Entrepreneuriat

Devrais-tu te fixer des objectifs ou créer des systèmes ?

Publié

Est-ce que ça t’arrive souvent de te donner des objectifs puis de ne pas réussir à les tenir ? Ou d’avoir cette sensation constante d’échec, tant que tu n’es pas parvenu·e à ton objectif ? Voire ce sentiment de culpabilité, où tu te dis “Je suis nul·le, je n’ai pas réussi à atteindre cet objectif” ?

Et si se mettre des objectifs n’était pas la meilleure façon d’approcher son travail et d’y prendre du plaisir chaque jour ? Et si les objectifs de résultat n’étaient pas suffisants, à la fois pour les atteindre, et pour vivre son quotidien sereinement ?

Dans cet article, qui est un article invité , Lucas (du blog leproductif.fr) te partage une réflexion autour des objectifs… et des “systèmes”. Une remise en question des objectifs de résultat seuls. Et une proposition d’organisation de ton travail, pour ne plus vivre ce sentiment d’échec, soit parce qu’on n’atteint pas son objectif, soit dans l’attente de l’atteindre.

Je laisse la parole à Lucas.

***

« Les objectifs c’est pour les losers. »

C’est une idée qui se répand depuis le bouquin de Scott Adams, How to Fail at Almost Everything and Still Win Big. Si on se fixe des objectifs, il semblerait que l’on ne soit finalement que des gros losers.

Et même si l’idée générale du bouquin tient complètement la route (je développe un peu plus bas, une minute !), la vision d’opposition absolue entre les objectifs et les systèmes qui est défendue dans le livre va beaucoup trop loin.

Mais juste avant de voir pourquoi elle ne tient pas la route, qu’est-ce qu’on reproche à juste titre aux objectifs déjà ?

Les 4 désavantages des objectifs

Désavantage #1 : le risque d’être découragé par l’ampleur de la tâche

Ce que nous dit Scott dans son livre, c’est que si on se focalise trop sur nos objectifs, on perd de bonnes chances de les atteindre. Ça se tient.

Si on se cantonne à des objectifs, le plus souvent de résultat et de long-terme (faire X€ de CA cette année, avoir X abonnés sur ma liste email !), on se retrouve très vite dépassé et démotivé par quelque chose qui nous paraît beaucoup trop gros. Si on se fixe l’objectif de faire 50K€ de CA cette année, c’est très bien, mais comment on fait ça et qu’est-ce qu’on doit faire là tout de suite ?

Désavantage #2 : l’objectif ne montre pas le chemin

Le problème avec des objectifs comme celui-là, ceux qu’on a le plus souvent tendance à se donner, c’est qu’ils ne nous montrent pas le chemin. Ils nous donnent peut-être une bonne direction, mais ils ne nous montrent pas la route qu’on doit suivre pour avancer.

C’est encore pire quand on a tendance à avoir beaucoup de projets en parallèle. Si on se donne trop d’objectifs trop grands pour être attaqués de front, on finit par s’y perdre et par être trop intimidé pour pouvoir passer à l’action efficacement.

Désavantage #3 : les objectifs peuvent créer un sentiment d’échec constant

Et au-delà de ça, les objectifs ont aussi tendance à nous rendre tout le temps insatisfait. Dès qu’on se fixe un objectif, on est en situation d’échec jusqu’à ce qu’on l’atteigne. Si mon objectif est d’atteindre 2.000 lecteurs, je suis en situation d’échec tant que je suis en dessous de ce chiffre (même s’il a été choisi à la louche).

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Futur entrepreneur : 8 questions à te poser avant de choisir ta forme juridique et ton régime fiscal

Désavantage #4 : le risque de courir après les objectifs, sans profiter des progrès

Et une fois atteint, on ne prend souvent pas le temps de profiter de nos progrès en repartant directement pour un nouvel objectif après lequel courir. C’est un problème parce que c’est aussi en prenant le temps d’apprécier nos progrès et les choses qu’on accomplit qu’on peut continuer à prendre plaisir à faire ce que l’on fait.

Ce que nous propose Scott Adams pour remédier à ça, c’est de complètement laisser tomber nos objectifs et de ne nous focaliser que sur les systèmes. Voyons ça.

Pourquoi les systèmes ?

Qu’est-ce qu’un système ?

Si l’objectif est un résultat qu’on veut atteindre (faire X€ de CA), le système est le processus qu’on met en place pour atteindre nos buts (bosser 2 heures par jour sur une formation). L’objectif c’est la direction, le système c’est les petits pas qu’on fait pour se rapprocher de notre destination.

Faire un certain chiffre d’affaires (CA), c’est un objectif, créer des produits et démarcher des prospects tous les jours c’est un système. Développer notre audience c’est un objectif, écrire des articles et créer du contenu tous les jours c’est un système. Faire un marathon c’est un objectif, courir tous les jours et prendre les escaliers plutôt que l’ascenseur c’est un système.

Avantage #1 des systèmes : savoir ce que l’on doit faire pour avancer

L’avantage des systèmes c’est qu’ils nous permettent de savoir exactement ce que l’on doit faire pour avancer. Plutôt que d’avoir un objectif trop vague et trop complexe de perdre 5 kilos, notre système nous dit d’aller courir et de manger sainement tous les jours. C’est plus concret, c’est plus clair, et ça fait en sorte qu’on procrastine moins parce qu’on sait exactement ce que l’on a à faire et qu’on est moins intimidé.

Avantage #2 des systèmes : dépendent de nous à 100% (contrairement aux objectifs)

Les systèmes dépendent aussi de nous à 100%, contrairement à nos objectifs. Parce que si on a un objectif de faire un certain CA, on ne peut pas contrôler le chiffre que l’on obtiendra au bout du compte. Par contre on peut contrôler les actions que l’on va faire pour atteindre ce chiffre (par exemple, lancer une formation ou démarcher des prospects).

Avantage #3 des systèmes : nous mettre en situation de réussite

Et les systèmes nous mettent en situation de réussite. Plutôt que d’être en situation d’échec jusqu’à ce qu’on atteigne un objectif que l’on ne contrôle même pas directement, on est en situation de réussite à chaque fois qu’on applique notre système et qu’on accomplit les actions quotidiennes que l’on a prévues.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Bilan Août 2021

Remplacer les objectifs par les systèmes : la fausse solution

La fausse bonne idée de Scott Adams : remplacer les objectifs par les systèmes

L’idée de Scott Adams, c’est que, si on veut de meilleurs résultats, on devrait se concentrer seulement sur le processus et laisser tomber nos objectifs. Par exemple, un sportif de haut niveau devrait laisser tomber l’objectif de gagner un titre pour se focaliser seulement sur son entraînement quotidien, un créateur de contenu devrait laisser tomber l’objectif de développer son audience et d’avoir un impact pour se focaliser seulement sur le contenu qu’il crée tous les jours.

Pour Scott Adams, si on se concentre tous les jours sur les systèmes, les objectifs sont inutiles. C’est là que ça coince.

L’objectif est un motivateur dont on a besoin pour appliquer le système

C’est là que ça coince parce que cette vision d’opposition absolue entre objectifs et systèmes ne tient pas debout. On ne peut pas atteindre nos objectifs sans un bon système, tout comme on ne peut pas appliquer un système sur le long-terme sans un bon objectif pour le driver.

On a sûrement tous déjà essayé de prendre de nouvelles habitudes en mettant en place tout un système pour laisser tomber une semaine plus tard parce qu’on n’était pas assez motivé et qu’on ne donnait pas suffisamment de sens au système qu’on voulait appliquer.

Pour reprendre l’exemple juste au-dessus (je suis bien placé pour le savoir), un sportif de haut niveau se concentre sur ses objectifs tous les jours. Il ne se lève pas tous les jours à 6 heures du matin pour aller s’entraîner parce que c’est son process, mais parce qu’il pense au résultat qu’il veut obtenir et au titre qu’il veut décrocher.

De la même manière avec notre business, on ne bosse pas dur et on ne fait pas les actions difficiles parce que c’est notre process, mais parce qu’on pense à l’objectif que l’on veut atteindre au bout du compte.

Les objectifs aident à se bouger dans les moments difficiles

Les bons objectifs sont indispensables pour nous donner la bonne direction et nous motiver à nous bouger dans les moments difficiles. Ils font en sorte qu’on se sente avancer et qu’on se dépasse pour les atteindre. L’idée est surtout de mieux les structurer et les planifier.

Comme disait Abraham Lincoln : « un objectif bien défini est à moitié atteint. »

Ceci dit, il ne faut pas jurer que par eux (comme c’est parfois le cas) parce que de bons objectifs et de la motivation ne suffisent pas à les atteindre. C’est là que Scott Adams marque des points. Les systèmes ont leurs avantages et la meilleure solution est simplement de bien concilier les deux. Eh oui, c’était si simple depuis le début.

Le meilleur des deux mondes : le combo “Objectifs” + “Système”

Comprendre les 3 types d’objectifs

Pour profiter des avantages des objectifs autant que ceux des systèmes, il y a une solution assez simple. Je distingue trois types d’objectifs :

  • Les objectifs de résultat qui sont centrés sur un résultat à atteindre (faire X€ de CA ou gagner Y abonnés).
  • Les objectifs de performance qui sont centrés sur une action ou un projet à accomplir (lancer une formation ou écrire X articles).
  • Les objectifs de processus qui sont centrés sur l’exécution (bosser X heures ou écrire Y mots par jour).
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Générer un Revenu Complémentaire grâce à l’Immobilier

Comment créer son combo “Objectifs” + “Système” ?

Utiliser ces trois types d’objectifs, c’est le bon équilibre pour tirer profit autant des objectifs que des systèmes. Comment est-ce qu’on fait ça ? C’est facile :

  1. La première étape c’est de se demander ce que l’on veut accomplir sur le long terme et de nous donner un objectif de résultat clair et précis qui nous inspire et nous motive. Quel résultat est-ce qu’on veut atteindre ? Par exemple, je veux atteindre 1.000 lecteurs.
  2. La deuxième étape c’est, en partant de cet objectif de résultat, de nous demander quelles actions stratégiques on va pouvoir faire pour l’atteindre et de nous donner des objectifs de performance qui vont nous en rapprocher. Par exemple, je vais publier un article par semaine pendant les 3 prochains mois.
  3. La troisième étape c’est, en partant de ces objectifs de performance, de nous demander ce que l’on peut faire concrètement au quotidien pour accomplir ces actions-là et de nous donner des objectifs de processus à accomplir tous les jours. Par exemple, je vais écrire pendant 2 heures tous les matins.

Les bénéfices du combo “Objectifs” + “Système” : clarté, satisfaction, motivation, et épanouissement quotidien

Pour faire simple, l’idée c’est de se donner un objectif de résultat à long-terme qui nous drive et nous inspire, appuyé par des actions stratégiques qui nous disent quoi faire pour nous rapprocher de notre objectif, elles-mêmes appuyées par des systèmes à appliquer au quotidien qui nous disent quoi faire à l’échelle de l’instant.

En se concentrant à la fois sur nos objectifs et nos systèmes, on peut se concentrer sur le processus pour savoir exactement ce qu’on doit faire au quotidien et pouvoir être satisfait de ce qu’on accomplit tous les jours, tout en restant motivé par des objectifs qui nous animent, nous poussent à nous dépasser et nous donne la bonne direction.

Et si on peut être satisfait de ce qu’on accomplit tous les jours en sachant que ça nous rapproche de ce que l’on veut au bout du compte, on peut continuer à kiffer ce que l’on fait !

« Les objectifs sont une direction, pas une destination. »

Si tu veux aller plus loin, je propose une petite série de 7 mails pour t’aider à mieux gérer ton temps et à devenir plus productif (et plus serein).

Clique ici pour recevoir le premier mail et on se retrouve tout de suite de l’autre côté.

À tout de suite,

Lucas

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.