Se lancer

Solopreneure : Comment Gagner en Efficacité et Bien-être au Travail en appliquant les Principes Minimalistes ?

Publié

Comment les principes du minimalisme peuvent-ils t’aider à te sentir plus sereine, gagner en bien-être et productivité dans ton quotidien de Solopreneure ? Prescilla, du site etreminimaliste.com, a rédigé cet article, riche en contenu, pour te donner tous les domaines d’applications du minimalisme dans ta vie de Solopreneure.

Le minimalisme, peut être en as-tu déjà entendu parler dans des émissions, des magazines ou sur internet. Contrairement à une idée assez répandue, il ne s’agit pas de jeter tout ce que l’on possède pour partir vivre en ermite dans la montagne ou faire le tour du monde à vélo. Ce n’est pas non plus une super méthode de rangement de la maison.

Le minimalisme est bien plus global  et riche que cela. Il s’agit de s’alléger de tout ce qui nous encombre, ce qui nous pèse, de se libérer de tout ce qui nous prend inutilement du temps et de l’énergie, pour laisser la place à ce qui compte vraiment pour nous. Pour atteindre notre but : notre épanouissement. 

Il s’agit au final de faire des choix de vie en pleine conscience et apprendre à vivre avec moins mais beaucoup mieux : « Less is more. »

Et cette philosophie de vie est loin d’être nouvelle. De grands esprits et entrepreneurs sont connus pour l’avoir adoptée : Socrate, Albert Einstein ou encore Steve Jobs.

Minimalisme : quel intérêt pour les Solopreneures ?

Tu te demandes peut être quel est le lien entre minimalisme et productivité pour une Solopreneure, et en quoi cela va-t-il te permettre de gagner en sérénité ?

Dans le monde de l’entreprise, le minimalisme, ou tout du moins ses principes, a pris la forme du lean : lean management, lean production… La gestion sans gaspillage, allégée, au plus juste. Ces méthodes font la réussite des plus grandes entreprises de part le monde. 

Avec toujours ce même objectif : optimiser chaque tâche pour obtenir le meilleur résultat en consommant le moins de ressources. C’est la définition même de l’efficience.

Et cela va de pair avec une meilleure gestion de ses priorités, de son temps et de son énergie. De quoi rendre ton travail plus serein et productif !

Es-tu prête à prendre du recul et à chercher des moyens de rendre ton travail plus simple, plus efficace et au service de tes aspirations?  

Les 4 applications du minimalisme pour les solopreneures

Afin de t’accompagner dans cette démarche minimaliste dans ton travail, je te propose de découvrir 4 applications qui te feront gagner beaucoup de temps, d’efficacité mais aussi de sérénité au quotidien. De quoi te donner toutes les cartes pour libérer tout ton potentiel et faire de ton entreprise une activité alignée avec qui tu es et qui soit au service de ta vie (et non l’inverse).

Pour cela nous verrons d’abord les bases : comment te créer un environnement de travail minimaliste ; puis nous entrerons dans des concepts un peu moins répandus mais qui te seront d’une grande valeur dès que tu les mettras en application.

Dans chaque étape, je te propose des questions à te poser ou des solutions à tester. 

Certaines sont applicables immédiatement, d’autres sont à planifier ou à mettre en oeuvre au cours de ton travail. 

Tu auras ainsi, au fil de l’article, des conseils et des solutions #J’agis maintenant, #Je planifie l’action et enfin #j’applique dans mon travail.

Mon petit conseil : lis une première fois l’article, puis relis-le avec à ta portée : un bloc-notes, un crayon et ton planning.

Alléger sa charge mentale

Lorsque l’on est solopreneure, nous pouvons avoir une charge mentale telle que nous avons l’impression de ne jamais voir le bout du tunnel. Que nous n’en finirons jamais de nos trop nombreuses tâches à faire et que notre mental est submergé par trop de choix, trop de décisions à prendre.

Le minimalisme va t’apporter des solutions pratiques pour alléger ton quotidien.

Voici trois conseils pour gagner en efficacité et en sérénité : 

Conseil #1 : Adopter une garde-robe minimaliste

Quand trop de choix devient épuisant

Depuis toujours, je trouve cela une perte de temps considérable, le choix à faire chaque jour de la tenue que nous allons porter.

Comme si nous n’avions pas suffisamment de choses à penser et de choix à faire, nous rallongeons notre liste avec des détails de notre quotidien qui ne seront pour nous d’aucun avantage dans notre réussite : la couleur de la chemise, la forme de ton pantalon ne te fera pas décrocher le contrat de la journée. Mais probablement perdre un temps précieux.

Il existe plusieurs théories psychologiques qui expliquent que la prise de « petites » décisions quotidiennes telles que ce que l’on va devoir manger ce midi, quel chemin prendre pour aller à un rendez-vous, comment allons-nous nous habiller –  consomme de l’énergie, fatigue le cerveau et endommage notre capacité à nous prononcer sur des questions plus importantes. Le terme médical « décision fatigue » a été formulé par Roy Baumeister, chercheur en psychologie sociale à l’université de Floride. Alors qu’avoir le choix est en général quelque chose de positif, être confronté à une trop grande prise de décision peut avoir un effet paralysant et négatif et nous entraîner à prendre de mauvaises décisions.

Quelles solutions pour réduire sa garde-robe

Si toi aussi tu vis cette perte de temps à choisir ce que tu vas porter, je te propose deux solutions pour simplifier cette tâche quotidienne :

Solution #1 : Porter toujours la même tenue

Tu peux t’inspirer de l’ancien président des Etats Unis, Barack Obama, du fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, ou du fondateur d’Apple, Steve Jobs, et choisir de ne plus faire de choix. Afin de se libérer de cette contrainte de devoir chaque jour décider de leur tenue, ces personnalités, comme d’autres, ont fait le choix d’un vestiaire composé de tenues identiques – costumes bleus ou gris pour Barack Obama, sweat à capuche et tee-shirt gris pour Mark Zuckerberg. 

Solution #2 : Réduire ton dressing

Ou tu peux choisir de réduire ton dressing aux seules tenues que tu portes régulièrement, qui te ressemblent, sont en parfait état et influencent positivement ton état d’esprit. Tu vas ainsi réduire considérablement ton dressing et donc le nombre de possibilités de tenue. C’est l’option que j’ai choisie, me faisant gagner un temps et une énergie précieuse mise au service de projets qui me tiennent à cœur et de temps gagné pour des choses bien plus essentielles à mes yeux. Tout en portant des tenues qui me ressemblent vraiment dans lesquelles je suis à l’aise.

#Je planifie l’action. Prends ton agenda.

Et toi quelle option préfères-tu? Plutôt vestiaire ou plutôt petit dressing sélectionné avec soin ? Note-toi dans ton agenda un rendez-vous avec ton dressing pour commencer ce désencombrement salutaire!

Conseil #2 : Désencombrer son bureau

Un bureau rangé pour un esprit libéré

Dans tous les emplois que j’ai effectués en tant que salariée en entreprise ou comme  professeur ou formatrice puis comme entrepreneure, travailler dans une pièce rangée, sur un bureau épuré, avec un classement ad hoc a toujours été pour moi source de sérénité et de productivité.

Combien de collègues ai-je vus stresser et subir une perte de temps et d’énergie considérable à rechercher un document sur un bureau envahi de dossiers en cours ou non encore archivés!

Il est vrai qu’un bureau peut vite s’encombrer de papiers, dossiers, fournitures dont on ne sait plus s’ils fonctionnent encore. Et ainsi se retrouver à travailler sur un bureau encombré, des casiers qui débordent et l’envie de racheter un nouveau meuble de rangement.

Or pour gagner en sérénité et en concentration, travailler dans un espace ordonné où tu trouveras facilement ce dont tu as besoin, te permettra de te libérer de cette charge mentale, cette crainte de ne pas retrouver tel document ou d’avoir manqué telle date limite.

Les 4 étapes à suivre pour t’offrir un espace de travail minimaliste
Etape #1 : Désencombrer ton espace de travail

Pour cela, simplifie au maximum cet espace, en commençant par désencombrer ton bureau :

  • Vide tout.
  • Fais les poussières.
  • Jette tout ce qui est abîmé, ne fonctionne plus. 
  • Fais des choix dans ce que tu possèdes en plusieurs exemplaires.
  • Remets  sur le bureau le strict nécessaire, ce que tu utilises tous les jours.
  • Dans un carton pose-y tout ce qui n’a rien à faire dans ton bureau professionnel afin de le redistribuer à leur juste place.
  • Mets tout le reste dans un tiroir ou un casier.
  • En cas de renouvellement, n’achète que des objets d’écriture de qualité. Un beau stylo plume. Un bel agenda. Un beau bloc note par exemple. Qui te donneront envie de les utiliser et d’en prendre soin.
Etape #2 : Classer et archiver les documents

Puis une fois que ton espace sera désencombré du superflu, classe tes documents par catégorie selon ton activité : Projet en cours/ factures à payer/ Document à traiter etc… et pense à archiver régulièrement. 

Utilise les contenants qui te conviennent le mieux. J’ai toujours travaillé, avec succès, avec des classeurs par catégorie et avec des « chemises » pour les « en cours » qui attendaient une action rapide de ma part. 

Pour l’archivage et le tri, renseigne-toi sur la durée de conservation des documents professionnels.

Etape #3 : Ne plus se laisser envahir

Pour éviter d’être encombrée de nouveau, refuse le plus possible les flyers et publicités. Demande les formats informatiques pour toutes les documentations ou prospectus et stocke-les sur une clef ou un disque dur externe.

Pense également à digitaliser au maximum les documents reçus (relevés bancaires, certaines factures…).

Évite d’ajouter de nouveaux espaces de stockage en commençant toujours par vérifier que tu ne peux pas en libérer dans les espaces que tu possèdes déjà.

Etape #4 : Ne pas oublier le bureau de l’ordinateur!

Enfin, fais de même pour ton bureau virtuel, celui de ton ordinateur. Limite au maximum le nombre de dossiers sur ton bureau d’accueil, fais des sous dossiers par grande thématique. Si besoin, note sur papier avant de le mettre en œuvre afin d‘avoir une vision claire de l’organisation la plus logique et efficace pour toi. Fais de même avec tes mails et tes dossiers en ligne !

#Je planifie l’action. Prends ton agenda.

Note tout de suite dans ton agenda un rendez-vous en tête à tête avec ton espace de travail. Je te conseille de prévoir 3 rendez-vous : 1. pour le désencombrement , 2. pour le tri et l’archivage et 3. pour ton bureau virtuel. C’est à toi.

Ton environnement de travail est maintenant propice à une concentration optimale. Voyons maintenant les outils à choisir pour travailler efficacement.

Conseil #3 : Réduire la quantité d’outils de travail

Quand les questions accessoires nous éloignent de l’essentiel

Lorsque nous parlons organisation, nous pensons inévitablement aux outils qui nous aident au quotidien à gérer notre temps et notre entreprise d’une manière générale : ordinateur, applications, agenda, bloc notes, répertoire, outil de gestion client, de facturation etc.

Qu’utilises-tu au quotidien ? Quelles applications ? Es-tu plutôt evernote ou carnet à spirales? Word ou libre office ? Mac ou Windows ? Agenda papier ou le calendrier d’outlook ?

C’est typiquement ce type d’interrogations qui peuvent te faire perdre un temps fou à chercher un outil plus performant, plus rapide, dernière génération en espérant qu’il va t’aider à devenir plus efficace et mieux organisée. Avec cette nouvelle option qui peut-être te sera utile un jour.

Certes il existe de très bons outils d’organisation avec des fonctions plus ou moins pratiques selon les besoins que nous en avons. L’important est de te concentrer sur tes vrais besoins. 

Prends du recul sur ce qui est essentiel à ton activité et quelle est la solution la plus simple et pratique pour toi en toute occasion.

Les bonnes questions à se poser :

#J’agis tout de suite. Prends un bloc-notes et un crayon et réponds à ces questions :

Pour chacun de tes outils actuels et à chaque fois que tu devras sélectionner un outil nécessaire pour une nouvelle fonction utile à ton activité, pose-toi les questions suivantes :

  • Est-ce vraiment essentiel, indispensable à mon travail?
  • Est-il adapté à mes besoins en terme de fonctionnalité, de format etc…?
  • Est-il simple et pratique à utiliser? 
  • Est-il durable, vais-je pouvoir le conserver suffisamment longtemps?
  • Est-ce que je n’ai pas déjà un autre outil capable de faire le même  job ? 

Et surtout : n’en choisis qu’un par fonction, ne te disperse pas. Va au plus simple. 

Pour t’aider je te propose 2 exemples :

Exemple #1 : Choisir ton outil d‘organisation du temps

Si ton activité nécessite des prises de rendez-vous régulières ou des interventions extérieures alors un agenda hebdomadaire pourra certainement t’être utile.

Si tu es à 100 % sur ordinateur, quel intérêt d’avoir un agenda « physique » ? Un agenda en ligne peut être plus adapté et te donner accès où que tu sois sans risque de l’oublier.

Au contraire si tu es souvent en rendez vous extérieur sans garantie d’avoir accès à internet, choisis plutôt l’agenda dans un format facilement transportable du style semainier afin d’avoir une vision de ton planning hebdomadaire en un clin d’œil.

Exemple #1 : Choisir tes outils de prise de note

Il est important d’avoir à portée de main et en toute occasion de quoi noter tes idées ou toute information utile. Afin de désengorger ta mémoire et libérer ton mental de tout ce qui te passe par la tête ! 

Carnet de note ? Application sur smartphone ? En ligne ? Tout comme pour l’outil précédent, choisis l’outil qui TE ressemble et pourra te suivre partout.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Faire un boulot saisonnier en plus de son travail indépendant : un aveu d'échec ?

Concernant les actions à réaliser, j’ai fait personnellement le choix d’un cahier grand format pour mon travail au bureau où je note, au fur et à mesures, les tâches à réaliser, en indiquant la deadline et les étapes intermédiaires si nécessaire. Puis je barre lorsque la tâche est finie. C’est une façon de faire assez visuelle qui me convient bien.

Pour noter toutes mes idées, qu’elles concernent les tâches en cours ou à venir ou pas, et ce où que je sois, j’ai un petit carnet de notes format “sac à main” qui me suit partout, y compris dans ma chambre. 

Vous avez remarquez, vous aussi, comme notre cerveau s’ingénie à nous bombarder d’idées et nous rappeler ce qu’il nous reste à faire, une fois dans notre lit? 

Je l’utilise dans les deux sens : un côté pour noter les informations importantes concernant les actions en cours, à reporter sur mon cahier de tâches. Et dans l’autre sens, j’y note toutes les idées qui me passent par la tête!

Te voilà maintenant prête à travailler dans un environnement optimisé pour une meilleure concentration, libérée de ce qui encombrait ton espace et ton esprit.

Nous allons ensemble voir maintenant comment t’aider à rester focus sur l’essentiel et ne pas t’éparpiller dans ton activité.

Se recentrer sur l’essentiel

Lorsque l’on devient solopreneure, il n’est pas toujours facile de rester concentrée sur nos priorités, de prendre du recul sur notre activité. Aussi il arrive souvent que l’on se disperse et que des tâches qui ne sont pas prioritaires, nous prennent une grande part de notre temps et nous encombrent l’esprit. 

Et si nous faisions le point ensemble pour redonner de la place dans ton planning à ce qui est vraiment essentiel ?

Redéfinir ses priorités

L’importance de connaître son Pourquoi

Devenir minimaliste, c’est  revenir à l’essentiel, soit à ce qui compte pour nous, qui nous est indispensable à notre épanouissement. 

Lorsque tu es devenue solopreneure, tu avais probablement des raisons évidentes qui t’ont poussée à faire ce choix : pour être libre, pour faire ce que tu aimes le plus, te réaliser au travers d’un talent particulier. Pour pouvoir bouger. Chacun a son pourquoi.

Dans une conférence « Less is more », Shaa Wasmund, une femme d’affaire britannique, explique comment elle identifie très clairement ce qu’elle aime fondamentalement faire et le reste.

Se concentrer sur l’essentiel c’est d’abord apprendre à se connaître pour définir ses priorités et s’y consacrer en libérant du temps pour ce qui est vraiment important pour soi.

En redéfinissant tes priorités et ton “Pourquoi”, tu vas redonner de l’énergie et du temps à ce qui est vraiment important pour mener à bien ton projet plutôt que de te disperser dans toutes ces autres activités qui t’en éloignent : réseaux sociaux, prochain voyage, projet numéro 50.

Les bonnes questions à se poser :

#J’agis tout de suite. Prends un bloc-notes et un crayon et réponds à ces questions :

  • Pourquoi suis-je devenir solopreneure ?
  • Pourquoi ai-je choisi cette activité précisément ?
  • Est-ce que j’aime ce que je fais ? Est-ce que je me sens alignée avec mon activité ?
  • Comment est-ce que je me vois dans 1 an ?  5 ans ?
  • Qu’est ce qui compte vraiment pour moi ? Mon entreprise en fait-elle partie ?
  • En quoi réussir mon entreprise est-il si important pour moi ? Qu’est ce que cela m’apporte dans la vie ?
  • Suis-je prête à me donner les moyens de cette réussite ?

Maintenant que tu es plus au clair avec tes priorités, prenons du recul quant à ton activité et les actions essentielles auxquelles tu dois accorder le plus de ton temps et de ton énergie pour réussir.

Se concentrer sur son cœur de métier

Le minimalisme selon PARETO et PARKINSON

Quel que soit le métier que j’ai pu exercer, mes fonctions ont recouvré de nombreuses tâches, une multitude d’actions à mener de front. Et l’activité qui m’a le plus apporté de diversité dans mon travail est de loin celle d’entrepreneuse.

Aussi est-il très facile de se laisser distraire par des tâches non prioritaires, à vouloir tout gérer y compris ce pour quoi nous n’avons pas toutes les compétences au risque d’y passer beaucoup de temps pour un résultat pas toujours à la hauteur.

Tu connais sûrement la loi de Pareto, ce philosophe italien qui a constaté que 20 % des efforts produisaient  80 % des résultats ? Ce qui signifie, inversement, que 80 % de nos actions mèneront à seulement 20 % de nos résultats. 

Cette loi s’applique également au travail. Dans les services achat des entreprises pour lesquelles j’ai travaillé, cette loi se vérifiait aisément ainsi : 20% de nos fournisseurs représentaient 80% de notre chiffre d’affaires achat. De même pour la part des produits achetés (20% de ce nous achetions représentait 80 % du montant total des achats). Et cela se vérifie également dans les ventes : 20% des clients génèrent 80% du chiffre d’affaires. 

Il est intéressant de coupler cette loi avec la loi de Parkinson selon laquelle « tout travail tend à se dilater pour remplir tout le temps disponible », Ainsi si tu accordes 4 heures pour réaliser une tâche il y a toutes les chances que tu y passes 4 heures quand bien même tu pourrais habituellement la réaliser en 2 heures. 

Comment utiliser ces deux lois à ton avantage ?

#J’agis tout de suite. Prends un bloc-notes et un crayon et suis ce processus :

Les bonnes questions à se poser :
  • Quel est mon cœur de métier ?

Pour l’identifier : Lorsque tu te présentes, quelle phrase résume ton activité, ton offre ? C’est ton cœur de métier, ce pour quoi tes clients font appel à toi et te payent. C’est ce qui apporte 80 % de tes résultats. 

Note le en haut de ta feuille, en gros.

Puis, dans un tableau à 5 colonnes, note les réponses suivantes :

  • Colonne 1 : Quelles sont toutes les tâches et activités accessoires, de la plus à la moins essentielle pour ton activité ? Gestion commerciale, comptabilité, administratif, communication, graphisme, gestion des stocks, achats des fournitures… etc, ce sont tes 20 % de résultat. 
  • Colonne 2 : Détermine sur une échelle de 1 à 10, ton degré de compétence pour chacune dans la seconde colonne, 
  • Colonne 3 : Fais-en de même quant à ta motivation à les réaliser.

Adopte une posture minimaliste

Pour tout ce qui est « accessoire » et dont tu n‘as pas les compétences ni l’envie (tes notes les plus basses attribuées), note dans les 2 dernières colonnes ton choix :

  • Colonne 4 : Décide de déléguer le plus possible, trouve des ressources extérieures pour les réaliser à ta place. Ou si ce n’est pas possible, décide de simplifier au maximum cette partie de ton activité pour que cela te prenne le moins de temps possible. Afin de concentrer ton temps sur ton cœur de métier car il s’agit de la mission la plus essentielle.
  • Colonne 5 : Définis ensuite le temps que tu décides d’accorder dans ton planning, à tout ce qui n’est PAS ton cœur de métier : 1h chaque jour ?  Ou plutôt une après midi par semaine ?

Pour certains il sera plus agréable de répartir ces tâches un peu chaque jour, d’autres préféreront s’en débarrasser en une après-midi. A toi de décider en testant différentes solutions.

#Je planifie l’action. Prends ton bloc-notes et ton agenda/planning.

Note tout de suite dans ton outil de notes comment mettre en oeuvre tes choix (par tâche : comment déléguer ou simplifier) et inscrits dans ton planning le créneau choisi pour traiter tes tâches accessoires.

#j’applique dans mon travail. Enfin au cours de ton travail, lorsque tu planifies tes tâches à réaliser, suis ces deux conseils :

  • Pour ne pas te laisser déborder, fixe-toi des deadlines réalistes et respecte-les. N’hésite pas à te chronométrer pour avoir une meilleur vision du temps que te prend telle ou telle tâche et faciliter ainsi ton organisation.
  • Si une tâche t’apparaît impossible à réaliser dans le temps que tu t’es fixée, n’hésite pas à la diviser en sous-tâches et à l’étaler sans dépasser le temps global imparti dans ton planning quitte à réduire le temps d‘autres tâches accessoires. 

Il est fort probable que si tu te forces à réaliser une action en 45mn, tu trouves les ressources pour le faire dans ce laps de temps.

Simplifier le traitement des tâches récurrentes

Parmi toutes les tâches que tu as listées, certaines reviennent de manière récurrente, toutes les semaines voire tous les jours. Les simplifier te fera gagner du temps et t’aidera à te concentrer sur l’essentiel.

Connais-tu « Le pouvoir des habitudes » de Charles Duhigg ? L’auteur nous explique comment créer des habitudes ou en modifier une, peut tout changer dans notre vie.

Les 2 habitudes à adopter pour simplifier les tâches récurrentes
Habitude #1 : Décomposer les tâches complexes en petits pas

Les habitudes peuvent transformer des tâches complexes et les transformer en actions quotidiennes accessibles et faciles.

Ainsi, si tu dois écrire chaque semaine un article long et complexe, décompose ton processus d’écriture en plusieurs étapes accessibles : 

  • Jour 1 : Sélection du sujet et recherche d’informations
  • Jour 2 : Choix du titre et du plan (titres, sous titres…)
  • Jour 3 : Prise de notes dans chaque sous parties
  • Jour 4 : Rédaction
  • Jour 5 : Relecture et correction

Tu avanceras ainsi sans même t’en rendre compte.

Habitude #2 : Créer des modèle type

Les habitudes peuvent également réduire le temps passé à réaliser certaines actions.

Ainsi pour des tâches que tu fais régulièrement, n’hésite pas à prendre le temps de créer, une seule fois pour toute, un processus ou un modèle type, dédié à ce type de tâche qui te fera gagner beaucoup de temps ensuite sur le long terme.

Si tes prospects te posent régulièrement certaines questions et que tu as l’impression de répéter les mêmes réponses à quelques détails près, crée-toi des messages dans un fichier  texte que tu n’auras plus qu’à copier – coller, voire des messages types dans ton logiciel mail. Ou mieux : une FAQ directement sur ton site internet.

Les bonnes questions à se poser :

#J’agis tout de suite. Prends un bloc-notes et un crayon et réponds à ces questions dans un tableau à 2 colonnes :

  • Quelles sont les tâches qui reviennent de manière régulière dans ton planning? Note-les dans une 1ère colonne.
  • Quelles sont celles que tu peux diviser en plusieurs étapes? Inscrit “A DECOMPOSER” dans la seconde colonne.
  • Quelles sont celles que tu peux automatiser en créant un modèle type ou en créant un processus simplifié à suivre? Note “PROCESSUS” dans la seconde colonne.

#Je planifie l’action. Prends ton bloc-notes et ton agenda.

  • Pour chaque tâche “A DECOMPOSER”, prend une page de bloc-note et identifie les étapes intermédiaires puis planifie-les comme dans l’exemple ci-dessus.
  • Pour chaque tâche “PROCESSUS”, choisi un créneau dans ton agenda pour travailler sur la mise en place des modèles-type.

Tu as à présent défini ou redéfini ce qui est essentiel à tes yeux dans ton activité et simplifié les tâches récurrentes afin de libérer du temps. Pour gagner encore davantage de temps et améliorer ta productivité tout en restant zen, je te propose de voir comment travailler moins mais plus (et mieux !)

Travailler moins mais mieux

Le minimalisme nous apprend que le bonheur est dans le peu. Et que c’est avec moins que l’on obtient plus de résultat car cela nous amène alors à nous concentrer sur l’essentiel : les 20 % qui représentent 80 % du résultat selon PARETO.

Mais pas seulement. Il s’agit aussi pour toi de revoir le temps et la quantité de travail que tu t’imposes.

En tant que solopreneures, nous avons parfois la fausse impression que remplir son agenda est le meilleur moyen de réussir en nous donnant l’illusion d’être hyper efficace. Et l’on se charge d’objectifs à réaliser au-delà de nos capacités au risque de nous infliger un rythme épuisant, de perdre en motivation et donc de ne pas obtenir les résultats escomptés. 

Confondre quantité et qualité de travail est une erreur commune.

Le minimalisme nous aide à repenser différemment notre rapport au temps et à ce à quoi nous l’employons. Et ainsi à travailler moins, mais mieux. En commençant par mieux nous connaître pour mieux respecter son propre rythme et gagner ainsi en efficacité et en bien-être.

Adapter son planning de travail à son rythme naturel

En tant que solopreneure, tu as la possibilité de choisir tes horaires, si ce n’est qu’il te faudra accorder quelques plages horaires selon la disponibilité de tes partenaires professionnels.

Cependant une bonne partie de ton travail pourra être réalisée au moment propice où ta concentration est optimale, tout en conservant un équilibre avec ta vie privée. Or nous possédons tous notre propre rythme et nos propres besoins. 

Organiser son planning selon son propre rythme…

Il est essentiel que tu apprennes à bien te connaître afin d’identifier les moments les plus productifs de ta journée et ainsi mieux te respecter pour garder une motivation sans faille.

Pourquoi t’infliger de travailler dès 8h le matin si tu n’es pleinement opérationnelle qu’à 10h? Pourquoi ne pas t’accorder une pause quotidienne au moment où tes enfants rentrent de l’école pour profiter d’un moment avec eux puis reprendre ta tâche plutôt que de t’obliger à travailler jusqu’à 18h30 avec la frustration de ne pas profiter de tes enfants ? 

Tu as ainsi tout intérêt à organiser ton planning en concentrant les tâches les plus essentielles, les rendez-vous les plus importants qui te demandent le plus de concentration, au moment où tu te sens au meilleur de toi-même. 

Et de réserver les moments de moindre efficacité pour les tâches qui demandent peu d’attention telles que des recherches sur le net, la lecture de documentation, le tri et le rangement de ton bureau ou le traitement de tes mails…

… tout en gardant de la flexibilité …

Il ne s’agit pas pour autant de t’infliger une organisation figée mais plutôt de te donner des repères pour planifier certaines tâches. Car il faut avoir conscience que notre énergie varie non seulement dans la journée mais aussi selon les jours, le temps, la saison, notre degré de sérénité… 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Quel Livre sur l'Ikigai Acheter ?

A quoi bon t’atteler à avancer sur ton travail si ton esprit vagabonde ou que tu somnoles. Autant faire quelque chose qui te détend et te ressource pour revenir au top de tes capacités ensuite ! Tu en seras plus efficace et cela t’apportera du bien-être qui s’en ressentira dans ta capacité de travail.

Bref, garde de la flexibilité et offre-toi le luxe de modifier si nécessaire ton organisation de la journée pour l’adapter à ta capacité de travail. 

… sans perdre en efficacité.

Pour te permettre de rester flexible sans perdre en concentration et donc en efficacité et ainsi réussir à mieux conjuguer les périodes de travail et celles de repos, je te propose de suivre ces 2 conseils :

Conseil #1 : Toujours terminer l’action en cours

Si tu ressens le besoin de te reposer, si tu as envie de t’accorder un moment pour te préparer un thé ou aller dire bonjour à ton fils qui vient de rentrer à la maison, ne te prive pas de ce moment. Tu n’es pas devenue solopreneure pour être ton pire patron.

Mais donne toi juste la mission, si possible, de finir l’action en cours, ce qui est en train de t’occuper l’esprit. Que ce soit l’écriture d’un mail. La fin d’un calcul. L’écriture d’un phrase ou d’un chapitre, si cela correspond à une même idée. 

Note les idées que tu as en tête ainsi que l’étape suivante à laquelle tu te préparais. Ainsi tu reprendras ta tâche en cours beaucoup facilement sans te demander “où en étais-je?” et devoir reprendre au début. 

De quoi gagner du temps et profiter pleinement de ce petit temps de pause, sans regret!

Conseil #2 : Mettre en place des petits rituels

Lorsque l’on travaille en entreprise, le fait de rentrer dans son bureau, dans un environnement donc purement professionnel, auprès de ses collègues, cela marque la frontière entre le privé et le professionnel. 

Mais lorsque l’on travaille de chez soi, cette frontière n’existe plus. 

Cela peut être pourtant d’une grande aide en termes d’efficacité de marquer ce passage d’un temps personnel au temps de travail. 

Aussi je te conseille de trouver et mettre en place un petit rituel  :

Prépare-toi un thé ou un café. 

Sors ton carnet de note et ton stylo préféré. 

Ou offre-toi quelques instants de méditation ou de respiration profonde. 

A toi de trouver ce qui te permet de rentrer dans un état de concentration propice à l’efficacité.

Les bonnes questions à se poser :

#J’agis tout de suite. Prend un bloc-notes et un crayon et réponds à ces questions.

  • Quel équilibre souhaites-tu avoir entre ta vie personnelle et ton travail ?
  • Quel temps maximum décides-tu d’accorder à ton travail afin de laisser la place à tes autres priorités ?
  • Comment souhaites-tu répartir ce temps sur ta semaine ? Ton mois ? Sur l’année ? 
  • Préfères-tu travailler tous les jours mais peu ou au contraire garder ton week-end et ton mercredi pour ta famille et tes amis, et concentrer ton travail sur 4 jours?
  • Quels sont les moments où tu es la plus productive dans ta journée?
  • Quelles sont les tâches qui te demandent le plus de concentration et d’énergie ?
  • Au contraire, quelles tâches peuvent être réalisées sans risque dans tes moments de moindre efficacité ?
  • Quels rituels t’aident à te remettre au travail ? 
  • Que fais-tu habituellement pour te détendre ?

#j’applique dans mon travail. Garde tes réponses près de toi lorsque tu planifies ta semaine et au quotidien pour t’aider à garder ta souplesse!

Maintenant que tu as une meilleure vision de ton temps de travail et de sa répartition, voyons ensemble comment faire en sorte de ne pas surcharger ce temps d’objectifs intenables.

Se fixer un nombre limité d’objectifs SMART

Tu as redéfini plus haut ton cœur de métier – le « quoi ». Tu sais ce qui est essentiel pour toi, là où tu souhaites aller, tes aspirations profondes qui guident chacune de tes actions : ce sont tes finalités, tes « pourquoi ».

Pour les atteindre, tu dois mettre en place un certains nombres d’objectifs. Ce sont les « Comment ».

Pourquoi limiter ton nombre d’objectifs?

Et, là encore, ne te charge pas au-delà de tes capacités, de tes besoins réels et du temps que tu accordes à ton travail. 

Plus tu vas te fixer d’objectifs à atteindre, plus tu auras la sensation de ne jamais finir, tu surchargeras ton mental d’ « en cours » à traiter et tu baisseras ta confiance et ta motivation si tu ne réussis pas à tenir les délais que tu t’es fixés. 

Ou pire, tu empiéteras sur ta vie personnelle pour les terminer. 

Ici aussi pense minimalisme. Pense ESSENTIEL. 

Il y a presque toujours plusieurs manières d’atteindre un but. L’idée est de trouver celle qui t’aidera le plus sûrement et le plus efficacement à l’atteindre. 

Choisis des objectifs SMART
Qu’est ce que c’est?

La méthode SMART est une méthode qui vise à améliorer la qualité de nos objectifs en les rendant Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalistes et Temporels : 

  • Spécifique: l’objectif doit être formulé simplement et précisément.
  • Mesurable : l’objectif doit pouvoir être mesuré/quantifié. 
  • Atteignable et ambitieux : quelles sont les étapes à franchir ? Répond-il à tes aspirations ? Te fait-il vibrer ? Est-il motivant ?
  • Réaliste : As-tu prévu les moyens ? Temps, Homme, finance, matériel… l’objectif doit tenir compte des différentes contraintes. Il t’encourage à donner le meilleur de toi-même en étant réalisable pour ne pas te décourager. 
  • Temporel : l’objectif doit être limité dans le temps, avoir une date limite de réalisation pour t’aider à passer à l’action.

Il n’est pas impératif d’inclure systématiquement ces 5 caractéristiques lorsque l’on définit nos objectifs. Par exemple l’épanouissement ou l’émotion ne sont pas quantifiables.

Cette méthode, inventée par George T.Doran, a été mentionnée pour la 1ère fois en 1981. Elle est devenue depuis une des méthodes les plus populaires pour se fixer des objectifs. 

Qu’est-ce que cela apporte?

Les objectifs SMART nous permettent d’améliorer la qualité de nos actions. Lorsque l’on sait précisément ce que l’on veut accomplir, on réfléchit plus stratégiquement à la façon dont on doit mobiliser notre temps, notre énergie et nos ressources pour y parvenir. Ils nous aident également à mieux mesurer l’impact de nos efforts. 

Enfin ils stimulent notre motivation car, à tout moment, on est capable de mesurer nos progressions.

Les bonnes questions à se poser :

#J’agis tout de suite. Prend un bloc-notes et un crayon et réponds à ces questions.

Pour chaque finalité que tu as définie plus haut :

  • Note les) objectif(s) que tu as décidé de te fixer pour l’atteindre : Choisis des objectifs qui répondent à au moins 4 des 5 items des objectifs SMART.
  • Si tu envisages plusieurs objectifs : lequel te semble le plus efficace pour répondre à ce pourquoi?
  • Lequel peut, à lui seul, répondre à 80% de ton pourquoi?
  • Lequel te parait le plus accessible en terme de temps, de compétences, de moyens?
  • Lequel est-il le plus en accord avec tes valeurs ? avec qui tu es ?
  • Choisis ton objectif principal qui répond le mieux à ces questions.

Réduire le nombre de tâches quotidiennes

Afin de réaliser tes objectifs, tu dois accomplir chaque jour, un certaines nombres de tâches, d’actions liées à tes missions et à la gestion quotidienne de ton entreprise.

Et de la même manière qu’il est important de limiter le nombre d’objectifs à te fixer pour rester sereine et efficace, il est primordial d’écarter les tâches non essentielles à l’atteinte de ton but, en vue de te concentrer sur ce qui est vraiment nécessaire et de limiter le nombre de tâches à traiter dans ta journée.

D’autre part, il est important de veiller à ce que tes tâches ne soient pas des montagnes à franchir. Cela nuirait à ta motivation et t’inviterait volontiers à procrastiner. Pense « petit pas ».

Mais comment si prendre concrètement? Voici 3 étapes à suivre :

Etape #1 : De l’importance de planifier …

En décomposant ton objectif ou ta mission en plusieurs étapes et en découpant chaque étape en tâches à réaliser les unes après les autres, cela va t’aider à :

  • Avoir une vue d’ensemble des tâches à réaliser pour atteindre ton objectif.
  • Décider du temps alloué à chaque tâche en fonction de leur importance.
  • Avoir une vision plus juste du temps nécessaire pour atteindre ton objectif si tu réalises toutes les tâches définies.
  • Sélectionner celles qui sont les plus essentielles et sont ton cœur de métier.
  • Supprimer ou déléguer celles qui sont accessoires afin d’atteindre ta deadline.
  • Rendre également ton objectif plus facilement atteignable en le transformant en plusieurs tâches voire sous tâches : sous forme de petit pas.

#j’applique dans mon travail 

Il existe des outils d’aide à la planification de projet qui permettent de prendre conscience de l’ensemble des étapes à réaliser pour atteindre un objectif :

  • Pour t’aider à structurer ta pensée et visualiser les tâches à accomplir pour atteindre un objectif : construire une mind map peut être très utile surtout si tu es visuelle.
  • Pour planifier un projet, il peut être pratique d’utiliser un rétro planning (exemple : Diagramme de Gantt) pour mieux évaluer le temps nécessaire pour le réaliser.
Etape #2 : … de limiter la to do list quotidienne …

Au quotidien comment s’y prendre pour limiter le nombre de tâches à réaliser et éviter la “to do list” à rallonge ?

#j’applique dans mon travail. Chaque matin commence ta journée ainsi :

  • Commence par rédiger une liste de tâches à effectuer. C’est très agréable et impressionnant de voir comment le fait de lister tout ce que tu envisages de faire dans la journée t’aidera à planifier efficacement.
  • Une fois cette liste créée, trie les tâches par ordre d’importance. Quelles sont celles urgentes? Celles qui participent à l’atteinte de tes objectifs et donc importantes? De la même manière détermine celles qui ne sont ni urgentes ni essentielles. 
  • Puis, pour décider de leur traitement, utilise la matrice d’Eisenhower qui t’aidera à définir celles à réaliser ce jour.

De cette manière, définis un nombre limité de tâches à réaliser dans ta journée. Tu peux n’en mettre qu’une si celle-ci est très importante et demande beaucoup d’énergie et de temps. 

L’important est d’être réaliste dans ta capacité à les traiter dans le temps de travail imparti sur cette journée et en tenant compte de ton énergie et des impondérables.

Aie toujours en tête : mieux vaut moins mais mieux !

Etape #3 : … et de ne faire qu’une seule chose à la fois.

D’autre part, et contrairement à ce que nous pouvons penser, le multitasking, le fait de faire plusieurs choses simultanément, est loin de nous rendre plus efficace. 

En effet, le cerveau humain ne peut traiter plusieurs tâches simultanément. En fait, plusieurs zones peuvent s’activer en même temps mais le cerveau ne traitera qu’une seule tâche à la fois. 

De plus vouloir gérer trop de choses en même temps donne l’impression d’une perpétuelle occupation sans avoir le sentiment du travail accompli pourtant génératrice de bien être et d’estime de soi. 

Cela nous pousse à réaliser plein de petites tâches en repoussant les plus longues et complexes, celles-ci précisément qui sont les plus importantes.  

#j’applique dans mon travail 

Il est donc avantageux de se concentrer sur une seule tâche et d’y consacrer toute son énergie, tu y gagneras en temps et en productivité.

Ainsi tu as pu, dans cette étape, réduire la quantité de travail à l’essentiel afin de te concentrer sur ce qui t‘apportera le plus de résultat, tout en respectant un rythme propice à ton bien-être. 

Pour aller plus loin dans cette voie du minimalisme au travail et rester focus sur l’essentiel, il est également primordial d’apprendre à dire non ! C’est ce que nous allons voir dans cette dernière étape, non moins importante :

Oser dire non

En tant que solopreneure, et surtout au démarrage de l’activité, nous avons l’impression qu’il faut tout accepter. Que dire « Non » est impossible.

En effet nous avons besoin de nos premiers clients, de trouver des fournisseurs. Nous avons peur de manquer une opportunité. Nous craignons de passer à côté d’une information importante. Bref nous n’osons pas dire non. 

Lorsque j’ai commencé mon activité, j’ai également fait cette même erreur. Mais, très vite, des entrepreneurs plus expérimentés m’ont conseillé de faire des choix, de dire non à certaines sollicitations afin de rester focus sur les objectifs que je m’étais fixés et éviter de m’éparpiller au risque de perdre beaucoup de temps. Je les ai écoutés et cela m’a été très profitable !

Le minimalisme nous apprend à sélectionner, à faire les choix qui nous apportent le plus de joie et de résultat. Et donc à refuser ce qui n’est pas en accord avec nos valeurs, nos objectifs et nos priorités.

N’aie pas peur de dire non, au contraire. Fie-toi à ton ressenti, à ton instinct et fais des choix rigoureux mais conscients. Sans regret.

Et pour commencer, et c’est là où cela pourra te sembler le plus difficile, sélectionne avec soin tes relations professionnelles.

Faire le tri dans ses relations professionnelles

Faire des choix dans ses partenaires professionnels est essentiel à la réussite de ton entreprise.

Il est important de les choisir alignés avec tes valeurs, avec ta manière de travailler et qu’ils répondent à tes besoins.

Refuser un client que ton instinct te déconseille :

Combien de fois ai-je entendu des solopreneures regretter d’avoir accepté un contrat quand bien même elles ne le « sentaient pas ».  Bien sûr que tu peux être tentée d’accepter tous les clients car il s’agit de revenus. 

Mais pense bien aux inconvénients que cela engendrera de dire « oui » à un client avec qui tu ne partages pas les mêmes valeurs, qui t’oblige à accepter des conditions qui sont contraires à ton éthique, qui te demande de travailler différemment, qui te semble exagérément exigeant ou dont le contact t’as paru manquer de respect ou de bienveillance.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  [18/27] Etape 1 : Salariat ou indépendance ? | PODCAST "Trouver Sa Voie"
Pourquoi tu dois dire “non” :
  • Accepter ce type de client, c’est très certainement subir plusieurs semaines ou mois, selon le contrat, de stress et de démotivation. 
  • Et pire encore si tu t’éloignes trop de tes valeurs, tu risques de créer un « produit » qui ne te correspond pas mais qui participera malgré tout à ta réputation au risque ensuite d’attirer d’autres clients identiques et ainsi créer un cercle vicieux. 
  • Sans compter qu’accepter un client trop exigeant c’est risquer de ne jamais lui donner satisfaction et de gagner un avis négatif sur ton travail. Quelle qu’en soit la qualité réelle.
  • Et tout cela participera à t’éloigner de l’atteinte de tes objectifs et donc de tes aspirations. Rien de tel pour perdre le sens de ce que l’on fait. 

Au contraire, dire « non » c’est rester alignée avec tes aspirations et laisser la place à des projets et des clients en phase avec toi qui te donneront confiance en tes capacités et donc l’envie de donner le meilleur de toi-même. 

Garde la joie et le plaisir dans ton travail. 

Ose dire non.

Sélectionner avec soin ses fournisseurs et ses prestataires.

Ma formation initiale est le management des achats et des approvisionnements. Et cela m’a été bien utile lorsque j’étais indépendante. Car bien sélectionner ses fournisseurs et ses prestataires contribue beaucoup à la réussite d’une entreprise. Car tes fournisseurs participent indirectement à la qualité, à l’image de ton entreprise et impacte directement la rentabilité de ton activité.

Que ce soit ton fournisseur en papeterie, ton graphiste, ta banque, ton assurance, ton webmaster, ton informaticien, ton prestataire de livraison etc… tous sont à sélectionner avec soin. 

Et sélectionner un fournisseur c’est choisir celui qui répond le mieux à tes besoins, à l’essentiel. Entoure-toi de peu de partenaires mais sois exigeant au risque d’avoir de désagréables surprises !

Je connais ainsi des restaurateurs faisant de la prestation de banquet, qui se sont rendu compte après un sinistre que le contenu de leur camion frigorifique n’était pas assuré…

Voici le processus à suivre pour choisir tes fournisseurs :

#j’applique dans mon travail : 

Lorsque tu as besoin de réaliser un nouvel achat ou pour renégocier les conditions actuelles de tes fournisseurs, je te conseille de suivre le processus ci-après :

  • Définis ton cahier des charges : quels sont tes besoins ? Définis-les de manière précise : type, qualité, quantité, délai. Afin d’avoir des réponses qui répondent parfaitement à tes attentes et qui soient facilement comparables. 

Exemple : « Je recherche un imprimeur en mesure d’imprimer 500 livrets A4 de 100 pages dont vous trouverez un exemplaire en pièce jointe avec les critères qualité ci après : papier glacé 120g, en couleur et relié. L’ensemble devra être livré en 5 lots de 100 livrets, le tout pour au plus tard le 15 juillet 2020 directement à l’adresse ci après : (…) Merci de me faire parvenir votre meilleure offre avec le meilleur délai avant le 15 juin 2020. »

Selon le type d’achat, la partie « détails techniques » peut être longue. Sois la plus précise possible !

  • Recherche plusieurs fournisseurs en mesure d’y répondre. L’idéal est d’avoir au moins 3 fournisseurs potentiels minimum. Pour cela, utilise des annuaires, le bouche à oreille, Linkedin ou tout simplement un moteur de recherche selon la spécificité du fournisseur.
  • Contacte-les et transmets-leur ton cahier des charges en précisant bien la date limite de réponse.
  • Définis tes critères de sélection et notre les dans un tableur,en fonction de ce qui est le plus important en terme de résultat. Tu peux par exemple attribuer des coefficients à chaque critère : prix, délai, réputation, qualité, fiabilité etc… en évaluant bien chaque risque potentiel pour toi.
  • Compare ensuite les offres. Remplis le tableau avec les réponses obtenues.
  • Sélectionne les 2 meilleures offres : Sois vigilante à ne pas sélectionner que sur le tarif et à bien tenir compte de tous les critères choisis. La qualité proposée, la situation géographique, la réputation du fournisseur, la rigueur et la précision dans la réponse, la capacité à tenir les délais ou d’être réactif sont tout autant important ! Car la conséquence de délais non tenus, de qualité non respectée peut coûter très cher !
  • Contacte ensuite les fournisseurs afin d’échanger avec eux et négocier une meilleure offre.
  • Fais ton choix et préviens les fournisseurs! Tous, même ceux non sélectionnés pour qu’ils acceptent de répondre lors de tes prochains appels d’offres! 🙂 Un petit mail pour les remercier suffit.

Et toi, où en es-tu dans ta relation avec tes partenaires ? En es-tu pleinement satisfaite ? 

Limiter les sources d’informations

Tu as besoin dans ton travail de rester informée de l’évolution de ton métier, des tendances du marché et de te tenir au courant de ce que propose la concurrence.

Pour autant, dans ce domaine également, rester focus sur l’essentiel t’aidera à ne pas t’éparpiller et à sélectionner les informations utiles sans perdre de temps.

Quand trop d’informations tue l’information

Nous vivons dans une société de communication. Jamais l’humanité n’a t-elle échangé autant de données à travers le monde sur tous les sujets possibles. 

Dans toutes les activités, tu auras l’occasion de trouver moult supports et sources d’informations. Des magazines spécialisés, des sites, blogs, mais aussi des formations, groupes de travail, réseaux… tu as le choix.

Or être abonnée à de trop nombreuses sources en espérant ainsi ne pas manquer une information risque au contraire de noyer l’important dans un océan de données et de te faire perdre un temps non négligeable à tout consulter. 

Choisis les informations les plus pertinentes

Là encore, pense minimalisme – quelles informations te sont essentielles ? Sélectionne deux, maximum trois sources d’informations régulières du format de ton choix.

Une source d’informations généraliste qui a un impact sur ton activité.

Une source spécifique à ton activité.

Une source complémentaire, si nécessaire, afin d’avoir un point de vue différent ou qui traite d’un aspect particulier (technique par exemple).

Et c’est tout !

Et si tu as besoin d’une information spécifique tu auras tout le loisir de consulter des sources libres et gratuites pour trouver les réponses à tes questions.

#J’agis tout de suite. Prends ton bloc-notes et un crayon :

  • Fais le point sur toutes les sources d’informations que tu utilises, en les triant par type : infos généralistes/ professionnelles/ spécifiques. 
  • Trie-les par ordre d’importance et sélectionne une source par catégorie! 
  • Supprime les autres : désabonne-toi des newsletters, des magazines… de quoi désencombrer ta boîte mail, ton bureau et ton esprit!

Se libérer de l’hyperconnexion

Quand l’hyperconnexion nous détourne de l’important

Enfin, lorsque l’on prend conscience de ce qui est essentiel pour nous, de nos priorités, nous voyons alors avec plus de clairvoyance tout ce qui nous empêche de nous concentrer sur nos tâches et donc nos objectifs, tout ce qui nous fait perdre inutilement du temps.

Une fois au clair sur ce que tu veux accomplir et tes missions du jour définies, tu dois mettre de côté toutes les tâches, toutes les activités qui ne vont pas dans ce sens.

Et parmi elles, nombreuses sont celles qui sont liées à notre hyper connexion : 

Répondre à tes e-mails 10 fois par jour, être présent sur tous les réseaux sociaux et te laisser déconcentrer par des notifications, regarder ce que font les autres … tout cela te détourne inutilement de l’essentiel. Combien de fois consultes-tu ton Smartphone de manière compulsive dans ta journée ? Ne t’est-il jamais arrivé de te retrouver alors à passer du temps sur un site ou à regarder une vidéo qui n’a rien à voir avec ton travail ? Quel impact cela a sur ta concentration ? Sur ta capacité à réaliser tes objectifs ?

Comment réussir à s’en détacher?

Prendre conscience de l’impact de la technologie et de notre addiction à notre smartphone ou aux réseaux sociaux, est déjà le premier pas pour arriver à s’en libérer. 

Voici 2 solutions, selon ta motivation et ton degré d’addiction, pour ne plus subir ces dérangement récurrents :

#j’applique dans mon travail : choisis l’une de ces solutions et commence à l’appliquer dès ton retour au travail!

Solution #1 : Remplacer le smartphone par un téléphone plus simple

Je n’ai plus de Smartphone. Lorsque mon dernier a volé au sol, j’ai décidé de ne pas le changer et j’ai récupéré un ancien téléphone simple qui ne permet plus d’aller sur internet ou de recevoir des notifications comme le faisait mon ancien portable. 

Et je revis ! 

Je l’utilise pour téléphoner et envoyer des sms et c’est tout et cela me convient très bien. Je gagne un temps fou chaque jour et aussi en sérénité. 

Tu n’imagines pas l’énergie qu’il nous vole, comme si une part de notre attention était en permanence attirée vers lui.

S’en détacher est un réel soulagement. 

#J’agis tout de suite : Si tu veux essayer de te libérer vraiment de cette source de dérangements, retrouve un ancien téléphone (sans application, internet limité etc…) et mets-y ta carte SIM. Définis la durée de cette expérience et respecte-la. Puis fais le point et poursuis, si cela est positif ou essaye la solution 2 suivante :

Solution #2 : Eteindre toutes les sources de distraction

#j’applique dans mon travail :  mets en pratique ces conseils.

Si tu ne veux pas en arriver là, coupe au moins toutes les notifications et ferme toutes les fenêtres internet non professionnelles ainsi que tes boîtes de réception. 

De cette manière tu reprendras le dessus sur ton téléphone et ton ordinateur. 

Et pour les tâches demandant le plus de concentration, n’hésite pas à le mettre en mode avion, voire à utiliser un casque ou des oreillettes afin de rentrer dans ta bulle! 

Mieux encore, sans changer de téléphone : adopte une vraie posture minimaliste et supprime toutes les applications inutiles. Libère-toi des réseaux qui ne t’aident en rien à réaliser tes aspirations, au contraire qui t’en détournent. 

#Je planifie l’action : prends ton agenda. 

Ensuite, prévois des plages horaires spécifiques pour toutes ces tâches : traiter les mails, les messages et notifications, sms etc…

Apprendre à se dire non, c’est une approche minimaliste du travail qui te fera gagner en productivité mais aussi en sérénité ! Car tu réaliseras alors tes tâches et donc tes objectifs plus rapidement et tu auras le plaisir de goûter à la satisfaction du travail accompli.

Apprendre à refuser les sollicitations

De même, sélectionne avec soin les événements, groupes de travail et toutes les sollicitations qui te sont offertes.

Quelles en seront les bénéfices pour toi?

Oser dire non te permettra de grandir professionnellement car en sélectionnant rigoureusement ce qui te correspond vraiment, ce qui est aligné avec qui tu es et ce que tu veux, alors tu assois ton image de marque, ton message devient clair et puissant et tu attires à toi les meilleures opportunités.

Les bonnes questions à se poser :

#j’applique dans mon travail 

N’accepte pas une sollicitation sans en avoir mesuré toutes les incidences :

  • Répond-il à tes objectifs ? (pourquoi accepter un événement à Paris si tu habites à Bordeaux et que tu souhaites limiter ton rayonnement à ton département ?)
  • Est-il le meilleur moyen pour réaliser tes aspirations ? 
  • Ne connais-tu pas une meilleure solution ? Plus adaptée, simple, plus efficace ?
  • Quelles en sont les retombées attendues ? 
  • Quelles contraintes engendre-t-elle ? 
  • Le rapport est-il avantageux ?

Conclusion

Dans une société où nous sommes nombreux à mener de front plusieurs projets professionnels et personnels, il est urgent de revoir nos priorités pour nous concentrer sur l’essentiel, ce qui compte vraiment pour nous et nous permet de nous épanouir.

Car le « trop » tue la productivité, en nous détournant de l’important et nous apporte son lot de déséquilibre, de stress et de fatigue.

Le minimalisme en cela nous aide en nous rappelant que faire peu mais faire bien est le secret pour garder le meilleur équilibre entre efficacité et sérénité.

Pour ainsi gagner en efficacité et en bien être au travail, tu devras d’abord te libérer de cette croyance que plus tu en fais plus tu obtiens de résultats.

Puis tu dois optimiser ton travail pour en dégager ce qui est le plus essentiel, ce qui t’apportera vraiment de la valeur. Pour cela tu dois travailler les 4 grandes étapes vues dans cet article :

  • Allège ta charge mentale en réduisant le nombre de choix à réaliser pour tout ce qui est secondaire et crée un environnement de travail propice à l’efficacité.
  • Recentre-toi sur l’essentiel à définissant tes priorités, en te concentrant sur ton cœur de métier et en simplifiant au maximum les tâches récurrentes.
  • Travaille moins mais mieux en adaptant ton planning à ta nature, à ton énergie et à l’équilibre que tu souhaites avec tes autres activités, en réduisant le nombre d’objectifs que tu te fixes et le nombre de tâches quotidiennes afin de mieux te respecter et gagner en sérénité.
  • Enfin, ose dire non en sélectionnant rigoureusement tes partenaires professionnels, en limitant les sources d’informations et en te déconnectant et en refusant les multiples sollicitations qui ne doivent en aucun cas te détourner de l’essentiel.

Alors, que vas-tu faire dès à présent pour mieux te concentrer sur l’essentiel ? As-tu déjà mis en place certain de ces conseils, et si oui, quels bénéfices en as-tu retirés? Dis-le-moi en commentaires.

Et si tu souhaites aller plus loin dans la découverte du minimalisme et de tout ce que cela peut t’apporter au quotidien, n’hésite pas à télécharger mon guide gratuit : « les 10 domaines où le minimalisme va changer ta vie ». Près de 100 pages inspirantes et de conseils pour t’aider à alléger ton quotidien, te libérer du superflu et être pleinement toi.

 Prescilla Pillet
Auteure du blog ÊtreMinimaliste.com | Accompagne celles et ceux qui souhaitent libérer tout leur potentiel, à désencombrer leur vie et s’alléger du superflu pour se recentrer sur l’essentiel et oser être soi.
 
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.