Découvrir

Comment Créer un Business Ecommerce ?

Publié
Business E-commerce

L’e-commerce est la troisième voie royale pour devenir Digital Nomad à mon sens (après Freelance et Blogueur). Créer un business e-commerce, ça veut dire créer un site Internet (“boutique en ligne”) sur lequel on va vendre des produits. Si l’on n’a pas de stocks à gérer, tout le travail peut se faire à distance. Et qui dit travail à distance dit souvent possibilité de voyager en même temps (et donc d’être Digital Nomad).

Personnellement, je n’ai jamais créé de business e-commerce, bien que ce soit sur ma liste de projets pour un futur plus ou moins lointain). Pour pouvoir t’expliquer comment créer un business e-commerce, j’ai donc fait appel à Olivier Clémence. Lui a lancé son propre business e-commerce, et aide aujourd’hui aussi les e-commerçants à bien se faire référencer sur Google (pour être trouvés, et donc vendre ;)).

Voici notre interview, en vidéo :

Tu peux aussi l’écouter en podcast :

Qu’est-ce que l’e-commerce ?

E-commerce : définition

Faire du e-commerce, c’est vendre des produits sur Internet. On crée un site Internet (“boutique”) sur lequel on affiche un catalogue de produits, avec différents rayons (les “catégories” de la boutique en ligne).

Une boutique en ligne contient des fonctionnalités que l’on ne trouve pas sur un site Internet classique “vitrine” : l’internaute peut choisir les produits, les ajouter au panier, et passer commande.

Produits physiques versus produits numériques

En tant qu’e-commerçant, on peut vendre des produits physiques (avec expédition chez le client) ou numériques (livres numériques, musique, films…).

Davantage de clients potentiels en e-commerce

L’intérêt du e-commerce par rapport à une boutique physique est que l’on s’adresse à une population gigantesque, bien au-delà d’une zone de chalandise de boutique physique. Grâce à ça, il existe des produits atypiques qui se vendent très bien (exemple : des boules de Noël à mettre dans sa barbe).

Peut-on vendre n’import quel produit ?

Peut-on vendre n’importe quel produit pour autant ? Non. Un produit ne se vendra que s’il y a un besoin. Il faut donc réaliser une étude de marché, trouver un besoin existant, sans quoi le produit ne se vendra pas.

Ceci étant dit, les besoins peuvent être très larges. Olivier donne l’exemple du “cadeau de rien” : un emballage sur lequel est écrit “Rien”, et dans lequel il n’y a rien. Un cadeau pour ceux qui ont déjà tout. Même si ce cadeau ne contient rien, il répond au besoin des personnes qui veulent offrir quelque chose à quelqu’un qui a déjà tout, avec un peu d’humour.

Pour trouver un besoin, il faut se mettre à la place des gens et voir si on a une solution à leur problématique.

3 types d’e-commerçants

Il existe 3 types d’e-commerçants :

  1. Des magasins physiques qui créent une boutique en ligne en plus de leur boutique physique ;
  2. Des entrepreneurs qui se lancent sur internet seulement : stockage chez soi possible si les produits ne sont pas trop volumineux,pas de décoration de la boutique à gérer…
  3. Des entrepreneur qui se lancent d’abord sur internet puis ajoutent une boutique physique s’il y a une demande. Procéder ainsi peut être une manière de vérifier que le besoin pour ce produit existe.

Focus : le dropshipping

Dropshipping : définition

Le dropshipping est une forme d’e-commerce dans laquelle on ne s’occupe pas des stocks, mais uniquement des commandes. Le fournisseur avec lequel on travaille a un système d’expédition qui fait que, quand on passe commande chez lui, il envoie le produit directement au client.

Dropshipping : les dérives

Au départ, le dropshipping est une bonne idée. Mais il connaît des dérives. De nouveaux “e-commerçants” se placent en intermédiaires sans apporter de valeur ajoutée au client : ils créent des interfaces pour générer des ventes chez eux alors que le produit est disponible sur d’autres plateformes (comme Aliexpress). Ces sites-là ajoutent donc une étape supplémentair au processus au lieu de simplifier les choses pour les clients.

Certains proposent des prix vingt fois supérieurs aux prix des autres plateformes, sans apport de valeur ajoutée.

Qui est Olivier Clémence, notre invité dans l’interview ?

Développeur / E-commerçant / Formateur d’e-commerçants

Olivier Clémence est développeur de métier. Il a commencé à travailler sur Internet en 2006 en tant que prestataire de service en développement web.

En 2015, des problèmes de santé imposent à Olivier de travailler maximum deux heures par semaine (puis quatre). Il arrête la prestation de services et commence à créer des modules pour e-commerçants, clients avec qui il avait l’habitude de travailler.

Les e-commerçants ont une boutique en ligne avec des fonctionnalités de base, auxquelles ils peuvent ajouter des “modules”, c’est-à-dire des fonctionnalités supplémentaires. Par exemple, Olivier a développé une fonctionnalité de demande de devis sur la boutique. Ces modules sont rassemblés en packages que les e-commerçants peuvent installer eux-mêmes.

Plus tard, Olivier crée un blog pour les e-commerçants : reussir-mon-ecommerce.fr. Il y a publie des articles qui apportent des solutions aux e-commerçants, et forme les e-commerçants au référencement naturel, pour que leurs boutiques apparaissent en première page sur Google.

Revenus et temps passé

Au début, Olivier a lancé sa boutique en ligne pour se créer un revenu complémentaire automatisé, en plus de la prestation de service en développement web. Il a réussi à générer 2000€ de revenus mensuels au bout de trois ou quatre mois.

Aujourd’hui, cette boutique lui rapporte 4000 à 5000 euros par mois. Ce qui est intéressant c’est qu’il l’a automatisé : il n’y travaille que 2h par semaine. La majorité du temps, une personne qu’il a recrutée s’occupe du SAV et de la maintenant. Olivier n’intervient que quand cette personne n’a pas la réponse ou la solution au problème. Il n’ajoute pas de nouveaux produits et ne s’occupe plus du référencement depuis 2015, ça tourne tout seul.

Le blog, lui, compte aujourd’hui 15 000 visiteurs par mois, auxquels Olivier peut vendre de la formation.

Comment créer un business ecommerce et en vivre ?

Installer la boutique en ligne peut mettre 30 minutes (pour une personne expérimentée, deux jours pour un débutant). Mais ce n’est pas ça qui fait fonctionner un e-commerce.

Quel produit vendre avec son e-commerce ?

Pour créer un e-commerce qui marche bien, et en vivre, il faut faire attention à trois éléments :

  1. Trouver le bon produit à vendre ;
  2. Identifier le client qui va acheter ce produit ;
  3. Définir ses éléments de différenciation.

1. Trouver le bon produit à vendre ;

Trouver le bon produit à vendre, c’est trouver un produit qui répond à un besoin. Pour identifier un besoin, on peut :

  • Partir d’une problématique que l’on a soi-même ;
  • De celle d’un proche ;
  • Observer ce que disent les gens sur les forums et groupes Facebook ;
  • Aller dans des pays étrangers (Etats-Unis, Asie…), voir ce qu’ils font et importer ces produits qui n’existent pas encore chez nous. Ca donne une longueur d’avance. Si le produit se vend dans d’autres pays, il se vendra aussi chez nous (sauf s’il est spécifique au pays).

Olivier recommande de commencer par trouver un produit phare. On y ajoute ensuite des produits accessoires, et le tout forme un lot que l’on peut vendre ensemble.

Ensuite, on peut passer à un second lot.

Le produit phare doit avoir le minimum de failles possibles. Les critères à prendre en compte : des produits pas trop lourds, facilement transportables.

On peut aussi prendre le pendant : si on voit que plein de gens ne vendent pas ce produit-là car il est difficile à expédier. Par exemple : les produits d’aquariophilie, car les cuves n’arrivent pas en bon état. Le jour où quelqu’un trouve une solution pour que ces cuves arrivent en bon état, on a un nouveau marché.

2. Identifier le client qui va acheter ce produit ;

Une fois le produit identifié, il faut comprendre qui a ce besoin-là. C’est important car on ne s’adresse pas de la même manière à quelqu’un qui est à la retraite, va de temps en temps sur internet et ne le maîtrise pas super bien, qu’à un cadre qui rentre tard et est sur Linkedin.

Il faut connaître le client pour savoir s’adresser à lui dans un langage qui lui parle, trouver les bons canaux de communication, et faire cette communication au bon moment.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Une slasheuse à 10 000 followers | Interview de Julia Blachon

3. Définir ses éléments de différenciation.

Il faut ensuite savoir répondre à la question “Pourquoi acheter chez nous et pas les concurrents ?”

Si on crée son propre produit, on n’a pas de concurrence. Mais si on vend le produit d’autres personnes, on a la concurrence d’autres e-commerçants. Il faut donc définir pourquoi les clients devraient acheter chez nous, et pas chez eux.

Attention, cette différenciation ne doit pas se faire sur le prix. Car le jour où quelqu’un a le même prix, on ne se différencie plus. Le Marketeur Seth Godin a dit “Les personnes dont le seul argument est de vendre moins cher sont des personnes qui n’ont pas fait l’effort de comprendre en quoi c’était mieux d’acheter chez eux”.

Une bonne différenciation, à l’inverse, peut se faire sur les points suivants : on propose un super conseil, un super suivi, une expédition rapide, ou cumul de toutes ces choses-là. Avec ça, on part sur bases plus solides que la plupart des e-commerçants qui se lancent un peu au hasard.

Quel budget pour lancer un e-commerce ?

Les 3 budgets de lancement du e-commerçant

Quand on se lance, on a trois types de budgets à allouer

  • Stock ;
  • Création du site ;
  • Promotion du site.

Souvent on y réfléchit dans ce sens-là : on achète ses stocks, on paye pour la création du site, et on n’a plus rien pour faire la promotion. Ca, c’est la façon de réfléchir du e-commerçant.

Mais il faut raisonner dans l’autre sens et privilégier promotion. Il est possible de vendre sans site internet (en proposant d’envoyer un email si intéressé et derrière on gère la commande).

On n’a pas non plus besoin d’un stock de dingue au départ car on ne va pas forcément vendre tout ça. A la place, on peut faire préventes, qui apporteront le chiffre d’affaires nécessaire pour acheter le stock. Il vaut mieux ça qu’avoir du stock qu’on n’arrive pas à vendre.

Focus : le budget promotion

Le budget promotion peut aller dans les achats suivants :

  • Payer des gens pour s’occuper du référencement naturel (même si l’e-commerçant est le mieux placé pour le faire, d’après Olivier) ;
  • Investir dans une formation pour apprendre à le faire (SEO, réseaux sociaux…) ;
  • Payer quelqu’un pour créer des visuels.

Le type de promotion dépend du client idéal. Par exemple, si le produit s’adresse à des retraités peu à l’aise avec Facebook, on va éviter de faire de la publicité Facebook. Si le produit s’adresse à des professionnels, on peut faire de la promotion sur Linkedin.

Comment créer son site Internet e-commerce ?

Il est rare de développer son site e-commerce de A à Z.

D’abord parce qu’il existe des plateformes permettant de créer une boutique en ligne sans avoir besoin de s’y connaître en programmation :

  • Prestashop ;
  • Shopify ;
  • Magento (plutôt pour les commerçants);
  • Wizishop ;
  • L’extension Woo commerce sur WordPress.

Ensuite, parce que le jour où notre développeur n’est plus là et que l’on veut faire des changements, c’est beaucoup plus compliqué de trouver un développeur capable de reprendre ce code-là que d’en trouver un qui connaît bien Prestashop.

Combien de produits vendre sur son site e-commerce ?

Plus on vend de produits, plus on doit gérer de choses.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Pourquoi je suis devenue Digital Nomad

Sur sa boutique en ligne, Olivier propose 20 produits (des extensions Prestashop), dont 10 font son chiffre d’affaires (les dix autres étant des extensions dont les e-commerçants ont besoin de façon plus rare).

“C’est plus simple d’avoir 20 produits que 500 car tu sais sur quoi te concentrer. Et si je corrige un bug, il est corrigé pour 50% de mes clients.”, nous dit Olivier dans l’interview.

De plus en plus de sites e-commerce sont “monoproduits” : ils proposent un seul produit et juste un bouton “ajouter au panier”.

Comment référencer son site e-commerce ?

On peut référencer son site Internet par référencement naturel, c’est-à-dire que, quand les gens tapent un mot-clé dans Google, la boutique apparaît dans les premiers résultats.

C’est ce qu’Olivier apprend aux e-commerçants dans sa formation. Il aide des e-commerçants déjà établis à construire un référencement naturel efficace et durable. Le but : réduire le coût de promotion. Avantage corollaire : si Facebook ou d’autres marketplaces bloquent notre compte, on continue d’exister grâce à la promotion gratuite (le référencement naturel).

Et c’est ce qu’il a lui-même mis en place :

  1. Réfléchir aux mots-clés que les e-commerçants vont taper : les penser sous forme de problématique et pas de produit car les personnes qui ont un problème tapent le problème dans Google, pas la solution ;
  2. Rédiger des articles de blog qui traitent le problème : dans la réponse, plusieurs solutions, plus ou moins compliquées. Parmi elles, une solution est d’installer le module qu’Olivier vend.
  3. Certains mots-clés peuvent amener directement vers la fiche-produit, sur laquelle Olivier détaille ce que fait le module et un bouton permet de l’acheter.
  4. Aller voir d’autres sites et leur proposer de parler de son produit pour augmenter la popularité de la boutique d’Olivier.

Comment choisir ses fournisseurs ?

Si on travaille avec des fournisseurs, il faut qu’ils soient réactifs.

Si le produit qu’on vend est saisonnier, il faut avoir des fournisseurs “de remplacement” au cas où l’habituel ne nous livre pas. Sinon, pas de ventes, pas de chiffres d’affaires.

L’e-commerce, pour qui est-ce fait ?

D’après Olivier, quand on fait du e-commerce, il faut être courageux. Il faut avoir une réelle volonté d’aider ses clients et donc on ne peut pas être feignant. Il y a du travail, il faut maîtriser la vente, la relation fournisseur, un peu de technique. Donc être bosseur.

Comment commencer dès aujourd’hui ?

Tu es attiré(e) par le e-commerce et souhaite faire un premier pas dès aujourd’hui (ou demain) ? Tu peux commencer par lire le guide rédigé par Olivier : le Guide de A à Z pour créer sa boutique en ligne (avec toutes les étapes pour créer un site ecommerce).

Credit photo ouverture : Photo by Charles 🇵🇭 on Unsplash

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.