Se lancer

Comment Préparer un Tour du Monde en Freelance ?

Publié
Digital Nomad Freelance Photographe

Si tu es photographe, illustrateur, rédacteur, vidéaste, graphiste, musicien, créateur, tu as l’occasion de partir à la découverte du monde plus souvent que tu ne le penses. Clémence, du blog Voyage en roue libre a rédigé cet article pour t’aider à toi aussi devenir nomade et pourquoi pas faire un tour du monde.

Et si tu travaillais en voyageant ?

La prise de conscience

Tu travailles peut-être en agence, ou alors de chez toi. Tous les jours tu t’assois à la même place, sur le même siège, avec les mêmes stylos… Tous les jours le même rituel, les mêmes interlocuteurs ou presque. Tu rêves de tes quelques jours d’escapades par an qui te feront oublier ta routine… Mais si tu pouvais voir les choses sous un autre angle ? Si tu exerçais ta profession pendant un tour du monde ? Et si tu devenais un créateur nomade ?

En 2014, j’étais employée dans une agence de design et d’architecture. J’avais un poste à responsabilité, des projets intéressants mais aussi un sentiment d’enfermement. Tu sais quand tu te sens tourner en rond dans ta cage.

Puis un jour, je me suis dit : « mince je ne suis pas partie vivre à Montréal pour ne rien voir du monde. Je suis partie parce que j’étais curieuse, j’avais soif de découverte et 4 ans plus tard, je me lève tous les matins pour m’asseoir sur la même chaise ! »

Depuis plusieurs années j’avais envie de voyager, de parcourir le monde… Mais comment ?… Jusqu’au jour où j’ai pris conscience que je pouvais travailler sur les routes en freelance. J’ai besoin de mon cerveau, ma créativité, mes compétences, Skype, un ordinateur, éventuellement ma tablette graphique et une connexion internet !

5 mois plus tard, je partais avec mon acolyte Mumu pour faire un tour du monde.

La réalité d’un tour du monde en freelance

Sur le papier cela paraît beau et idyllique. Mais dans la réalité, cela se prépare et il y a quelques éléments que j’aurais aimé connaître avant de partir.

Mais avant d’aller plus loin, sache que je ne regrette pas une seconde ce départ. Il y a eu des moments difficiles, des doutes ; mais ce voyage m’a permis de trouver ma vocation, de m’aligner avec mes convictions, de créer des projets qui font partie de ma vie quotidienne aujourd’hui.

Ce voyage te permettra de grandir en tant que professionnel, de surmonter tes peurs, de nourrir ta créativité comme jamais, de découvrir d’autres approches, d’évoluer, d’apprendre à gérer tes angoisses et te débrouiller.

Nous allons découvrir ensemble les grandes étapes pour préparer ton tour du monde en freelance.

  1. Comment créer ta clientèle avant de partir
  2. Imaginer ton itinéraire de digital nomad
  3. Établir ton budget pour un tour du monde en freelance
  4. Prendre ses billets
  5. Où travailler pendant ton voyage
  6. Le matériel indispensable du créateur nomade

Devenir Digital Nomade - Hawai - VoyageEnRouelibre

Comment créer ta clientèle avant de partir

Pour ne pas ruiner ton voyage, ne pars pas sans clients

Avant de prendre tes billets d’avion, tu dois avoir une clientèle.

Si tu pars sans clients dans tes bagages, tu vas te créer un stress inutile et ça va probablement gâcher ton expérience.

C’est d’autant plus vrai si tu es plutôt introverti, que tes compétences en langues étrangères te limitent ou que tu ne peux pas vendre tes services dans les endroits que tu vas visiter.

Se construire une base de clients en partant est un peu comme une assurance voyage, ce n’est pas obligatoire mais très recommandé !

Tu n’auras pas à perdre du temps en prospection, tu amoindriras ton stress financier donc tu seras en mesure de mieux choisir tes projets. Ce dernier point est la clé du bonheur quand on est créateur !

Développer ton réseau avant le grand départ

Pour te créer une clientèle avant de partir, le plus simple, c’est d’activer ton réseau : tes anciens collègues, tes anciens employeurs, tes anciens clients.

Monte un projet personnel qui permet de te démarquer et de démontrer ta spécialité.

Profites-en pour développer une audience autour de ton travail. Si tu es photographe, graphiste ou encore illustrateur, positionne-toi sur Instagram, Behance et Linkedin.

Associe-toi à d’autres créateurs. Admettons que tu sois rédacteur web, entre en contact avec des photographes spécialisés dans ta thématique, des développeurs web. Tu peux recommander leur travail et inversement.

Un client qui veut un nouveau site web sera heureux que tu lui proposes d’autres freelances pour améliorer son projet. Cela s’applique aussi dans l’autre sens.

L’avantage de cette démarche est énorme : si quelqu’un te contacte pour travailler avec toi, c’est que ton approche l’intéresse et qu’il te fait déjà confiance. Le prix ne sera plus le seul argument dans la balance.

Ne perds pas ton temps avec le crowdsourcing

Si tu pars de zéro et que tu veux sauter dans un avion dès demain pour le Laos, tu seras sûrement tenté d’aller sur ce que l’on appelle des marketplaces. Ce sont des sites web où de potentiels clients postent des annonces et toi tu y réponds (comme 500 autres freelances).

Cette approche semble idéale : une horde de clients à la recherche de créateurs comme toi ! Le revers de la médaille, c’est que cette pratique est chronophage et ne t’apportera que très rarement de bons clients.

En effet, tu dois mettre en place tout un processus pour qu’un client te fasse confiance et l’argument qui prévaut le plus souvent est le prix.

Entre nous, c’est le meilleur moyen d’avoir des clients qui ne seront pas de bons clients. Tu pourrais en trouver, mais tu ne partiras pas du bon pied avec eux.

En partant en tour du monde, j’ai activé mon réseau et tenté ma chance sur des marketplaces.

Mais comme je te le disais, soit les clients souhaitaient travailler avec un prestataire en Inde qu’ils payaient 2 euros de l’heure, soit le client avait une forme de défiance qui ne permet pas d’avoir une relation saine.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Qu'est ce que le Coliving ?

De mon côté, j’aurais dû bonifier mes relations clients avant de faire le grand saut pour limiter le stress et avoir une bouée de secours financière !

Aujourd’hui, j’ai adopté une méthode qui me permet de ne plus être en position de faiblesse et d’avoir une vie de freelance sans stress avec des clients et des projets que j’adore.

Je te parle de cette approche plus en détail ici en 50 pages.

Digital Nomad Freelance Trouver Clients
Session de travail face à la mer

Imaginer ton itinéraire

Maintenant que tu as tes clients et ton activité en bonne santé, tu peux réfléchir à ton voyage. Tu peux planifier tes destinations. Analysons quelques points essentiels ensemble.

Voyager moins, mais mieux

N’essaie pas d’en voir trop, prends ton temps.

Évidemment, c’est l’erreur que nous avons fait ! Mais lorsque tu travailles sur les routes, tu vas avoir besoin de temps.

En partant, nous avions un temps limité. Mumu avait un congé sans solde pour une durée déterminée. Pour ma part, j’étais beaucoup plus flexible, mais j’avais des impératifs envers mes clients, ma famille et la sécurité sociale québécoise.

D’après notre expérience et nos discussions avec d’autres créateurs nomades nous recommandons le slow travel pour les freelances. C’est-à-dire voyager à un rythme lent.

Peut-être que tu ne feras pas le tour du monde, mais un tour d’Océanie pendant un an ou une traversée de l’Amérique du Nord.

Tu peux vite être tenté de tout voir, la curiosité est un moteur ! Mais attention, lorsque tu crées et travailles sur les routes, tu as besoin de temps.

Si tu es photographe ou vidéaste, tu auras sûrement envie de découvrir un lieu sous plusieurs facettes pour lui donner toute sa dimension.

Pour te donner une idée, lorsque nous tournons des vidéos pour Les petits aventuriers, nous prévoyons le double, voire le triple du temps recommandé sur place.

Si tu dois remplir des missions qui n’ont pas de rapports directs avec ton voyage, tu devras aussi adapter ton rythme : travailler deux jours et explorer le troisième jour, par exemple.

En plus, tu verras que cette manière de voyager est beaucoup plus agréable et authentique. Tu feras plus facilement des rencontres, tu verras ce que d’autres ne prennent pas le temps d’observer.

Planifier tes voyages selon les saisons

De mon côté, je suis plutôt du genre à me laisser porter par mes envies, mais je ne regrette pas que Mumu soit une planificatrice en or. Sans elle, je me serais sûrement retrouvée en plein milieu de la mousson aux Philippines ou à me liquéfier sur les plages australiennes en plein été.

Tu l’auras compris, mon conseil est que tu planifies ton voyage selon les saisons.

Par exemple, partir en Alaska en décembre ne risque pas d’être la meilleure option si tu veux faire de la randonnée, les heures de journées sont très courtes, comme en Islande. Le Québec au mois de mai / juin n’est pas recommandé avec la nuée de moustiques et de mouches noires qui feront de toi un festin…

Pour t’aider, tu peux consulter les rubriques du guide du routard, le planificateur À contresens ou la série de livres Où et quand partir ?

Renseigne-toi sur l’accès à Internet quand tu es digital nomad

Prends le temps de t’informer sur la couverture réseau et l’accès à Internet dans les pays ou les régions visités.

Si tu dois avoir des contacts réguliers par Skype, transférer des fichiers, tu devras évidemment faire en sorte d’avoir une connexion web de qualité, plusieurs fois par semaine. Cela peut limiter tes choix.

Lorsque nous étions en Birmanie, c’était très compliqué d’assurer mes rendez-vous clients. Nous reviendrons plus bas sur l’équipement nécessaire pour rester connecté.

Digital Nomad Freelance Choisir Saisons
PVT en Australie de Clémence et Muriel

Le budget pour un tour du monde en freelance

Ce mode de vie peut faire monter la facture très rapidement, si tu ne gardes pas un œil attentif à ton budget.

Avant de partir, nous te recommandons d’établir un budget en fonction des lieux que tu exploreras. Un mois en Australie n’aura pas le même impact qu’un mois au Laos. Le planificateur À contresens te donneras de bonnes bases. Tu peux aussi consulter les estimations budgétaires proposées par les guides de voyage.

Évalue ton mode vie

En réalité, un voyage peut te coûter de quelques euros par jour à des centaines d’euros par jour en fonction de tes choix pour l’hébergement, le transport, la nourriture, les activités. Ton mode de vie aura un impact important sur ton budget. Ajuste donc les montants que tu auras trouvés selon ta réalité.

Comme tu ne seras plus dans une logique de frais fixes à payer par mois (ton loyer ou ton prêt, l’électricité, ton abonnement téléphonique), tes frais seront variables. Cela ajoute une dose d’incertitude. D’établir un budget en amont te permettra donc d’avoir une visibilité en fonction des régions que tu visiteras.

La flexibilité d’une vie nomade peut aider en cas de coup dur !

Le fait d’être nomade te donne une flexibilité incroyable. Tu peux adapter ton mode de vie selon tes revenus.

Si tu as une baisse au niveau de tes contrats, tu peux t’ajuster et aller dans une région où le coût de la vie est moindre.

Donc si tu débutes ton activité de freelance, que tu as de petits revenus commence par visiter des zones qui te permettent d’avoir un petit budget, comme la Thaïlande, par exemple.

Maintenant que l’on a parlé budget, passons à la partie qui concrétisera ton départ !

Digital Nomad Freelance - Voyage En Roue Libre - Bagan

Cette fois, tu prends tes billets

Cette fois, tu prends tes billets d’avion, tu as ton itinéraire de tracé !

Tu te rues sur Google Flight ou tous les comparateurs en ligne pour commencer à étudier le voyage. Tu pâlis à la vue des prix… Mais pas de panique, il existe des solutions !

L’avion n’est pas une fin en soi

Tu peux profiter de ce voyage pour expérimenter d’autres types de transports.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Pourquoi je suis devenue Digital Nomad

Personnellement, avec le matériel que nous avons sur le dos, nous ne pouvons pas trop envisager un voyage en tente et à vélo. Mais tu peux faire du bateau-stop, voyager en van pour quitter la France et aller jusqu’au Japon.

Cela dépendra du type de mission que tu remplis, de ton travail, de ta condition physique et de tes envies.

De notre côté, on a testé voiture et tente, plusieurs modèles de vans, 4×4 aménagés et motels, sac à dos et guesthouses. Finalement, on a décidé de transformer un bus jaune pour en faire un bureau roulant !

Quand tu travailles, tu as besoin d’espace, d’avoir un accès à l’électricité et d’être autonome. Le bus nous semblait parfait pour notre cas. Le mieux pour toi est d’explorer quelques-uns de ces modes de vie pour trouver celui qui te convient !

Digital Nomad Freelance Scooter
Exploration de la Birmanie en scooter

Billets tour du monde

Si tu veux faire un tour du monde dans le sens littéral, regarde du côté des agences spécialisées en billets « tour du monde ».

Nous avions payé 3800 euros à deux pour une vingtaine de vols. Nous avions choisi de grands points de chute puis nous utilisions d’autres moyens de transport arrivées à destination. À partir de Bangkok, nous avons voyagé en Thaïlande, au Laos et en Birmanie.

Tu n’es pas obligé de repartir du même endroit. Par exemple, nous avions un vol nous faisant atterrir à Sydney, et le suivant nous faisait partir de Bali pour Tokyo. Donc nous avons pris des vols entre deux, selon l’avancement de notre projet. Cela nous permettait de rester semi-flexibles.

Par ailleurs, nous avons pu changer les dates de nos billets d’avion en cours de route.

Prendre des billets à la volée

Tu peux aussi avoir envie d’une liberté totale ! Dans ce cas, tu prends un vol vers la destination de ton choix. Puis tu t’adaptes selon tes envies et tes rencontres.

Cela te permet d’avoir un vrai sentiment de liberté et de pouvoir t’arrêter plusieurs semaines ou plusieurs mois dans les lieux où tu te sens bien.

Les transports locaux ou les vols intérieurs sont souvent moins chers, cela peut donc compenser la dépense d’un grand trajet international.

Par contre, si tu choisis cette option, tu auras souvent besoin de justifier ta date de départ auprès des douanes des pays concernés.

Lorsque nous sommes parties faire le tour des États-Unis depuis Montréal, au Canada, nous avons fait une erreur. D’habitude, nous avons toujours cette information avec nous, mais cette fois-ci, nous avions oublié de noter l’adresse de notre première nuit d’hébergement.

En réalité, on pensait trouver un endroit où s’arrêter avec la Jeep et dormir dedans. Mais, ce n’est pas le genre de chose que les douaniers veulent entendre. Ils voulaient aussi une garantie de notre part de sortie de territoire avant de nous laisser entrer.

Heureusement, nous avions des billets d’avions partant de Montréal pour Paris, deux mois plus tard. Cela permettait de garantir notre bonne foi.

Pour résumer, note une adresse de référence dans le pays que tu vas visiter, donne une garantie de sortie de territoire et assure-toi de demander les visas nécessaires.

Les douaniers ne sont pas encore très familiers avec les nomades digitaux.

Digital Nomad Freelance Feu De Camp
Les Baroudeuses en Nouvelle-Calédonie

Où travailler ? Choisis tes hébergements.

Si tu es un freelance ou un créateur nomade, tu auras besoin de lieux pour vivre et travailler. Tu ne fais pas face aux mêmes enjeux qu’un voyageur en vacances.

Tu auras besoin d’électricité, d’un bon réseau wifi, d’un endroit pour te concentrer et travailler. Après un voyage comme celui-là tu deviendras un maître de la concentration. Je te parle en connaissance de cause !

Je me suis retrouvée à travailler sur des aires d’autoroute, assise sur une glacière, ou encore sous un toit de hangar, dans la poussière avec 5 °C. Autant te dire que cela forge le caractère ! Mais tu peux aussi te faciliter la vie ! Voyons un peu les options qui s’offrent à toi.

Voyage en van

Le van reste un mode de voyage prisé : ton bureau, ton lit et ton café te suivent partout. Tu as une urgence ? Tu montes dans ton van et tu travailles sur ton projet. Tu travailles avec une nouvelle vue chaque semaine. Tu n’as pas à déplacer constamment tes affaires. La limite se situe dans le niveau d’autonomie de ton van : a-t-il une douche, des toilettes, ou une autonomie électrique qui te permet d’avoir l’esprit tranquille ?

Parce que tu resteras dépendant de l’électricité. Tu ne peux pas te permettre que ton ordinateur tombe en panne de batterie en plein milieu d’un transfert de dossier.

Si tu choisis de voyager en van, prends celui qui t’offre le plus d’autonomie, d’espace et de flexibilité.

Auberges de jeunesse

Lorsque nous voyageons, les auberges de jeunesse sont un lieu que l’on affectionne : on peut rencontrer d’autres voyageurs, se faire à manger, tout en ayant accès à des chambres privées.

Cette option permet de faire des économies tout en conservant une vie sociale. Cependant, les autres voyageurs ne sont pas dans la même démarche que toi et tu es un peu un extra-terrestre. Les wifis sont rarement de bonne qualité et l’esprit est plus à la fête qu’au travail.

Voyage en Airbnb

Les Airbnb et les Bed and Breakfast sont généralement de bonnes options pour rester quelques jours dans un lieu. Ce type de logement te permettra de te concentrer. Tu pourras choisir un hébergement qui te propose un espace de travail. L’autre avantage c’est que tu peux cuisiner, ce qui reste très pratique en voyage pour limiter le coût ou si tu as une alimentation particulière.

Par contre, les wifis ne sont généralement pas très fiables.

Pour bien choisir un Airbnb passe un peu de temps à lire les commentaires pour t’assurer de la qualité du logement. Nous utilisons régulièrement cette plateforme et n’avons jamais eu de mauvaises surprises, on en a eu même de très bonnes ! On s’est retrouvées dans une immense maison en Australie alors que nous n’avions loué qu’une chambre !

Hôtel

Nous utilisons aussi les hôtels au besoin. Le plus souvent avant ou après un long vol, c’est l’idéal. Tu pourras te reposer, reprendre des forces pour la suite. Aux États-Unis, les motels sont idéals si tu voyages en van ou en voiture aménagés. Cela te permet de recharger les batteries, avoir un peu de confort, une salle de bain privée, avec ton van en face de ta chambre.

Pour les wifis d’hôtels, pense à prendre un VPN si tu dois traiter des données privées, e-mails confidentiels, ou paiements par carte. D’ailleurs, fais-le sur tous les wifis publics !

Le désavantage de l’hôtel c’est souvent l’aspect froid ou individuel du lieu. Ce n’est pas un espace qui favorise les rencontres.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les 10 Meilleurs Cafés avec Wifi pour Digital Nomads à Paris 10

Coliving

Il existe une alternative propice aux nomades digitaux et freelances : le coliving. C’est un peu comme une colocation avec d’autres entrepreneurs, freelances, créateurs de startup. Chacun dispose de son espace personnel et a accès à des espaces de travail.

Cela permet de rencontrer d’autres personnes qui ont le même mode de vie, de nouer des relations de travail et amicales avec d’autres créateurs du monde entier. En général, tout ce qui est lié à la logistique est pris en charge par le gestionnaire du co-working. Tu peux ainsi te concentrer sur ton voyage et ton travail.

Nous n’avons pas encore eu l’occasion de tester de mode d’hébergement, mais l’envie ne manque pas ! Nous avons eu de très bons échos.

Photographe Freelance Matériel - Voyage En Roue Libre

Le matériel indispensable

Évidemment, avant de partir, tu vas faire ton sac (léger !) mais tu vas devoir y insérer dedans ton matériel de travail. Si tu es rédacteur, tes choix ne devraient pas être trop complexes, par contre si tu es photographe, ou vidéaste… Le poids grimpe vite !

Évidemment, tu peux te permettre d’alourdir ton sac en fonction des modes de transports et d’hébergement que tu utiliseras. Cependant, si tu prends l’avion, tu peux te retrouver très vite limité pour ton matériel en cabine.

En Nouvelle-Calédonie, sur certains vols, nous devions ne pas dépasser 3 kilos par personne en cabine. Sauf qu’avec un ordinateur, un appareil photo, les disques durs, les objectifs et les batteries et autres, la limite est vite atteinte.

Petite parenthèse, ne mets jamais ton matériel électronique, ton ordinateur et encore moins tes sauvegardes en soute : on parle de ton activité professionnelle. Tu ne veux pas perdre tes données, tes heures passées sur ton projet client, ton outil de travail…

Modem hot spot

On en a parlé plusieurs fois, ta connexion internet sera un de tes impondérables. Tu auras toujours le réflexe de détecter les wifis (et les prises électriques). Si tu veux partir tranquille, tu peux investir dans un modem auquel tu couples des cartes sims locales. Tu pourras facilement partager ta connexion entre tes appareils sans vider la batterie de ton téléphone.

Transformateur électrique si tu fais des road trips

En road trip, si tu n’as pas de panneaux solaires, nous te recommandons d’avoir un convertisseur qui se branche sur un allume-cigare. Cela te permet de recharger ton ordinateur et tes diverses batteries en roulant. Ce petit système nous a évité de perdre des heures à attendre que mon ordi recharge chez Mcdo.

Après, c’est à toi d’apprendre à gérer ta consommation électrique. Tu le remarqueras assez vite, pendant le voyage, tu vas développer deux compétences : l’anticipation et la planification. Sans elles, tu risques d’avoir de mauvaises surprises.

Réfléchis toujours au prochain contexte dans lequel tu seras avant de promettre l’envoi d’un fichier.

Les sauvegardes

En voyage, tu dois plus que jamais faire attention à tes données. Tu peux te faire voler ton sac, avoir un accident avec, il pourrait tomber d’une pirogue, ou autre ! Entre nous, ma plus grande crainte pendant les voyages, c’est de perdre les données de mes projets.

Si on me vole mon ordinateur, c’est beaucoup d’argent, mais les données… Tes projets, ton travail, ton temps, tes idées, tout s’évapore !

Il vaut mieux être prudent et ne pas mettre toutes tes billes dans le même sac. Si tu voyages dans des zones avec un bon débit et que tu as internet en illimité, les solutions de type « cloud » peuvent être adaptées. Cela se complique si tu te déplaces plusieurs fois par semaine et dans des zones avec Internet limité. C’est d’autant plus vrai si tu es vidéaste où tu auras des téraoctets de données à sauvegarder.

De notre côté, on a opté pour un cloud et des disques durs externes robustes. Idéalement, il faudrait faire au moins deux copies de tes fichiers sur des disques différents. Puis, tu sépares les disques.

Digital Nomad Freelance - Glacier - Voyage En Roue Libre

Es-tu prêt à partir en tour du monde ?

Comme je te l’ai dit, avant de partir en tour du monde en freelance, j’ai fait beaucoup d’erreurs. Elles ne m’ont pas facilité le voyage et ont un peu terni l’expérience par moment.

Je n’avais pas préparé suffisamment le développement de ma clientèle et surtout mis en place une méthode efficace pour trouver de bons clients.

Mon rythme de voyage était trop dense par rapport à mes engagements. D’un point de vue logistique, les problèmes d’alimentation électrique ou de confort de travail m’ont poussée à dépenser plus que prévu.

Par contre, cette expérience a été parfaite pour apprendre à gérer des situations de stress, à développer des projets que je n’aurais pas fait autrement.

Ce voyage changera sûrement ta carrière de créateur pour le mieux. Mais prépare-toi pour qu’il t’apporte le meilleur !

Alors ? Tu embarques pour cette nouvelle aventure ?

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une réflexion au sujet de « Comment Préparer un Tour du Monde en Freelance ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.