récurrences entre eux ;)). La “charpente” de l’accompagnement sont les mêmes pour tous (état des lieux de démarrage, grandes étapes, grands piliers de l’épanouissement à inclure dans la réflexion -mission, format, équilibre pro/perso, reconnaissance financière). Mais la “déco intérieure” est personnalisée (exercices spécifiques à certains freins, certaines difficultés).

      – Comme la transformation apportée par l’accompagnement a un impact très fort sur la vie de la personne (il entraîne un changement de vie du fait du changement du projet pro ou des émotions ressenties à l’intérieur de lui), c’est un accompagnement à 4 chiffres 🙂 (je ne précise pas combien exactement car je le fais évoluer, et comme ce commentaire va rester, ça m’évitera de devoir le mettre à jour ;)).

      Le fait de “bien le sentir” me paraît essentiel aussi 🙂
      Pour ce qui est de “réaliser des tâches” : j’explique en Appel Diagnostic qu’il y a des exercices à réaliser entre chaque séance. A ce prix-là, les personnes qui investissent dans leur transformation sont très impliquées dans la réalisation de leurs exercices.:)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.