Choisir

Comment Trouver son Ikigaï | Ma Méthode en 4 étapes

Ikigaï
Temps de lecture : 5 minutes

L’ikigaï est une philosophie de vie japonaise qui consiste à trouver un sens à notre vie, un équilibre, une raison de se lever le matin et d’être heureux d’accueillir chaque jour.

Une étude japonaise a démontré que l’ikigaï est facteur de bonne santé et de longévité. La région d’Okinawa qui pratique ce concept au quotidien compte en effet un grand nombre de centenaires (cinq fois plus qu’aux Etats-Unis).

Littéralement, “iki” signifie “vie” et “gaï” veut dire “qui vaut la peine”. C’est une vie dans laquelle on se sent “complètement aligné avec soi-même dans tous les domaines”, où on se dit “Je suis là où je dois être.”

Un des pans de l’ikigaï concerne la relation au travail. Les japonais ne sont pas attachés à la notion de “retraite” car ils considèrent le travail comme une potentielle source de plaisir et de développement personnel.

Cette vision concorde exactement avec une de mes convictions profondes qui est à l’origine de ce blog : le travail peut être une source d’épanouissement.

L’ikigaï serait la jonction et l’équilibre entre quatre composantes :

  • ce que j’aime faire
  • ce dans quoi je suis doué
  • ce dont le monde a besoin
  • ce pour quoi je peux être payé

Les quatre composantes de l'ikigaï

En France, nous donnons beaucoup d’importance à la quatrième composante : ce pour quoi je peux être payé. Or, l’ikigaï est une question d’équilibre. Si une composante est privilégiée par rapport aux autres, alors il n’y a pas équilibre, et donc il n’y a pas ikigaï.

L’ikigaï est donc un concept particulièrement intéressant pour qui recherche un meilleur équilibre vie professionnelle/vie personnelle, et davantage de sens dans son travail.

Quand j’ai cherché des ressources pour chercher mon ikigaï personnel, j’ai eu du mal à trouver une méthode détaillée. J’ai donc décidé d’aller à Gibert Joseph acheter des livres sur l’ikigaï.

J’ai d’abord lu “La méthode Ikigaï : Découvrez votre mission de vie” des espagnols Hector Garcia (“expert du Japon”) et Francesc Miralles. Perplexe face à ce que j’ai lu, j’ai acheté deux nouveaux livres pour comparer ce qui était dit :

A l’issue de ces trois lectures, j’ai cherché à synthétiser les éléments principaux de leur méthode. Mais d’une part, je me suis rendu compte qu’il n’existait pas UNE méthode pour trouver son ikigaï. Chaque auteur semble avoir arbitrairement choisi des exercices pour y parvenir.

D’autre part, au fur et à mesure que j’essayais d’expliquer tout ça, j’ai eu des idées personnelles à ajouter et en suis finalement venue à une méthode qui m’est propre.

Comment trouver ton Ikigaï : préparation préalable

Inverser le mode de pensée lié à la rémunération

Nous sommes habitués à percevoir le monde du travail par le biais de la rémunération et du fait que c’est notre moyen de “survie” pour subvenir à nos besoins.

C’est normal que l’on pense beaucoup à l’argent, car il représente une forme de sécurité, soit le deuxième besoin fondamental de l’être humain (après les besoins physiologiques : manger, boire…), d’après la pyramide de Maslow.

Cependant, pour tirer le maximum de la méthode que je vais te proposer, il va falloir inverser ce mode de pensée. Partir de la partie évasée de l’entonnoir (tes aspirations) et ne se préoccuper de la partie restreinte (l’argent) qu’ensuite. Car l’argent est un moyen de vivre ses aspirations, pas une finalité.

Entonnoir de pensée : aspirations d'abord, argent ensuite

L’Ikigaï n’est pas synonyme de succès professionnel

L’ikigaï est propre à chacun en fonction de ce qui a de la valeur pour NOUS. Ce que les autres pensent ne doit donc pas interférer avec la recherche de ton ikigaï.

Certains trouvent leur ikigaï avec un bas salaire, d’autres sans diplôme, d’autres sans occuper un métier “reconnu” par l’opinion publique, etc. C’est à toi de déchiffrer ce qui a de la valeur pour TOI, pas pour les autres.

Désigne un carnet pour prendre des notes tout au long de ta réflexion

La méthode que j’ai imaginée ne se fait pas en une après-midi à passer de l’étape 1 à l’étape 4. Parce que si c’était aussi simple, tout le monde connaîtrait son ikigaï !

La difficulté de l’exercice est de trouver les réponses à ses questions. Et cette réponse ne vient pas toujours facilement ou naturellement le jour où on a décidé de se poser avec son livre et de quoi noter pour faire les exercices.

C’est pourquoi je te conseille vivement d’acheter un carnet, dans lequel tu noteras tes idées et les choses que tu identifies au fur et à mesure.

Tu peux aussi prendre tes notes sur un “carnet digital” comme Evernote. Cependant, à titre personnel, avoir un carnet papier s’est montré plus efficace. J’ai tendance à très peu relire mes notes Evernote, alors que le carnet papier, j’aime bien le feuilleter.

Comment trouver ton Ikigaï : ma méthode en 4 étapes

La grande question à laquelle on cherche à répondre quand on travaille sur son ikigaï est “Quelle activité peut me permettre d’exprimer tout mon talent, au service d’une mission qui me tient à coeur, et qui me permet de gagner suffisamment d’argent pour vivre comme j’ai envie.”

Dans les livres que j’ai lus, les auteurs ont fait le choix de proposer un grand nombre d’exercices, pour trouver mille et unes manières de trouver des pistes pour répondre à la question.

J’ai décidé d’opter pour une méthode différente, plus concise. Je trouve que l’on est plus efficace quand on se fixe uniquement trois objectifs par jour, que quand on traîne une to do list de plusieurs pages d‘un jour à l’autre sans jamais voir la fin.

Alors j’ai imaginé une méthode qui contient uniquement quatre “objectifs”. Trouver les réponses aux questions prendra du temps. Garder en tête ces quatre objectifs me paraît un bon moyen de ne pas perdre le fil de ce que l’on cherche.

Pour chaque objectif, je n’ai pas mis tous les exercices que je connais et que j’ai lus dans les livres sur l’ikigaï. J’ai préféré sélectionner les exercices qui me paraissent les plus pertinents pour trouver la réponse.

Les deux premières étapes de la méthode servent à définir tes aspirations. Les deux secondes à déterminer comment les mettre en place :

Ca aurait fait un peu long de mettre tout ça dans un seul podcast et article. Donc j’ai découpé le sujet en quatre podcasts : un pour chaque étape. Les trois premiers sont sortis.

Inscris-toi à la newsletter pour être informé(e) quand les prochains sortent.

A bientôt pour le dernier épisode !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire