Qu’est-ce qu’un « Business Boule à Facettes » ?

“Business Boule à Facettes” est l’expression que j’ai inventée pour décrire le type d’entrepreneuriat que je souhaitais (et suis en train de) mettre en place.

Dans cet article, tu découvriras ce que j’entends plus précisément par “Business Boule à Facettes”. Tu pourras ainsi juger si c’est ce que tu aimerais mettre en place ou non (et si oui, tu peux t’adresser à moi pour tes questions à ce sujet 😉).

Business Boule à Facettes : origine de l’expression

Pourquoi personne n’aide à créer un “combo” d’activités ?

L’expression est sortie suite à une frustration. À l’été 2021, j’étais en train de suivre un programme de Marketing. Comme dans tous mes accompagnements précédents, on m’aidait à créer UNE offre (intègre, alignée avec qui je suis). J’ai ressenti cette aide comme incomplète pour moi. Car je sais déjà comment créer chacune de mes offres (plus ou moins selon que je l’ai déjà fait ou non). Mais ce qui me manquait, c’était une vision d’ensemble.

En effet, je n’ai pas qu’une seule offre dans mon activité. Et ce que j’aurais attendu d’un accompagnateur, c’est qu’il m’aide à prendre en compte ce “combo d’activités” :

  • Réussir à le visualiser pour être au clair sur la multiplicité de projets que je voulais mettre en place ;
  • Visualiser aussi un modèle économique “macro” (pas seulement comment gagner de l’argent avec chaque offre, mais comment les offres s’imbriquent les unes avec les autres pour former un modèle économique global) ;
  • Visualiser aussi mon écologie personnelle globale avec tous ces projets : comment faire tout ça tout en gardant beaucoup de temps, de marge de manœuvre, et de flexibilité dans mon travail ; comment imbriquer les activités (offres + contenus gratuits) les unes avec les autres pour un quotidien épanouissant.

Les conseils classiques aux entrepreneurs ne correspondent pas aux multipotentiels

J’ai eu l’impression que, dans le milieu des conseils aux entrepreneurs, les personnes comme moi (multipotentielles) n’étaient pas vraiment prises en considération. Les conseils tendent à nous pousser à aller contre notre nature :

  • On nous conseille de nous concentrer sur un seul projet à la fois, alors que notre épanouissement vient de la multiplicité ;
  • On nous conseille de capitaliser sur une offre qu’on aurait créée (en l’améliorant et l’enrichissant), alors que nous sommes des personnes qui nous lassons rapidement après avoir fait une chose une fois, et avons besoin d’évoluer ;
  • On nous fait travailler sur des offres individuellement, alors que l’ensemble de nos offres a sûrement une logique, et que c’est cet ensemble qui fait que nous sommes “nous”, pas juste chaque offre individuelle ;
  • On nous conseille de définir des objectifs et des plans d’action à 90 jours pour réussir à les atteindre, alors que nous sommes des personnes qui évoluons trop souvent, ou trop vite pour suivre le même plan pendant si longtemps (sans l’avoir modifié).

Face à ce constat, j’ai décidé d’inventer une expression (le “Business Boule à Facettes”) et de représenter la part des entrepreneurs multipotentiels qui, comme moi, aspirent à créer un entrepreneuriat qui embrasse toutes leurs facettes, sans se soucier des injonctions du milieu.

Business Boule à Facettes : définition

Business Boule à Facettes : un entrepreneuriat multiple et évolutif

Avoir un “Business Boule à Facettes” c’est se créer un entrepreneuriat :

  • “Multiple”, qui rassemble de nombreux projets, dans des domaines qui n’ont pas forcément de lien apparent ;
  • “Evolutif”, c’est-à-dire dans lequel on se permet de laisser tomber des projets dès qu’on en ressent l’envie, et d’en ajouter autant qu’on le souhaite, et quand on le souhaite.

Parce que c’est ma vision de l’entrepreneuriat, ma vision du Busines Boule à Facettes est aussi un entrepreneuriat :

  • Rémunérateur (on gagne un revenu que l’on juge suffisant, par accumulation des différents projets) ;
  • Qui respecte l’écologie personnelle de l’entrepreneur (on cherche à apprécier le chemin, à kiffer son travail, à vivre une vie fluide, dans laquelle on gère son temps comme on le souhaite, et une activité qui s’adapte à nos rythmes naturels et pas l’inverse).

Voici comment je résumerais les piliers de ce que le Business Boule à Facettes nous permet de faire :

  • J’ai le droit de créer autant de projets que je veux, pour satisfaire mon besoin de multiplicité. Cela ne fait pas de moi quelqu’un d’éparpillé (même si ça s’apprend de passer de l’éparpillement à une multiplicité consciente et gérée). Cela fait de moi quelqu’un de multi-passionné, qui a le cran de poursuivre toutes ses envies, et sait s’organiser pour.
  • J’ai le droit de créer des projets éphémères, “one-shot”, pour respecter mon besoin de variété (en passant à autre chose derrière). Cela ne fait pas de moi un mauvais entrepreneur qui abandonne et ne sait pas “aller au bout des choses”. Cela fait de moi un entrepreneur qui s’écoute et a le courage d’évoluer et de repartir de zéro à chaque fois qu’il crée un nouveau projet.
  • J’ai le droit de laisser tomber des projets lorsqu’ils ne m’intéressent plus et de passer à autre chose aussi souvent que je le souhaite, pour respecter l’évolution de mes envies. Cela ne fait pas de moi quelqu’un de perdu et d’instable. Cela fait de moi quelqu’un qui sait s’écouter pour être en évolution constante ; qui a le courage de mettre fin à quelque chose (même si ça marchait bien), et de sortir de sa zone de confort pour aller chercher les compétences manquantes dans les nouveaux domaines visés.
  • J’ai le droit de créer des projets dans des domaines très différents, pour suivre mes motivations intrinsèques. Cela ne fait pas de moi quelqu’un de difficile à cerner à cause de ses multiples casquettes. Cela fait de moi une personne très intéressante, de par sa capacité à faire du bon travail dans plusieurs domaines ; quelqu’un qui sait s’adapter à différents milieux ; qui est capable de faire des liens originaux entre les idées et les métiers, du fait qu’il a un pied dans chaque.
  • J’ai le droit de voir ce que je fais comme un ensemble, comme une entité en soi, et pas seulement comme une accumulation de projets individuels. J’ai le droit de vouloir travailler cet ensemble au même titre que chaque projet individuel, pour sentir entier, et sentir ces différentes facettes de moi qui se traduisent dans cet ensemble.

Concrètement, à quoi ressemble un Business Boule à Facettes ?

Le Business Boule à Facettes, c’est :

  • 1 liste de projets entrepreneuriaux, avec chacun son organisation et son modèle économique (ou pas : on peut intégrer des projets qui n’ont pas vocation à générer des revenus)

👉Ça, ce sont les facettes

  • Imbriqués dans le quotidien de façon à avancer dessus en parallèle, dans le respect de son écologie personnelle, et de manière à gagner suffisamment d’argent avec l’ensemble ; les projets se côtoient et ça forme un ensemble qui rassemble nos différentes facettes, et est fluide.
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  La Grande Remise En Question #6 : Pionnière (Podcast #069)

👉Ça, c’est la “Boule à Facettes”

  • 1 ou plusieurs structures juridiques, selon les projets qui composent le Business Boule à Facettes.

L’image de la “Boule à Facettes est là pour représenter :

  • Les facettes (facettes de nous ; 1 projet = 1 facette ; ou parfois une facette peut se retrouver dans plusieurs projets)
  • L’unité de l’ensemble (la boule)

Business Boule à Facettes : un exemple (réel)

Voici, par exemple, la vision “court terme” de MON Business Boule à Facettes (c’est-à-dire d’ici 4 à 12 mois), il y aura :

  • Le pan “LesNouveauxtravailleurs, qui rassemble des sous-projets dans deux domaines principaux : la création d’un Business Boule à Facettes (Bootcamp Papillon = mon accompagnement ; la Serre aux Papillons = mon abonnement mensuel ; mon livre sur le sujet) + l’écologie personnelle d’entrepreneur (avec des programmes en ligne et ebooks qui traitent du sujet : Design Humain, flow, organisation fluide, kif…)
  • Le pan “relations”, qui rassemble mon PodcastCélibataire, mon livre sur le Célibat Heureux (et de futurs projets que je préfère détailler quand ils seront davantage d’actualité 😉)
  • Le pan “bien chez soi”, qui rassemblera (a priori, car c’est en construction) :
    • Des services de “Home organizing” (désencombrement ; réaménagement de ses espaces de travail quand on travaille à la maison ; décoration “nature et occasion” (meubles rénovés, meubles détournés, objets de décoration d’occasion, meubles en bois fabriqués par soi-même, macramé, plantes) ;
    • Des créations artisanales “nature & occasion” (mêmes exemples).

Dans la vision moyen terme (dans les 2/3 ans), je prévois d’autres projets comme :

  • Une boutique en ligne de papèterie et homewear pour entrepreneurs ;
  • Des colivings (éphémères et fixe) ;
  • Des conférences, séminaires et retraites ;
  • Un podcast autour des pratiques ésotériques ;
  • Des jeux de cartes (entrepreneurs et vie sentimentale) ;
  • Créer mes propres carnets ;
  • Un One woman show ;
  • Du consulting pour entreprises ;
  • Une ressourcerie/recyclerie (boutique d’objets d’occasion)

Comme tu peux le voir, il y a à la fois de grands sujets qui diffèrent (vie professionnelle, vie sentimentale, décoration d’intérieur). Il y a également des différences autour du type de métier : métiers du web (programmes en ligne, accompagnement à distance…), de l’événementiel et du présentiel (colivings, séminaires, retraites, one woman show), de l’artisanat. Et plusieurs des “grands projets” contiennent des sous-projets.

Business Boule à Facettes : quelle différence avec les autres formes d’entrepreneuriat ?

Peut-être que la description que je viens de faire du Business Boule à Facettes t’a fait penser à d’autres termes, d’autres formes d’entrepreneuriat : serial entrepreneur, slash, Business Renaissance. Et ce serait normal, puisqu’ils ont des points communs. Mais je ne retrouve dans aucune expression ce que j’entends exactement par Business Boule à Facettes, car celui-ci contient des nuances particulières.

Voyons donc ce qui différencie le Business Boule à Facettes du Serial Entrepreneuriat, du Slash, et du Business Renaissance (si tu trouves que ça ressemble à un autre type d’entrepreneuriat dont je n’aurais pas parlé ici, n’hésite pas à me le dire en commentaires pour que j’aille creuser la question 👌).

Business Boule à Facettes : quelle différence avec le “Serial Entrepreneuriat”

Le “serial entrepreneuriat” (“entrepreneuriat en série”), c’est le fait de :

  1. Monter une entreprise
  2. La revendre ou l’arrêter
  3. Monter une nouvelle entreprise
  4. Et ainsi de suite

Dans l’entrepreneuriat en série, il y a donc bien une notion de multiplicité, du fait qu’on crée plusieurs projets.

Là où ça diffère du Business Boule à Facettes, c’est que le serial entrepreneur crée ces projets de façon consécutive, alors que le créateur d’un Business Boule à Facettes crée des projets en parallèle les uns des autres.

Business Boule à Facettes : quelle différence avec le Slash ?

Le Business Boule à Facettes est une sous-catégorie du Slash

Le Slash est le fait d’avoir plusieurs activités professionnelles en parallèle : Activité 1 / (slash) Activité 2 / Activité 3.

En cela, le Business Boule à Facettes est une forme de Slash. Je dirais qu’il s’agit d’une sous-catégorie du Slash.

Les nuances particulières du Business Boule à Facettes par rapport au Slash “classique”

Le Business Boule à Facettes contient deux nuances qui en font une catégorie particulière à mes yeux :

  1. Le nombre de projets

La majorité du temps, quand on parle de Slash, on parle de 2 ou 3 activités en parallèle. Ça peut être le cas d’un Business Boule à Facettes. Toutefois, ce que j’ai observé chez les personnes avec qui j’ai échangées avant d’en venir à la création de cette expression, c’est que, chez les entrepreneurs aspirant à créer un Business Boule à Facettes, il y a souvent BEAUCOUP d’idées dans l’intention de la version à terme du Business Boule à Facettes. De l’ordre de cinq environ, a minima, et jusqu’à bien plus (je suis personnellement partie d’une liste de plus de 50 projets pour la version “finale” de mon Business Boule à Facettes, imaginée à ce jour).

Il ne s’agit donc pas “simplement” de mettre en place deux activités distinctes sur deux métiers bien différents que l’on souhaite exercer, mais de réussir à intégrer de NOMBREUX projets à son futur entrepreneurial.

  1. Le Business Boule à Facettes est vu comme une entité à part entière, et pas juste comme une accumulation d’activités.

Avec le Slash, on a tendance à dire “J’ai deux (ou x) activités qui n’ont rien à voir l’une avec l’autre : Activité 1 et Activité 2”. On va les voir comme deux métiers qui se côtoient l’un à côté de l’autre. Bien sûr, en tant que personne commune entre ces deux activités, on doit organiser son temps pour pouvoir intégrer les deux à sa vie, comme dans un Business Boule à Facettes.

Mais, avec le Business Boule à Facettes, il y a, en plus, cette intention de voir ses activités comme un ensemble, et pas juste comme des activités distinctes parallèles. Il y a en réalité UNE activité entrepreneuriale globale (la “boule à facettes”) qui englobe des sous-activités (activité 1, activité 2…). Cette vision s’accompagne du désir de trouver une forme de cohérence et de logique entre ces activités, comme un “liant” (ce “liant” étant souvent l’entrepreneur lui-même, qui possède plusieurs facettes qui s’expriment au travers de ses différentes activités, tout en maintenant la notion “d’unité” qui est l’identité de l’entrepreneur).

Alors que le Slash “classique” se “contente” de présenter chaque facette, sans forcément chercher à travailler le “liant” entre elles.

  1. La liste des projets inclus dans le Business Boule à Facettes n’est pas fixe

Enfin, une différence majeure entre le Slash et le Business Boule à Facettes est que, dans la majorité des exemples de slasheurs que j’ai pu croiser, leur Slash est relativement “fixe” : ils définissent plusieurs activités qu’ils ont envie de mettre en place, les mettent en place, et leur Slash est sur les rails de cette manière.

Alors que le Business Boule à Facettes inclut l’idée que les projets de départ ne soient pas forcément les mêmes que ceux “à l’arrivée” (plus tard). Il y a cette forme de flexibilité et de liberté de faire évoluer constamment, et indéfiniment le contenu de son Business Boule à Facettes. Peut-être à un rythme bien plus rapide que dans un Slash “classique” (où l’entrepreneur peut quand même décider, après quelques temps, d’arrêter une activité et de la remplacer par une autre).

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Qu'est-ce qu'un Digital Nomad ? | Définition

Par exemple, en ce moment, je propose le “Bootcamp Papillon”, un accompagnement de 6 semaines pour créer son Business Boule à Facettes. J’ai l’intention d’organiser plusieurs sessions, tant que je suis intéressée par le sujet. Mais mes quatre ans d’entrepreneuriat m’ont montré qu’il arrive souvent un moment où je me lasse d’un sujet, car il n’est plus d‘actualité pour moi. Quand ce moment arrivera, j’arrêterai complètement ce type de coaching/mentoring (et passerai sûrement à du coaching/mentoring sur un autre sujet). J’estime que ce moment arrivera au bout d’un an environ.

Je pourrais aussi décider d’arrêter de proposer ce type d’accompagnement, pour me rediriger vers d’autres formats (des retraites en présentiel, des ateliers, un programme en ligne…). Cela pourrait arriver si je décidais que je n’avais plus envie d’utiliser le format de coaching/mentoring individuel, que “ce projet avait fait son temps”. Ou si je me rendais compte que d’autres formats me plaisaient davantage ou me permettaient de mieux aider les personnes, ou d’en aider davantage. Selon mon besoin, mon envie et mon intérêt, les projets peuvent donc naître et “mourir” en quelques mois.

Ici, nous parlons plutôt à l’échelle “d’offre”. Mais je pourrais prendre l’exemple d’une activité complète : un des domaines dans lequel j’interviens est celui de la vie sentimentale (au travers du Podcast Célibataire et d’un livre en cours d’écriture). Je pourrais arriver à un stade de ma vie où je n’ai plus envie de traiter ce sujet. Soit parce que ça ne m’intéresse plus, soit parce que je considère que j’ai fait ce que j’avais à faire le concernant, et que je préfère me tourner vers d’autres domaines davantage d’actualité pour moi. Si ce moment arrivait, je pourrais complètement arrêter ce pan-là de mon Business Boule à Facettes, faisant disparaître toute la branche “vie sentimentale” du paysage.

Business Boule à Facettes : quelle différence avec le modèle “Renaissance” d’Emilie Wapnick

Dernier cas de figure auquel il me paraît important de comparer le Business Boule à Facettes : le Business “Renaissance” (“Renaissance Business” dans son appellation originelle). 

Les points communs entre Business Boule à Facettes et Business Renaissance

L’expression “Business Renaissance” et ce concept ont été proposés par Emilie Wapnick, une multipotentielle Canadienne référente dans le domaine, et connue pour son TED Talk “Why Some Of Us Don’t Have One True Calling” (visionné plus de 8 millions de fois !).

En 2020, j’ai acheté son ebook “Renaissance Business : Turn ALL of Your Passions Into One Business”, passionnée par ce sujet. À première vue, on a l’impression qu’il s’agit de la même chose que le Business Boule à Facettes, puisque ce dernier offre aussi la “promesse” de pouvoir inclure toutes ses envies dans un seul et même projet entrepreneurial. Mais également parce que ces deux modèles proposent de réfléchir à une “unité” autour de ses idées.

Néanmoins, creusons un peu pour voir ce qui différencie ces deux types d’activité entrepreneuriale.

Qu’est-ce que le Business Renaissance ?

Voici comment Emilie définit le Business Renaissance dans son livre : “A Renaissance Business (the term I finally coined for this business model) is a digital platform that features

content on many different topics. It is both a business and community, and it’s based around one overarching theme. It’s the opposite of a niche site”.

Soit en français : “Un Business Renaissance (le terme que [j’ai] fini par inventer pour ce modèle) est une plateforme digitale qui propose du contenu sur différents sujets. C’est à la fois un business (entreprise) et une communauté, et c’est axé autour d’un thème qui englobe le tout. C’est l’opposé d’un site de niche.” (c’est-à-dire ultra spécialisé).

L’idée d’Emilie avec le Business Renaissance est de créer une communauté en ligne autour d’une vision partagée qui va englober le fait de traiter (au format d’articles ou autres contenus numériques) de plein de sous-sujets (qui peuvent paraître sans lien à la base mais se rejoignent de par cette vision).

Le but de cette communauté (au-delà du partage) est de se créer une source de revenus fixe et fiable, qui va venir financer sa vie de multipotentiel. L’objectif est d’enlever la pression sur le fait de devoir générer des revenus suffisants avec chacun de ses projets. À la place, on a UNE source de revenus qui vient de cette communauté, et qui permet de se sentir serein vis-à-vis de ses finances, et d’avoir ainsi la liberté de vaquer à tous ses autres centres d’intérêts à côté.

Ces revenus sont générés par la création d’offres à sa communauté, selon les besoins formulés par celle-ci (programmes en ligne, coaching, services, produits, paiement pour accéder à la communauté…).

À côté, on peut créer tous les projets qu’on veut, sans forcément chercher à gagner de l’argent (ou en tout cas ne pas avoir la pression de le faire ou que ça marche, puisqu’on a déjà un revenu suffisant de base).

Le Business Renaissance : proche du modèle du blogging

Cette proposition ressemble largement à la promesse du modèle du Blogueur Professionnel. Dans ma formation en blogging professionnel, le modèle qu’on m’a appris à mettre en place est le suivant :

  1. Créer un blog sur une thématique
  2. Créer une communauté (notamment en proposant quelque chose en échange des emails, comme un PDF qui apporte une réponse à une question précise)
  3. Vendre des programmes en ligne et du coaching à cette communauté (qui a développé une confiance en nous au travers de l’envoi hebdomadaire de newsletters).

La différence, en revanche, est que le blog est censé traiter d’une thématique en particulier. Et il est conseillé de choisir une “niche” pour que celui-ci fonctionne mieux (c’est-à-dire une sous-catégorie bien précise d’une thématique).

Emilie Wapnick étant une multipotentielle, l’idée de devoir se spécialiser était rebutante et… impossible d’après sa façon d’être. Sa proposition avec le Business Renaissance est donc de faire la liste de TOUS ses centres d’intérêts, puis de trouver un thème commun à tout ça (la fameuse vision de la communauté).

Différence #1 entre Business Boule à Facettes et Business Renaissance : le modèle économique

La différence avec le Business Boule à Facettes, maintenant, c’est que ce dernier part plutôt du principe que l’on va mettre un modèle économique sur chaque projet (à l’exception de quelques uns, comme des projets de bénévolat ou des projets que l’on n’a tout simplement pas envie de monétiser). Et de considérer aussi le modèle économique “macro” (c’est-à-dire le revenu total que l’on arrive à générer à la fin du mois ou de l’année, grâce à ses différentes sources de revenus (les différents projets)).

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Tout Ce Qui Est Moi #5 : 6 semaines (PODCAST #075)

Avec le Business Boule à Facettes, on ne cherche pas à avoir une source de revenus qui finance tous les autres projets, mais plutôt à monétiser chaque projet, créant un modèle économique “multiple” (fait de diverses sources de revenus). Chaque projet n’a pas l’obligation de rapporter un salaire à chaque fois. Mais c’est l’ENSEMBLE de projets monétisés qui apporte le “salaire” de l’entrepreneur.

Différence #2 entre Business Boule à Facettes et Business Renaissance : stratégie de vente unique vs. multiple

Par ailleurs, le Business Boule à Facettes n’est pas lié à un type de projet en particulier. Son visage est celui que lui donne l’entrepreneur, à partir de sa liste d’envies. Si l’entrepreneur a le désir de créer un blog, alors il crée un blog. S’il a le désir de proposer des créations artisanales, alors il va fabriquer ces créations puis déterminer par quel biais il veut les vendre (ce qui impliquera peut-être la création d’un compte instagram, Etsy, ou d’une chaîne Youtube ou un blog… Mais cela découlera de l’envie première qui est de vendre de l’artisanat et de la réflexion sur la stratégie de vente la plus adaptée, qui peut varier d’un projet à l’autre). 

Alors que le Business renaissance propose clairement UNE stratégie de vente qui est de créer une communauté, du contenu numérique, puis des produits/services pour cette communauté.

En résumé, avec le Business Boule à Facettes, on part de l’offre qu’on va créer, et on en déduit la stratégie de vente. Alors qu’avec le Business Renaissance, on part de la stratégie de vente, et on en déduit ce qu’on va créer comme offre.

Business Boule à Facettes : ne soyons pas trop rigides face aux mots

Ce qui compte, ce n’est pas le mot, c’est l’intention

Le but de cet article était de te faire comprendre plus précisément ce à quoi je fais référence FACTUELLEMENT quand je parle de Business Boule à Facettes. J’ai essayé de le décrire de la façon la plus précise possible, pour que tu puisses comprendre ce qu’est un Business Boule à Facettes, ce qu’il implique, et les intentions qu’il y a derrière.

Mais ce que je ne voudrais PAS générer, avec cet article, c’est que tu te prennes la tête à savoir si ce que tu veux faire rentre bien dans la définition du Business Boule à Facettes.

Je crois que ce qui compte, ce n’est pas le fait de mettre des mots sur les choses mais de les vivre et les créer, tout simplement.

J’ai inventé cette expression de Business Boule à Facettes car je ressentais le besoin de faire comprendre la direction que je prends dans ma vie entrepreneuriale ; de faire régulièrement référence à ce “truc” que je suis en train de créer ; et que les personnes qui souhaitent également créer ce type d’entrepreneuriat puissent comprendre et voir clairement leur direction, grâce à une expression synthétique.

Finalement, on s’en fiche pas mal (à mes yeux) de savoir si le bon mot pour décrire ce que tu veux faire est du Slash, un Business Boule à Facettes, du serial entrepreneuriat, un Business Renaissance, ou encore autre chose. 

Ce qui compte c’est que, toi, tu sois au clair sur ce que tu veux, quel que soit le nom qu’on lui donne.

Tes intentions correspondent-elles au Business Boule à Facettes ?

Malgré tout, puisque je vais continuer d’utiliser cette expression de “Business Boule à Facettes”, voici quelques phrases qui correspondent à ce modèle d’entrepreneuriat, pour savoir si tu es concerné·e :

  • Je rêve d’être un entrepreneur avec de multiples projets pour exprimer mes différentes facettes et mes multiples intérêts ;
  • Quand je fais la liste de tous les projets que j’aimerais inclure, j’ai l’impression qu’il y en a beaucoup ; voire, j’ai du mal à voir comment je vais pouvoir faire tout ça (je pourrais te dire que c’est “à partir de 5 projets”, mais ne soyons pas trop rigides et restons juste sur ton ressenti face à ta liste) ;
  • J’ai envie d’être libre de suivre toutes mes envies, même si cela veut dire ajouter encore un projet à la liste ou, au contraire, délaisser les projets qui ne m’intéressent plus ;
  • Vu autrement : Je sais que j’ai tendance à me lasser rapidement et que je risque de vouloir arrêter des projets après un temps ; je rêve donc d’un entrepreneuriat où je serais libre d’arrêter des projets puis d’en commencer de nouveaux, aussi souvent que je le souhaite (“rapidement” et “souvent” sont des termes relatifs ; pour moi ça veut dire quelques mois, pour toi c’est peut-être plus que ça ; pareil, ne soyons pas trop rigides et basons-nous sur ton interprétation à toi de “rapide” et “souvent” et ton envie de pouvoir faire évoluer ton projet) ;
  • J’aime l’idée d’avancer en parallèle sur plusieurs projets (à l’échelle de la journée, la semaine ou le mois) ;
  • J’aime bien l’idée d’avoir un modèle économique pour chaque projet, qui va créer un petit revenu, et que l’accumulation de ces revenus va m’apporter un “salaire” correct en tant qu’entrepreneur ;
  • Je n’ai pas seulement envie d’avoir des activités en parallèle, mais j’ai envie d’avoir une vision d’ENSEMBLE de ce que je crée, de ressentir mon identité unique au travers de ces multiples projets, et de ressentir que MON projet est d’avoir plusieurs projets.

Alors ? Les intentions ci-dessus correspondent-elles au projet que tu veux mettre en place ?

Si oui, alors tu peux prendre mon expression de “Business Boule à Facettes” comme une référence de la vision de l’entrepreneuriat que tu veux construire. Et je t’invite à t’inscrire à la newsletter hebdomadaire dans laquelle :

  • Je partage comment je m’y prends pour créer mon Business Boule à Facettes à moi ;
  • Et te propose régulièrement les programmes en ligne (ou autres types de formats) que je crée pour t’aider dans cette construction, et pour apprendre à connaître et respecter ton écologie personnelle en tant qu’entrepreneur.

Si cet article t’a aidé·e à réaliser que c’était le type d’entrepreneuriat que tu voulais mettre en place, je serais heureuse que tu me le dises en commentaires, pour que je sache que ça t’a aidé·e 🤗
Si tu n’es pas sûr·e, n’hésite pas à me décrire ton projet en commentaires, et pourquoi tu n’es pas sûr·e que ce que tu veux créer est un Business Boule à Facettes, pour que je te donne mon avis 😊

Partager l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.