Epanouissement professionnel

Lettre à moi-même quand je suis au fond du trou

Publié

Ecrire une lettre à soi-même pour aller mieux quand ça va pas

Il y a quatre jours, j’ai fait une séance de Theta Healing. Ça a marqué le moment où je suis passée du “fond du trou” (état émotionnel très bas) au début de la pente ascendante (énergie positive, inspiration, clarté…).

Quand je suis rentrée chez moi après la séance, je me suis écrit une “Lettre à moi-même quand je suis au fond du trou”. Elle rassemble les principaux messages que mon conscient se rappelle de la séance de Theta Healing. Je me suis dit que ça me ferait du bien de relire cette lettre quand je ne vais pas bien.

Il y a des chances que tu traverses certaines des choses que j’ai traversées, que tu ressentes certaines des émotions que j’ai eues ces jours-ci, que tu vives certains mêmes blocages ou croyances qui t’empêchent d’avancer.

Je te partage donc ma lettre (initialement sur papier, réécrite ici pour toi ;)), pour qu’elle puisse t’aider à te soulager dans ton état émotionnel bas, à t’enlever un poids, une pression, à voir les choses différemment. Bref, j’espère que ces messages te feront du bien comme ils m’ont fait du bien.

N’hésite pas aussi à écrire ta propre lettre, avec des messages que ça te fait du bien de lire quand tu te sens dans certaines émotions. Et, si tu en as l’envie, n’hésite pas à la partager en commentaires. Je trouve ça toujours inspirant de voir comment d’autres personnes peuvent s’auto-aider, formuler des phrases qui peuvent nous faire du bien à nous aussi. 🙂

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment Sortir du Lot pour obtenir ton Job de Rêve

Ma lettre à moi-même quand je suis au fond du trou

Isis,

Si tu te sens seule malgré les gens autour de toi, reconnecte-toi à la Source. ressens cette appartenance à ce tout. Tu n’es pas seule, l’énergie de la Source te traverse. Connecte-toi à tes racines, à la Terre. Connecte-toi à l’Univers, aux étoiles. Sens cette connexion avec le tout et cette force vitale qui te traverse.

Si tu te sens fatiguée d’être forte, d’être une Guerrière : sache que tu n’as pas à porter cette responsabilité d’aider les autres pour être aimée. On t’aime pour qui tu es, ta présence, ce que tu dégages quand tu ne fais aucun effort. Cette force est déjà en toi, tu n’as pas besoin d’en rajouter, pas besoin d’en faire plus. Tu n’as pas à sauver les autres, ni à faire d’effort pour les aider. Tu les aides par ta seule présence et le fait d’être toi. Tu n’as qu’à suivre ce qui t’enthousiasme, te met en joie, et avoir confiance dans le fait que ça t’apportera tout l’argent dont tu as besoin.

Si tu as l’impression de donner plus que tu ne reçois : rappelle-toi que tu ne dois pas faire les choses dans l’intention de recevoir de la reconnaissance, des remerciements ou des félicitations pour ton travail. Tu dois le faire parce que ça te nourrit toi. Tu le fais pour toi. Trouver ce que tu as envie de faire pour toi, et que tu ferais, même si ça n’aidait pas les autres, et si tu recevais de l’argent par ailleurs.

Si tu manques de réconfort, autorise-toi à le formuler à tes proches. À leur demander de te dire ce que tu as besoin d’entendre. À leur dire que tu as besoin d’une oreille pour t’écouter. Que tu as besoin d’un câlin.

Si tu sens que tu n’oses pas montrer ta vulnérabilité : souviens-toi que c’est ce qui te permettra de toucher les gens plus profondément, qu’ils t’aimeront encore plus, pour avoir exposé ton humanité, à laquelle ils peuvent s’identifier. Ça créera de l’intimité. Souviens-toi que tu n’ES PAS tes émotions. Elles sont des messagères de tes besoins.

Si tu ne te sens pas vue et reconnue, souviens-toi que la Source t’a faite de façon parfaite, pour contribuer à ta mission. Lorsque tu suis ce qui te met en joie, tu fais ce qu’il faut. Reconnecte-toi au plaisir que te procurent ces moments, reconnais à quel point ils te correspondent, reconnais le “toi” de ces moments.

Comment écrire ta propre lettre à toi-même quand tu es au fond du trou ?

Déjà, est-ce que tu t’es reconnu·e dans certains sentiment ? Est-ce que certains mots t’ont fait du bien ? Lesquels ? (partage-le-moi en commentaires)

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Manager son manager pour se sentir mieux au travail

Pour moi, l’écriture de la lettre a été assez facile, parce que je n’ai fait que “reverser” des choses que je venais d’entendre dans la séance.

Mais toi qui lis ça, tu n’es sûrement pas dans cette situation, donc voici ce que je te recommande pour écrire ta propre lettre quand même :

1. Liste tes émotions

Liste les émotions et ressentis que tu vis en ce moment (ce qui correspond aux phrases en gras dans ma lettre : seule, fatiguée d’être forte, impression de donner plus que je ne reçois, manque de réconfort, blocage pour montrer ma vulnérabilité, pas vue et reconnue)

2. Ecris les mots qui peuvent t’apaiser

Imagine que c’est un ami qui t’est cher qui vient de te faire part de tous ces ressentis/émotions.

Pour chaque émotion/ressenti, écris un paragraphe à cet ami pour le réconforter, l’aider à aller mieux, à enlever le poids qu’il met sur ses épaules.

Les bons mot ne viendront sûrement pas tout de suite. Commence par écrire ce qui te vient, et continue d’écrire jusqu’à ce que tu aies le sentiment que les bons mots sont sortis.

Si écrire n’est pas ton truc et que tu préfères fonctionner à l’oral, parle en t’enregistrant sur le dictaphone de mon smartphone par exemple.

3. Optionnel : mets-ça au propre, de façon manuscrite

Si tu es parti·e un peu dans tous les sens, que tu as beaucoup écrit, et que tu as l’impression que tu auras la flemme de lire tout ça le jour où tu n’iras pas bien : prends une feuille blanche ou un carnet et réécris ta lettre au propre manuscritement (ça fait du bien d’écrire à la main sur du papier, et pas toujours sur son ordinateur).

Si tu t’étais enregistré·e sur ton dictaphone, réécoute l’audio et réécris ce que tu as dit sur un papier ; en ne gardant que les meilleures phrases, si tu en ressens le besoin.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Pourquoi JE vais mourir heureuse et VOUS allez mourir avec des regrets

Par la suite, relis ta lettre quand tu ressens le besoin de lire des mots de réconfort, d’enlever un poids.

Et voilà, c’est tout ! As-tu réussi à écrire ta lettre ? Qu’est-ce qui a été difficile pour toi dans cet exercice ? N’hésite pas à partager ta lettre et/ou ton retour d’expérience sur l’exercice en commentaires. 🤗

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.