Multipotentiel

9 Hacks Pour Ne Pas Être Submergé Par Les Idées (PODCAST #061)

Publié

En tant que Papillons (multipotentiels), nos multiples idées sont notre force. Mais peuvent aussi nous rendre la vie difficile, avec le sentiment d’être submergé par toutes ces idées et de ne plus savoir où donner de la tête.

Dans cet article, découvre 9 idées pour réduire cette impression d’être submergé·e par tes idées. Notamment pour ne pas rester dans la paralysie, et réussir à passer à l’action.

Note : “hack” est un mot anglais pour désigner une “astuce”. Mais avec la notion qu’on a “réussi” à obtenir un résultat d’une façon peut-être inhabituelle, non conventionnelle, voire pirate. Donc j’aime bien le mot anglais, qui traduit une forme d’efficacité et d’efficience dans le processus, en plus du résultat. 😉

Tu peux écouter le podcast en utilisant le lecteur ci-dessous (ou directement dans les applications de podcast) et/ou lire la synthèse écrite sous celui-ci. 🙂

9 Hacks Pour Ne Pas Être Submergé Par Les Idées

Hack #1 : Accepter la source infinie d’idées 

Si l’on est submergé par les idées, ça veut dire qu’on en a plein. Et c’est une chance ! 

Commencer à ne plus être submergé par les idées, c’est commencer par reconnaître que ces idées apportent de l’abondance dans notre vie : nous avons une source infinie d’idées.

Nous ne manquerons jamais d’idées pour mettre en place des projets. Nous aurons toujours une vie riche, car nous aurons toujours des idées. Est-ce que cette perspective ne t’enthousiasme pas, en tant que Papillon ? Moi si ! 😃

Au lieu de voir ces innombrables idées comme un “problème” qui nous rend confus, nous pouvons le voir comme un cadeau, qui rend notre vie abondante. Plutôt que de penser “Rohlala j’ai trop d’idées, je ne sais pas quoi en faire, et je suis frustré·e de ne pas réussir à mettre davantage de choses en place”, on peut penser “Génial, je sais que si j’ai envie de créer quelque chose de nouveau, je n’ai qu’à puiser dans cette source foisonnante d’idées”. 

Pour savoir par quelle idée commencer, comment prioriser, tu peux utiliser les Hacks #2 et #4 principalement.

***

Dans le podcast, j’ai dit que c’était surtout vrai pour les personnes qui ont le Centre de la Tête non-défini en Design Humain (si tu n’es pas familier avec les différents éléments en Design Humain, tu peux en savoir plus dans cet article).

En réalité, c’est vrai pour tout le monde. Mais les personnes qui ont le Centre de la Tête défini auront une source d’idées interne constante. Alors que celles avec le Centre de la Tête non-défini, ont une source d’idées qui varie : elle se remplit dès qu’elles côtoient d’autres personnes (surtout celles avec le Centre de la Tête défini). Elles peuvent donc recevoir des tsunamis d’idées par moments, qui peuvent d’autant plus les submerger quand elles arrivent.

Hack #2 : Attendre la clarté avant de travailler sur une idée

Ce Hack provient purement du Design Humain. Il peut t’aider à prioriser tes idées, en sachant quand est le bon moment pour telle ou telle idée.

Ce Hack s’applique à toi surtout si ton “Autorité” est “émotionnelle”. En effet, quand on a l’Autorité émotionnelle, les idées importantes pour nous passent par des vagues émotionnelles : des pics de surexcitation suivis de phases de doutes et remises en question vis-à-vis de cette idée.

Au bout de cette vague, nous obtenons une clarté concernant ces idées. Ce moment est donc “le bon moment” pour décider de mettre en place une idée (sauf si la vague a infirmé l’idée).

Savoir écouter ça permet de faire du tri dans ses idées : l’idée peut être “bonne”, mais peut-être que nous manquons encore de clarté pour réussir à la mettre en place. Il est préférable alors de laisser passer un peu de temps, plutôt que de se forcer à le mettre en place, alors que nous sommes dans une forme de confusion.

Cela permet :

  • De reconnaître qu’il est normal pour nous d’avoir des phases de confusion vis-à-vis de certaines idées, et d’accepter de les laisser passer, les traverser, plutôt que d’essayer de les contrôler. Car c’est un processus naturel qui, quand on le laisse faire, amène de la clarté.
  • D’enlever cette idée de notre charge mentale : puisque ce n’est pas le bon moment, je peux la laisser de côté et me concentrer sur autre chose en attendant. Ca fait une de moins à gérer 🙂
  • D’avoir confiance dans le fait que la clarté arrivera, et de regagner en sérénité. Plutôt que d’entrer dans une spirale où, en plus de manquer de clarté vis-à-vis de son idée, on a peur de rester dans cet état de paralysie/submersion, et ça le renforce.

***

Si tu es Générateur ou Manifesteur Générateur en Design Humain, tu as une autre “carte à jouer” pour prioriser tes idées : ton Sacral. Seules les idées auxquelles ton Sacral a dit un grand “oui !” doivent être poursuivies. Car ton Sacral te fournira une énergie monstrueuse pour accomplir énormément par rapport à ces idées. Alors que, sans son “accord”, la mise en place de ces idées te sera très énergivore.

Découvres-en plus sur le Sacral dans cet épisode de podcast.

Hack #3 : Coucher les idées sur papier

J’aurais peut-être dû commencer par là car ça me paraît le conseil le plus évident, et le plus utile. Quand on est submergé, le meilleur moyen de sortir de la confusion, à mon sens, est d’extérioriser ces idées en les couchant sur papier.

Les écrire sur une feuille permet deux choses :

  1. Sortir de sa tête (là où se situe la confusion), car on peut maintenant VOIR ses idées avec ses yeux, et plus de manière floue dans sa tête. Rien que ça fait baisser la confusion.
  2. Se rendre compte du VRAI nombre d’idées, de façon factuelle : parfois, on a l’impression d’avoir un milliard d’idées et on se sent paralysé par cette immensité présente dans notre tête. Mais quand on fait l’exercice de poser ça sur papier, on se rend compte qu’en réalité, on a 8 idées. 8 idées, ce n’est pas pareil qu’un milliard. C’est beaucoup plus gérable ! On passe d’une immensité, à quelque chose qu’on peut prendre en main. On sort d’une partie de la confusion et de la paralysie.

Hack #4 : Quelle est l’idée qui me fait le plus envie, maintenant ?

Ce hack est à la fois bon pour sortir du sentiment de submersion, et pour le respect de ton écologie personnelle.

Quand je suis face à plusieurs idées et que je ne sais pas par où commencer, je me demande “Quelle est l’idée qui me fait le plus envie, maintenant ?”

Je considère que, si je suis toujours en train de mettre en place l’idée qui me fait le plus envie, alors je suis toujours sur le bon chemin.

Peut-être que là, tu te dis “Oui mais moi je ne veux pas choisir, je veux tout mettre en place”. Je comprends, et te renvoie au Hack #7 à ce sujet.

Mais, même quand on met “tout” en place, il faut bien commencer par mener une première action. Et comme nous sommes des êtres mono-tâches (malgré ce qu’on a voulu nous faire croire fût un temps), il faut bien choisir quelle est cette première tâche. Et celle-ci concernera l’un des projets uniquement. Car on a besoin de travailler sur eux individuellement, pour pouvoir les mettre en place, même si on les met en place en parallèle les uns des autres.

Donc, quand je dois faire ce choix de la première tâche, c’est là que je me demande par quelle idée/quel projet j’ai envie de commencer, même si c’est juste pour 5 minutes.

Mais on peut aussi connaître des périodes où l’on n’a pas forcément envie de mener plusieurs projets en parallèle. La question permet alors de décider par quel projet on commence.

Ainsi, le sentiment d’être submergé est réduit car on passe d’une paralysie face à plusieurs idées, et à ne pas savoir par où commencer, au sentiment d’être en maîtrise, car on a fait un choix conscient de commencer par un projet. Et on sait pourquoi on commence par celui-là (le choix du cœur).

Hack #5 : Si l’idée est intéressante, elle reviendra

Il s’agit d’un nouveau hack de lâcher-prise, comme le Hack #1. 

Dans le Hack #1, nous avons vu que nous avons la chance d’avoir une source inépuisable et foisonnante d’idées. S’accrocher à TOUTES les idées peut représenter une vraie charge mentale (ça fait beaucoup de choses auxquelles réfléchir ; ça prend beaucoup de place dans la tête et favorise le sentiment d’être submergé).

L’idée sous-jacente derrière le Hack #1 était que, parce que tu as une source inépuisable d’idées, tu n’es pas obligé·e de t’accrocher à chaque idée qui passe, comme si tu n’allais plus jamais en avoir (état d’esprit de manque). Mais les laisser partir, avoir confiance dans le fait que tu ne manqueras jamais d’idées (état d’esprit d’abondance) et te concentrer sur celles que tu as envie de mettre en place maintenant (Hack #4).

En plus de ça, moi j’ai souvent utilisé un autre petit hack : je me dis que, si une idée est vraiment bonne et que je suis vraiment faite pour la mettre en place, alors elle reviendra.

Ca ne t’est jamais arrivé de ne pas réussir à te sortir une idée de la tête ? D’avoir beau laisser passer du temps, et travailler sur autre chose, l’idée reste en arrière-plan ? C’est de ce type d’idée que je parle ici.

Deux manières de lâcher-prise sur ces idées :

  1. Soit tu ne la notes même pas, et tu comptes sur le fait qu’elle va revenir (et tu lâches prise dessus, pour qu’elle ne s’ajoute pas à ta charge mentale) ;
  2. Soit tu la notes quand même quelque part (dans un document unique qui rassemble toutes tes idées, pour éviter d’en avoir partout) : ça peut être utile de faire ça si tu n’arrives pas à “oublier” l’idée, qu’elle reste dans ta tête et crée de la charge mentale. Ou si ta peur de l’oublier surpasse ta confiance qu’elle va revenir. En la notant, tu peux avoir confiance dans le fait que tu pourras la retrouver dans le futur (mais moi j’ai réalisé que, pour certaines idées, je ne retournais jamais les voir, donc ça ne servait en fait à rien de les noter, et j’ai accepté de juste les laisser partir).

***

Ce hack vaut surtout pour les “grandes idées”, je dirais même les “projets”. 

Mais il y a plusieurs échelles d’idées. Pour certaines, ça peut valoir le coup de les noter (Hack #3), plutôt que d’espérer qu’elles reviennent. Notamment, dans les deux cas suivants :

  1. Approche Stratégique : si tu veux créer des contenus/offres qui correspondent exactement aux besoins des personnes que tu veux aider, ça vaut le coup d’adopte une approche proactive, où tu réfléchis activement aux solutions à leurs problèmes. Dans ce cas-là, il vaut mieux clairement noter tes réflexions stratégiques. Ce serait trop bête d’avoir passé 5h à bosser là-dessus, et de ne plus te souvenir des conclusions auxquelles tu étais parvenu·e.
  2. Idées de contenu : à mes yeux, un “contenu” est une échelle d’idée plus petite qu’une offre ou qu’un projet. Plus petite parce que créer un contenu est beaucoup plus rapide que créer une offre ou tout un projet. C’est plus rapide ET on le fait plus souvent (dans mon type de métiers en tout cas, où l’on crée du contenu gratuit). Parfois, je vais avoir une inspiration pour un contenu, parce que je viens de lire un truc qui m’a créé une idée. Je sais que, si je ne note pas l’idée, je risque de l’oublier. Je préfère donc la noter dans un “tableau d’idées” (en catégorisant si c’est une idée d’épisode de podcast ou de post instagram). Ensuite, quand c’est le moment de créer un contenu, je retourne voir mon tableau et je décide si j’ai envie de le faire sur les sujets notés ou non.

Hack #6 : Privilégier les processus de création courts

Ce hack ne convient peut-être pas à tout le monde. 

Il se peut qu’il soit particulièrement vrai pour les Manifesteurs, Manifesteurs Générateurs, et Projecteurs (Design Humain) :

  • Les Manifesteurs et Projecteurs ont une énergie fluctuante : des projets courts permettent de finaliser des projets sur un laps de temps court (pic d’énergie), puis d’aller se reposer (baisse d’énergie).
  • Manifesteurs Générateurs : ils s’épanouissent dans l’ultra-créativité donc besoin de mettre en place plein de projets. Et ils sont satisfaits (leur émotion du bonheur) quand ils sont productifs. Pour certains (comme moi), le sentiment d’être “productif” passe par le fait “d’accoucher” des projets, “d’accomplir”, de finaliser/clôturer. Et par le sentiment d’avoir accompli BEAUCOUP en un laps de temps court. Des processus courts permettent ça : on peut accomplir plus, plus souvent.

Me concernant, j’ai remarqué que j’ai tendance à préférer les processus de création courts (contenu ou offre). Car ils me permettent de :

  1. Avoir la sensation de “traiter” les idées, de m’en occuper : avec les processus courts, moins de chances de ne pas terminer son contenu/offre, de ne pas aller au bout.
  2. Mettre en place davantage d’idées : puisque chaque idée prend moins de temps à mettre en place, j’ai le temps d’en mettre en place davantage au cours d’une année.

En quoi est-ce que ce hack aide à réduire le sentiment d’être submergé ? Grâce au sentiment d’avoir accompli, et finalisé un projet. Au lieu d’avoir la tête remplie de projets toujours pas concrétisés, on en extrait certains, dont on s’est occupé, et qu’on a finalisés. Ca fait un de moins dans sa tête, à gérer. Ensuite, on peut passer à l’idée suivante. Et ainsi de suite. Cette extériorisation/concrétisation des idées redirige l’attention sur ce qu’on a FAIT, plutôt que sur tout ce qu’on n’a PAS FAIT (qui contribue au sentiment de submersion).

Hack #7 : S’organiser pour avancer sur plusieurs idées en même temps

En tant que Papillon, on t’a sûrement déjà dit “Tu ne peux pas tout faire, il faut que tu choisisses”. Et je suis prête à parier que ça t’énerve très fortement, hihi.

Oublie les gens qui te disent ça. Ici, tu es dans l’antre des Papillons. Seuls les Papillons peuvent comprendre le fonctionnement des Papillons. Ici, tu es accepté·e tel que tu es et je te le dis : TU AS LE DROIT DE TOUT FAIRE, si c’est ce que tu désires.

Alors arrête de te prendre la tête à te dire que tu dois choisir. Si tu as envie de lancer quatre offres d’accompagnement différentes en même temps (ce qui était mon cas au printemps 2021), “just do it”, comme dirait l’autre !

Par contre, ça demande un peu d’organisation. 

Quand on travaille sur plusieurs projets en parallèle, il ne faut pas croire qu’on doit devenir multi-tâches pour autant. C’est-à-dire avoir ses quatre projets ouverts sur son ordi, et passer une minute sur l’un, une minute sur l’autre. Car, un laps de temps si court ne permet pas “d’entrer” dans la réflexion, ça crée juste de l’épuisement mental.

Par contre, on peut passer 1h sur un projet, 1h sur un autre.

Ou bien une demi-journée sur l’un, une demi-journée sur le deuxième, etc.

Ou bien attribuer chaque jour de la semaine à un projet différent.

À toi de trouver le type de créneau qui te correspond, qui te permet le travail le plus efficace et agréable.

Hack #8 : Commencer à avancer concrètement dessus

Ce hack m’a aidée à faire un tri naturel dans mes projets, sans m’obliger à choisir.

Voici comment ça fonctionne :

  • Admettons que tu as envie de lancer plusieurs projets en parallèle (Hack #7) : tu le fais ;
  • Tu te mets à travailler concrètement dessus (un peu sur chaque projet, en alternant) ;
  • Il se peut alors que, maintenant que tu es rentré·e dans le concret, tu te rendes compte que certains projets ne t’enthousiasment plus tant que ça. Tu peux alors les laisser de côté et te concentrer sur ceux qui te plaisent toujours.

C’est ce qu’il s’est passé pour moi au printemps 2021. J’avais quatre idées d’accompagnements à créer. Je n’avais pas envie de choisir, alors je me suis dit que j’allais lancer les quatre. 

Mais, en commençant à travailler concrètement dessus, je me suis rendu compte que je n’étais pas à l’aise, que je préférais me concentrer uniquement sur l’un d’entre eux. Parce que je trouvais ça trop dur de jongler intellectuellement entre eux finalement.

Et voilà comment je me suis retrouvée à ne travailler que sur un seul projet, au lieu de quatre. Mais le processus de choix/tri s’est fait naturellement, en mettant les mains dans le cambouis. Et pas en amont, pour me “forcer” à choisir.

En quoi est-ce que ce hack réduit le sentiment d’être submergé ?

Premièrement, parce qu’il enlève la charge mentale de devoir choisir par quoi on commence (on utilise juste le hack #4 pour définir la première tâche, mais on s’autorise à avancer sur tous les projets en parallèle au cours de la journée ou la semaine).

Deuxièmement, parce qu’il a des chances d’amener à un tri naturel, qui fait qu’on va finalement restreindre le nombre de projets sur lesquels on travaille. 

Ça enlève de la charge mentale :

  • Moins de charge mentale dans le processus, car moins de choses à gérer en parallèle ;
  • Moins de charge mentale vis-à-vis de la stratégie d’ensemble, car on a naturellement enlevé des projets à plus tard qui, finalement ne nous intéresse plus. Ca fait moins d’idées dans la tête pour créer ce sentiment de submersion.

Hack #9 : Visualisation

Dernier hack : visualiser à quoi ça ressemblerait si tu mettais en place ton idée.

Avant même de commencer à avancer concrètement sur tes idées (hack #8), tu peux déjà faire un tri, juste en visualisant l’état final dans lequel tu te retrouveras si tu mets en place le projet (si ça te vient facilement).

Selon que tu es Spécifique ou Non-Spécifique en Design Humain, tu peux d’ailleurs visualiser plutôt les détails factuels (Spécifique) comme le prix, le temps que ça va te prendre, comment ça va s’imbriquer dans ton emploi du temps avec le reste ; ou comment tu te sentiras (Non-Spécifique) : est-ce que ce sont des émotions légères et “vers le haut” ? Ou plutôt lourdes et “vers le bas” ?

Si ce que tu vois dans ta projection mentale ne te plaît pas, ça peut t’aider à décider de ne pas lancer ce projet. Et ainsi t’économiser du temps et de l’énergie.

Ce hack, comme les autres qui permettent de faire du tri dans ses idées, aide à faire baisser la charge mentale, en réduisant le nombre d’options.

Quels hacks te parlent le plus ?

En résumé, nous avons :

  • Des hacks de lâcher-prise : #1, #2, #5
  • Des hacks pour trier ses idées, les prioriser : #4, #7, #8, #9
  • Des hacks pour sortir de la tête, et aller dans le concret : #3, #6, #8

Lesquels te parlent le plus ?

Quels sont ceux que tu utilisais déjà et ceux qui sont nouveaux pour toi ?

Lesquels as-tu envie de tester dans cette liste ?

N’hésite pas à me partager tes retours en commentaire, sous cet article. 🙂

Photo by Vale Zmeykov on Unsplash

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 réflexions au sujet de « 9 Hacks Pour Ne Pas Être Submergé Par Les Idées (PODCAST #061) »

  1. Hello ! Merci pour cet article. Un hack super intéressant pour ne pas être submergé par les idées est d’utiliser un logiciel de productivité comme Notion (pour l’organisation personnelle et professionnelle), ou Bear (IOS) / Evernote (tous appareils) pour organiser sa création de contenus ou réaliser des archives organisées. Ça libère l’esprit de façon surprenante ! Mais surtout, cela permet d’accéder très rapidement à ses idées en cas de besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.