Choisir

Comment Créer son tableau de Visualisation | Ma Méthode en 4 étapes

Le “tableau de visualisation” (ou “vision board”) est une représentation visuelle (images, photos, texte, citations) du futur auquel on aspire. Il permet d’augmenter ses chances de parvenir où l’on souhaite, en envoyant régulièrement au cerveau l’idée que c’est là-bas qu’on veut aller.

Le Tableau de Visualisation : un outil pour avancer vers le futur professionnel auquel on aspire

Le “tableau de visualisation” a pour but de matérialiser ses objectifs, ses envies, ses rêves, afin de les garder en tête et de rappeler à son esprit d’aller dans cette direction.

Cette idée repose sur le constat que, quand on visualise quelque chose que l’on veut, on commence déjà à se mettre en condition pour l’obtenir.

En représentant le futur professionnel auquel on aspire sur son tableau de visualisation, on augmente donc ses chances d’y parvenir.

Le tableau de visualisation peut s’appliquer à tous les domaines de la vie. Toutefois, comme mon but est de t’aider à être plus épanoui(e) au travail, j’ai décidé d’orienter l’exercice autour de ce à quoi tu aspires pour ta vie professionnelle future.

La question principale à laquelle on va répondre est : “A quoi ressemble ma situation professionnelle de rêve dans un an ?”. Tu peux choisir une autre échéance si tu préfères (deux, trois, cinq ans…). Choisis l’échéance à laquelle tu imagines un changement par rapport à ta situation actuelle. Cette échéance ne doit pas être trop loin dans le temps. Il faut que ce soit suffisamment proche pour que tes actions aujourd’hui puissent avoir un impact observable sur cette situation professionnelle future.

Il s’agit d’un tableau (en principe, une grande feuille A3) sur lequel on va illustrer visuellement (principalement avec des images) un futur qui nous inspire et vers lequel on a envie d’aller.

Si tu veux voir à quoi ressemble un tableau de visualisation, j’ai fait une sélection sur Pinterest. Clique ici pour voir la sélection de tableaux de visualisation sur Pinterest. Et profites-en pour t’abonner à mon compte Pinterest pour plus de tableaux thématiques 🙂

 

Comment créer son Tableau de Visualisation : ma méthode en 4 étapes

Dans cet article, je te présente ma méthode en quatre étapes pour réaliser ton tableau de visualisation. J’avais moi-même fait deux tentatives pour créer le mien mais n’avais pas été satisfaite du résultat. Ca ne me ressemblait pas assez. En réfléchissant à ce qui avait posé problème, j’ai imaginé une méthode pour pallier à ça.

Plutôt que de foncer tête baissée vers la recherche d’images, photos, textes et citations pour créer le tableau, je pense qu’il vaut mieux d’abord bien réfléchir à sa vision de son futur professionnel. D’abord pour en prendre conscience, ensuite pour être suffisamment précis, et enfin pour que le tableau soit pertinent et aide effectivement à avancer dans cette direction. Si la vision est trop floue, le tableau le sera aussi, et on risque de finalement pas s’en servir.

Cette méthode peut s’appliquer dans la même journée, mais il faut prévoir environ 1h30 pour la préparation (étapes 1 à 3) et 2h pour la réalisation (étape 4).

Etape 1 : Intuition

Le but de cette première étape est de jouer sur ton intuition, sur ce dont tu n‘as pas forcément conscience mais qui est là au fond de toi.

Matériel : procure-toi des magazines

Pour faire cet exercice, il te faudra te munir de magazines ou autre support qui contient des images variées. Si tu n’as pas de magazines chez toi (ce qui était mon cas), tu peux demander à tes amis de t’en donner, en récupérer dans des salles d’attente où ils sont offerts, ou bien en acheter d’occasion (ils sont à 0,50 euros chez Boulinier par exemple) ou neufs.

Découpe les images qui t’inspirent

Une fois les magazines récupérés, installe-toi confortablement (n’hésite pas à te mettre une petite musique sympa, à te servir un thé…car il faut prévoir environ trente minutes pour cette étape). Feuillette les magazines tranquillement et, dès qu’une image a l’air de t’inspirer quelque chose relié à ta future situation professionnelle, découpe-la. Ne réfléchis pas trop au “pourquoi”, laisse ton intuition te guider. Découpe tout ce qui te paraît inspirant.

Donne du sens aux images découpées

Une fois les trente minutes écoulées, rassemble toutes les images sur une même surface de manière à pouvoir toutes les voir. Le but maintenant est de “rationaliser” ce que tu viens de faire par intuition. Tu peux faire cette partie de l’exercice seul(e), idéalement à haute voix pour t’entendre dire les choses. Ou bien tu peux réquisitionner un ami et lui expliquer à lui.

Pour chaque image découpée, explique pourquoi tu as choisi cette image : qu’est-ce qu’elle t’inspire et à quoi te fait-elle penser par rapport à ta future situation professionnelle ?

Voilà pour l’étape 1. On ne va pas plus loin que ça sur l’intuition. Cette première étape est celle qui est majoritairement proposée dans les exercices de développement personnel pour réaliser son tableau de visualisation. Cependant, en la testant, j’ai été frustrée par le fait que les images que j’avais trouvées ne représentaient pas exactement ma vision du futur. J’avais dû composer avec ce qui était proposé par les magazines. C’est pourquoi j’ai imaginé d’autres étapes après celle-ci.

Etape 2 : Visualisation

Le but de cette deuxième étape est de faire ressortir les éléments les plus importants pour toi dans cette future situation professionnelle. Le format est censé permettre de se “reconnecter” à ce qu’on veut profondément.

Aucun matériel nécessaire

Pas besoin de matériel cette fois-ci, juste de toi et de cinq minutes, pour un exercice de “visualisation”. Je tire cette étape d’un atelier de Charlotte Scapin du 1to100project. Cet exercice m’a permis de voir clairement où je me projetais dans ma situation professionnelle idéale. C’est suite à cet exercice que j’ai pris la décision d’avancer mon grand voyage de deux mois et de commencer ma vie de digital nomad internationale dès juin 2018.

L’exercice de visualisation

Prévois cinq minutes pour cet exercice. Si possible, mets-toi un chronomètre à cinq minutes pour ne pas devoir regarder l’heure pendant l’exercice.

Assieds-toi sur le bord d’une chaise, le dos droit (qui ne touche pas le dossier), les mains sur les cuisses, les pieds bien posés à plat sur le sol.

Prends trois grandes respirations :

  • Inspire au maximum par le nez pendant cinq secondes, en commençant par faire gonfler ton ventre pour finir par les poumons.
  • Après cinq secondes d’inspiration à fond, expire tout cet air par la bouche pendant cinq secondes.
  • Fais une pause de deux secondes
  • Puis recommence l’inspiration.
  • Fais ce cycle trois fois en tout.

Après ces trois grandes inspirations, pose-toi cette unique question : “Imagine-toi dans ta vie professionnelle à un/deux/trois/cinq ans (selon l’échéance choisie). Que vois-tu ?”.

Réfléchis à ça jusqu’à ce que le chronomètre sonne.

Quand il sonne, note quelque part ce que tu t’es imaginé, là où tu t’es projeté. Ce que tu as vu correspond a priori a ce qui a le plus d’importance pour toi puisque ça t’es venu naturellement en te posant la question. Pour compléter ces éléments et préciser ce que tu envisages, j’ai imaginé l’étape 3.

Etape 3 : Complétion

Le but de l’étape 3 est d’obtenir une vision plus précise du futur professionnel auquel tu aspires. Pour approfondir ce qui est ressorti dans les étapes précédentes, je te propose de te poser six questions. Pour chacune, note tes réponses quelque part.

Question 1 : Qu’est-ce que je fais ?

La première question que tu peux te poser est : “Dans la situation professionnelle idéale que j’imagine dans un an (selon échéance choisie), qu’est-ce que je fais ?”. Sous-entendu comme métier, activité, poste…Es-tu sur les mêmes types de tâches et de missions qu’aujourd’hui ? Si non, comment cela a-t-il évolué ? Qu’est-ce qui a changé ?

As-tu une seule activité ou plusieurs ? Par exemple, as-tu ajouté un side-project, une activité bénévole ? As-tu précisé ton champ d’action si tu es freelance ? Ou au contraire as-tu élargi ton domaine d’intervention ?

Question 2 : Pour quoi je le fais ?

La seconde question que tu peux te poser est : “Dans la situation professionnelle idéale que j’imagine dans un an (selon échéance choisie), à quoi est-ce que je contribue ?”

Es-tu toujours dans la même entreprise ? As-tu changé d’entreprise mais dans le même secteur ? As-tu changé de secteur ? Pourquoi ce secteur est important et intéressant pour toi ? Que t’apporte-t-il ? Que vas-tu chercher dans ce secteur ? A quelle cause contribues-tu ? Qu’est-ce qui te touches dans la mission de l’entreprise pour laquelle tu te vois travailler ? Ou bien, quelle est ta vision si tu es indépendant(e) ?

Question 3 : Dans quelles conditions je le fais ?

La troisième question que tu peux te poser est : “Dans la situation professionnelle idéale que j’imagine dans un an (selon échéance choisie), à quoi ressemble mon environnement de travail ?”

Es-tu salarié ou indépendant ? Dans quel type de bureau travailles-tu ? Est-ce un lieu design avec plein de services ? Ou plutôt un lieu alternatif ? Est-ce en France ou à l’étranger ? Es-tu dans tes propres bureaux ou dans un espace partagé ? Pourquoi ? Qu’est-ce qui t’attire dans ces différentes conditions ?

Travailles-tu à temps plein sur l’activité qui te rémunère ou bien as-tu un projet qui te rémunère et un que tu fais pour le plaisir, ou gratuitement pour être accessible à ceux qui n’ont pas de budget ? Travailles-tu de nombreuses heures par semaine ou travailles-tu moins pour un meilleur équilibre vie pro-vie perso ?

Question 4 : Avec qui je le fais ?

La quatrième question que tu peux te poser est : “Dans la situation professionnelle idéale que j’imagine dans un an (selon échéance choisie), avec qui est-ce que je travaille ?”

Es-tu en équipe ou en solo ? Quelles valeurs partages-tu avec ton équipe ? Quelles attitudes et rituels y a-t-il entre vous ? A quoi ressemble l’ambiance dans cette équipe ? Sors-tu avec tes collègues boire une bière après le boulot ou as-tu des relations plus formelles ? Comment es-tu managé(e) ? Comment manages-tu ton équipe ?

Question 5 : A quoi ressemblent mes finances ?

La cinquième question que tu peux te poser est : “Dans la situation professionnelle idéale que j’imagine dans un an (selon échéance choisie), à quoi ressembent mes finances ?”

Quel est le montant de ton revenu mensuel ? Pourquoi ce chiffre ? Combien te faut-il pour te sentir bien ? Veux-tu avoir un haut salaire pour pouvoir te payer de beaux objets et partir loin en vacances ? Ou bien te vois-tu accepter d’avoir un salaire plus bas pour un job qui te plaît davantage ou pour lancer un projet, ou pour avoir moins de responsabilités et d’horaires à faire ?

Question 6 : Qui suis-je ?

La sixième et dernière question que tu peux te poser est : “Dans la situation professionnelle idéale que j’imagine dans un an (selon échéance choisie), quelle personne suis-je devenue ?”

Quelles sont les trois affirmations qui te décrivent le mieux à ce moment-là ? Es-tu devenu “un manager compréhensif et flexible” ? Es-tu quelqu’un qui “inspire” les autres ? Es-tu conciliant(e), proactif(ve) pour fédérer, capable de communiquer sans s’énerver…?

 

Les réponses à ces questions sont censées t’avoir apporté une vision plus précise de la situation professionnelle future à laquelle tu aspires.

Prends maintenant un moment pour relire tout ce que tu as écrit, le simages que tu avais choisis. Cherche les incohérences pour parvenir à une vision claire et cohérente de ce que tu veux. Une fois que tu l’as, la phase de préparation se termine et on va pouvoir passer à la phase de réalisation du tableau.

Etape 4 : Collecte

Cette quatrième et ultime étape est celle où l’on va enfin matérialiser la vision de ce futur professionnel auquel tu aspires.

Pour éviter de se brider à cause du manque d’espace, je te propose de commencer par chercher le contenu de ton tableau. Et seulement ensuite de choisir le support. Laisse-toi la liberté de mettre tout ce que tu as envie de mettre. Cependant, attention de ne pas choisir trop d’images car ça risquerait de brouiller la clarté de la vision de ton futur. Il vaut mieux choisir une seule image/phrase par idée.

Fais la liste de ce que tu cherches

La recherche d’images est une tâche qui peut être très chronophage si on se laisse porter et qu’on cherche l’image parfaite. Pour éviter de passer une journée entière là-dessus, je te recommande de dresser une liste précise des éléments que tu veux illustrer.

Cette liste devrait contenir :

  • Des images/photos/textes qui illustrent les réponses aux questions 1 à 5 de l’étape 3
  • Les 3 phrases qui te représentent (question 6 de l’étape 3)
  • Une citation qui traduit ton état d’esprit ou ta vision de ta situation professionnelle future (tu peux l’écrire toi-même)
  • Optionnel : une photo de toi qui a l’air heureux
  • Tu peux également ajouter des images qui t’inspirent, même si elles ne représentent pas une idée précise ; ou des images qui représentent des “sensations”

Collecter les images

Tu peux utiliser les images découpées dans les magazines si elles te conviennent. Ou bien tu peux aller les chercher sur Internet (Google Images, Pinterest, Unsplash, Pixabay…) puis les imprimer.

Construire le tableau avec tout ce contenu

Réunis toutes tes images et textes que tu veux faire apparaître sur le tableau.

Maintenant que tu as tout ça sur les yeux, choisis un support adapté. Tu peux simplement scotcher des feuilles blanches A4 ou A3 ensemble pour créer un support plus grand sur lequel rentreront tous tes contenus.

Si tu veux vraiment un très beau tableau très bien fait, tu peux faire un brouillon de ce à quoi ton tableau va ressembler avant de le faire “en vrai”. Ainsi tu peux essayer plusieurs manières de représenter les idées et de répartir les contenus. Une fois que tu sais ce que tu veux, tu peux commencer à coller les images et à écrire les textes. n’hésite pas à personnaliser encore plus le tout en ajoutant de la couleur, de petits dessins. Le but est que tu sois fier(e) du résultat, qu’il t’inspire et te donne envie de le regarder tous les jours.

Mais tu peux aussi y aller “au feeling” et coller les choses comme ça te vient.

Accroche ton tableau dans un lieu où tu le verras souvent

Pour que le tableau ait l’effet escompté, il faut que tu le regardes souvent (tous les jours). Accroche-le donc dans un lieu où tu ne pourras pas faire autrement que poser tes yeux dessus : en face de ton bureau, à côté de ta table de chevet, dans tes toilettes, sur le frigo de la cuisine…

Le Tableau de Visualisation ne suffit pas à atteindre ses objectifs

Commençons par faire un point : ton tableau de visualisation t’inspire-t-il ? As-tu envie de le regarder ? Si oui, c’est réussi, félicitations ! Si non, il faudra probablement que tu le retravailles plus tard. Car s’il ne te plaît pas, tu n’auras pas envie de le regarder et il ne servira à rien. Quand tu le peux, essaye donc de te demander pourquoi il ne te plaît pas. Est-ce qu’il manque quelque chose ? Est-ce que les images ne te plaisent pas tant que ça ?

Faire un tableau de visualisation est une très bonne première étape. Mais il ne suffit pas.C’est un outil qui permet de garder le cap (celui de ses aspirations professionnelles), et de globalement oeuvrer dans ce sens. Mais il n’indique pas le chemin ou les étapes à suivre pour y parvenir. Pour réussir à aller là où on veut aller, il faut donc ajouter une couche “plan d’action”, avec des actions claires pour aller vers ces aspirations.

Je trouve que le “petit pas” est un bon moyen de commencer. Demande-toi quel est le “petit pas”, quelle est l’action la plus simple que tu peux mettre en place AUJOURD’HUI pour avancer dans cette direction. Quelque chose qui ne te demande quasiment pas d’effort et que tu peux faire tout de suite. Mais qui va dans le sens de la situation professionnelle future à laquelle tu aspires malgré tout. Une fois que tu auras fait ce petit pas, tu pourras en décider d’un deuxième et ainsi de suite 🙂

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.