Dois-je impérativement suivre une formation pour pouvoir me lancer ?

Dois-je suivre une formation pour me lancer

Note : les liens apparaissent come « barrés » dans cet article mais les liens fonctionnent bien ! (C’est juste un petit problème technique auquel je n’ai pas encore trouvé de solution 😬)

Est-ce le bon moment pour moi de suivre une formation ?

Il m’a fallu 2 ans, 3 grosses remises en question et des heures de recherches intensives pour (enfin) répondre à cette question…

Coucou, je m’appelle Estelle, c’est moi qui ait écrit l’article que tu es en train de lire 😋.

Il y a quelques années, à seulement 25 ans, j’ai réalisé que je ne me sentais pas vraiment à ma place dans mon job (perte de sens, trop de stress, loin de mes valeurs…). Après moult péripéties, j’ai finalement décidé de me reconvertir ! J’ai fait un virage à 180° en passant d’ingénieure hydraulicienne à consultante en transitions professionnelles.

Aujourd’hui, je suis entrepreneuse et j’ai créé Le Temps d’un Déclic pour aider les jeunes actifs qui se sentent paumés dans leur vie pro, à trouver un job qui leur correspond vraiment !

Mais le chemin jusqu’ici n’a pas été un long fleuve tranquille 😅

Depuis ma décision de changer de voie, j’ai vécu 3 périodes charnières où je me suis posée, reposée et rereposée la question :

Est-ce le bon moment pour moi de me former à mon nouveau métier ?

A chaque fois la réponse n’était pas claire pour moi. J’avais plein d’hésitations :

  • Je me perdais dans l’immense diversité des formations proposées
  • Je n’en trouvais aucune qui me faisait vraiment envie
  • J’avais peur d’investir de l’argent dans une formation qui au final ne me plairait pas ou qui ne serait pas reconnue
  • Je ne savais pas si j’avais vraiment besoin d’un diplôme pour être embauchée
  • A chaque fois que j’échangeais avec un professionnel, il me présentait encore une nouvelle formation dont je n’avais jamais entendu parler…

Aujourd’hui, après 2 ans d’hésitation… J’ai enfin trouvé une formation qui me correspond !

C’était long… Mais c’était nécessaire !

Ces deux années m’ont permis de mûrir suffisamment mon projet, pour choisir la bonne formation au bon moment 🤗

Dans cet article je t’apporte un éclairage pour t’aider à :

  • Savoir si c’est le bon moment pour toi de suivre une formation
  • T’affranchir de la pression sociale pour faire un choix sereinement
  • Prendre la bonne décision pour les bonnes raisons

👉 J’ai écrit un deuxième article où je te donne 5 conseils concrets pour bien choisir ta formation (avec toutes mes astuces d’ex-conseillère Pôle Emploi 😉)

La pression sociale nous pousse à suivre des formations

L’injonction à suivre une formation

Pendant longtemps, j’ai ressenti une sorte d’injonction à suivre une formation.

J’avais l’impression qu’être une « vraie professionnelle » voulait forcément dire « avoir un diplôme« .

Et je ne pense pas être la seule à penser ça 😕

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment utiliser le contenu de son profil MBTI pour mener une vie professionnelle plus épanouissante ?

Malheureusement, cette croyance est largement répandue dans notre culture…

Le poids des diplômes

En France, la formation a un poids énorme dans les méthodes de recrutement des entreprises.

Et pas n’importe quelle formation en plus…

On valorise particulièrement les formations longues avec un diplôme ou une certification.

Tout ça pour rassurer le recruteur sur son choix 😣

Je me souviens encore d’un échange que j’ai eu avec le responsable RH d’un cabinet de conseil, (quand je faisais mes enquêtes métier).

Quand je lui ai demandé s’il avait des conseils pour m’aider à choisir une formation, il a tout de suite insisté sur l’importance de la certification.

Pour lui le plus important c’était que la formation soit reconnue par l’Etat (inscrite au catalogue RNCP).

En revanche, il n’a pas dit un seul mot sur la nature du contenu, le nombre d’heures ou la qualité des intervenants… -_-

Syndrome de l’imposteur : le fardeau des entrepreneurs…

Quand on est indépendant, on est moins confronté à ce problème de recrutement.

Mais on en a un encore plus gros…

Les entrepreneurs qui n’ont pas de diplôme ont souvent du mal à se sentir légitime.

Et quand on ne se sent pas compétent, qu’on ne croit pas en ses capacités… vendre ses services devient quasiment mission impossible 😱

Tu connais probablement ce phénomène sous le doux nom de « syndrome de l’imposteur« .

Toi aussi, tu as peut-être cette petite voix dans ta tête qui te dit que tu n’es pas assez bon, pas capable, pas légitime…

Parfois, pour la faire taire… on décide de suivre une formation.

Parce qu’on pense que ça réglera tous nos problèmes.

On se dit que cette formation, ce diplôme, nous donneront (enfin) le sentiment d’être légitime…

L’injonction à NE PAS suivre une formation

Autodidacte = Imposteur … ?

Pendant longtemps, le syndrome de l’imposteur était très présent chez moi.

Et en grande partie parce que je n’avais justement pas de formation dans mon nouveau métier.

J’avais tout appris « sur le tas »…

Pour te dire à quel point j’étais atteinte…

Il y a quelques mois, j’ai lu une publication dans un groupe Facebook d’une coach qui disait en gros que “quand on veut accompagner des personnes, c’est ABSOLUMENT INDISPENSABLE de suivre une formation. Sinon on est forcément un charlatan.”

Il m’a suffit de lire cette publication (d’une fille que je ne connais ni d’Eve ni d’Adam), pour m’effondrer en larmes et remettre en question tout mon projet 😭

Autant te dire que je manquais cruellement de confiance en moi…

Et puis j’ai entendu l’autre extrême…

Tu dois suivre une formation pour les “bonnes raisons”

Un jour, un entrepreneur que je suivais a abordé ce sujet dans l’une de ses newsletters.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Manager son manager pour se sentir mieux au travail

Il disait qu’il y avait des bonnes et des mauvaises raisons de suivre une formation.

Et pour lui, « apaiser son syndrome de l’imposteur » était une mauvaise raison parce qu’on n’avait aucune garantie que ça marche !

En lisant ça j’ai ressenti un vrai soulagement.

Ça m’a enlevé une pression énorme !

👉 La seule chose qui me poussait à suivre une formation était mon syndrome de l’imposteur et je pouvais très bien me débrouiller sans !

Après ça, à chaque fois que la question de suivre une formation se représentait, je l’écartais tout de suite de mon esprit en me disant que c’était mon syndrome de l’imposteur qui me jouait des tours.

Mais cette question revenait sans cesse me tarauder… Plus j’essayais de ne pas y penser, plus elle m’obsédait.

Tellement, que j’ai fini par comprendre que si je me posais autant la question…

C’était parce qu’en fait, j’avais vraiment envie de la faire cette formation !

Sauf que j’en étais arrivée à culpabiliser…

J’avais l’impression que suivre une formation était un aveu de faiblesse.

Que ça voulait dire que je cédais à mon syndrome de l’imposteur 😱

… Finalement, après l’injonction à suivre une formation,

Je ressentais à présent une injonction à NE PAS suivre une formation !

Conclusion : sur quoi dois-tu baser ton choix ?

A ce stade, tu te demandes peut-être où je veux en venir avec tout ça 😅

Au moment de choisir ou non de suivre une formation, garde bien en tête ces 2 choses importantes :

  1. Tu n’as pas besoin de suivre une formation pour être légitime dans ce que tu fais.
  2. Mais c’est complètement ok d’en faire une si tu en as envie et/ou en ressens le besoin !

Dans la suite de l’article, je te donne 3 conseils pour t’aider à faire ce choix difficile, sans te laisser influencer par le regard des autres 😉

Suivre une formation : comment faire le bon choix ?

1/ Indispensable ou pas ?

La première question à te poser est la suivante :

Est-ce indispensable pour ton projet de suivre une formation ?

En as-tu besoin absolument pour exercer ton activité (ou le métier vers lequel tu veux t’orienter) ?

Ça peut être le cas par exemple si ton métier fait partie des professions réglementées (psychologue, infirmier, avocat, fleuriste…).

Tu peux aussi avoir besoin d’une habilitation, ou d’une certification spécifique en fonction de la nature de ton activité (HACCP, carte professionnelle…).

2/ Peur ou envie ?

Une fois que tu as déterminé si c’était indispensable ou non pour ton projet…

Pose-toi la question du pourquoi :

Pourquoi suivre une formation ?

Est-ce que ça vient d’une envie profonde que tu as ?

Es-ce parce que tu as peur de ne pas y arriver sans ? De ne pas être légitime ?

Le tout est de faire un choix en conscience.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les 7 Erreurs des Futurs Indépendants

Et de le faire pour toi, pas pour les autres !

Essaye un instant de mettre de côté la pression sociale et les injonctions dont on a parlé plus haut.

Qu’est-ce qui te fait envie à toi dans l’idée de te former ? A quels besoins est-ce que ça répond ?

Et si tu ressens le syndrome de l’imposteur, penses-tu sincèrement qu’une formation t’aidera à le vaincre ?

Si la réponse est oui, tant mieux !

Sinon, peut-être y a-t-il d’autres manières plus efficaces de dépasser ta peur ?

3/ Écoute ton intuition

Plusieurs fois, j’ai été à deux doigts de m’engager dans des formations longues et onéreuses.

Heureusement, j’ai su écouter ma petite voix qui me disait que quelque chose n’allait pas…

Grâce à ça, aujourd’hui, j’ai trouvé la formation qui me parle et me fait vraiment envie ✨

(Bon, en réalité j’en ai trouvé deux et j’hésite encore 😅, mais je sens que ces deux-là me correspondent bien mieux que toutes celles que j’avais envisagées avant !)

Contrairement aux autres fois, je sens que c’est le bon moment pour moi de suivre une formation.

Et cette fois-ci je sais exactement pour quelles raisons :

  • Pour apporter plus de confort dans ma posture d’accompagnante
  • Pour compléter mon expérience pratique avec des éléments théoriques
  • Pour découvrir de nouveaux outils et méthodes d’accompagnement

Alors si j’ai un conseil à te donner c’est bien celui-ci :

Fais confiance à ton intuition, la vie se chargera du reste 😘

Rien n’est gravé dans le marbre

Respire !

Ce n’est pas parce que tu décides de ne pas suivre une formation aujourd’hui que tu ne la feras pas demain.

Comme pour moi, c’est peut-être juste que tu n’as pas encore trouvé la bonne formation.

Ou qu’il faut te laisser un peu plus de temps pour mûrir ton projet 😊

Est-ce le bon moment pour toi de suivre une formation : Conclusion

En conclusion, pour faire ton choix :

1. Demande-toi si c’est indispensable pour ton projet de suivre une formation.

2. Identifie tes raisons de te former. Est-ce plutôt par envie ou par peur ?

3. Écoute ta petite voix intérieure, elle seule sait ce qui est bon pour toi.

Si tu sens que c’est le bon moment pour toi de te lancer mais que tu ne sais pas trop par où commencer pour trouver LA formation idéale…

👉 Découvre mes conseils pas à pas pour choisir la meilleure formation pour toi en cliquant ici.

Et n’oublie pas qu’il y a aussi plein d’autres moyens de te former : lire des livres/des articles, écouter des podcasts, faire des stages, trouver un mentor, te faire accompagner… 😉

Partager l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.