Se lancer

Manager son manager pour se sentir mieux au travail

Publié
Comment manager son manager ?

Cet article a été écrit par Julien, du blog Réussir Son Management. Merci à lui pour sa contribution.

 

Les relations avec notre manager sont essentielles pour se sentir bien au travail. En effet, si nous ne sommes pas en bons termes avec notre supérieur hiérarchique, nous allons rapidement ne plus être sereins. Il va nous être difficile de travailler efficacement voire de nous rendre au travail dans la joie et la bonne humeur. D’où l’intérêt de savoir manager son manager.

Manager son manager peut sembler être un concept très « Marketing ». En effet, dans la relation hiérarchique, c’est lui qui nous manage et pas l’inverse. Pourtant, c’est faux. Le management n’implique pas automatiquement de relations hiérarchiques. Je peux manager un collègue, mes enfants ou encore mon manager.

Pourquoi ? La raison est simple : le management est l’ensemble des techniques d’organisation et de gestion d’une entreprise. Celles-ci ont pour but de mettre en place des moyens afin d’atteindre des objectifs. Manager son manager, c’est donc mettre en œuvre des outils et techniques pour atteindre un objectif. C’est donc tout à fait possible.

Manager son manager peut donc nous permettre d’entretenir de bonnes relations, de gagner en sérénité, d’être plus efficaces au travail ou encore de développer son réseau d’influence. Voyons donc, dès à présent, quels sont les outils qui nous permettront d’atteindre ces objectifs.

 

1 – Utiliser l’intelligence émotionnelle 

Dans un premier temps, je souhaiterais évoquer un outil essentiel dans toutes les relations humaines : l’intelligence émotionnelle. Cette intelligence consiste à savoir identifier les émotions que nous ressentons dans une situation donnée, mais aussi de comprendre ce que les autres ressentent.

Nous savons tous qu’à situation égale nous pouvons tous réagir différemment. Imaginons un cambrioleur qui rentre chez nous. Nous pouvons très bien être en colère et l’agresser ou avoir peur et nous cacher. Se comprendre et mieux comprendre l’autre va nous être très utile pour manager son manager.

N’hésitons donc pas à conscientiser les émotions en nous posant les 2 questions suivantes : qu’est-ce que je ressens ? Qu’est-ce que ressent mon manager ?

Ainsi, il y a 4 grandes émotions :

  1. La peur : elle est présente lorsque nous sentons un danger réel ou imaginaire. Ainsi, en supprimant le danger, nous supprimons la peur. Peut-être que notre manager agit de telle ou telle manière parce qu’il a peur. En l’aidant à supprimer son danger, nous pourrions améliorer nos relations.
  2. La colère : elle survient lorsque nous ne nous sentons pas respectés ou que nos valeurs sont bafouées. C’est l’énergie du changement. En réintégrant du respect ou en nous mettant en phase sur les valeurs à défendre, nous pourrons améliorer nos relations avec notre manager.
  3. La tristesse : elle nous signale un manque. Ainsi, nous avons tendance à nous recroqueviller sur nous. En comblant le manque ou en faisant le deuil de ce qui n’est plus, nous irons mieux. Il en est de même pour notre supérieur hiérarchique.
  4. La joie : elle nous dit qu’un besoin a été satisfait. Elle nous donne l’énergie de communiquer avec les autres. Qu’est-ce qui rend joyeux notre manager ? Ainsi, nous l’inviterions à communiquer sereinement et à avoir une attitude bienveillante. 

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  7 sites pour partir en Voyage entre Digital Nomads

2 – Se définir un objectif pour manager son manager

Le second point, pour savoir manager son manager, est surtout de savoir ce que nous voulons et pourquoi nous allons le faire. Comme dans tous projets, si nous ne savons pas où nous allons, nous risquons de n’arriver nulle part. Pour cela, je vous conseille cet outil en 4 étapes :

La première étape est de bien noter la situation qui nous pose problème avec notre manager. Est-ce que nous ne partageons pas les mêmes valeurs ? Est-ce qu’il nous coupe tout le temps la parole devant le reste de l’équipe ? Ressentons-nous un problème de confiance avec lui ? Etc.

Une fois que nous avons identifié la situation bloquante, nous allons chercher à comprendre l’émotion que nous ressentons. Comme nous venons de le voir, elles vont nous donner de précieuses indications sur la manière dont nous vivons la situation.

Ensuite, nous nous demanderons : quel est mon objectif ? En effet, si notre manager nous met en colère parce qu’il nous coupe la parole, alors nous aurons comme objectif de nous faire respecter et de faire en sorte qu’il ne nous coupe plus la parole en collectif.

C’est différent d’une situation où nous avons peur que notre manager ne nous fasse plus confiance. Car dans ce cas, nous devrons nous fixer comme objectif de vérifier si vraiment notre manager ne nous fait plus confiance et si tel est le cas, d’agir pour regagner sa confiance.

 

3 – Mettre en œuvre une relation de confiance

Manager son manager, c’est comprendre que mettre en œuvre une relation de confiance est la responsabilité de chacun. Nous ne pouvons pas attendre de notre manager qu’il fasse tous les efforts, soit responsable de tout et surtout fasse constamment le premier pas. Ce serait même nous mettre en position de victime et cela nuirait donc à notre capacité de nous mettre en dynamique.

Nous devrons donc avoir la bonne attitude pour faire la part de notre travail dans la construction de la relation de confiance. Pour cela, je vois 5 points majeurs à respecter :

  1. Être exemplaire pour faire ce que nous disons et ce que nous attendons des autres.
  2. Tenir ses engagements. Lorsque nous nous engageons par rapport à notre manager, en tenant nos engagements, nous favorisons sa capacité à en faire de même.
  3. Garder la confidentialité : ce qui se passe dans la relation entre mon manager et moi-même ne concerne que mon manager et moi. Afficher certains sujets sur la place publique risquerait de créer des interférences dans la relation.
  4. S’intéresser sincèrement à l’autre. Savoir comprendre l’autre, c’est apprendre à le connaître. Ses enfants ? Sa situation maritale ? Ses expériences passées ? Ses passions ? Etc. Le tout doit être sincère sinon la personne aura des difficultés à se confier.
  5. Reconnaître ses torts : la mauvaise foi va nuire à la relation de confiance. En effet, si nous faisons une erreur et que nous cherchons à le cacher, alors la relation sera bancale. Cela créera du doute dans l’esprit de notre interlocuteur.

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  [21/27] Comment Valider tes Idées de métier ? | PODCAST "Trouver Sa Voie"

4 – Communiquer efficacement pour manager son manager

Il est aussi essentiel de bien communiquer. Prendre la parole pour exprimer un sujet et bien se faire comprendre ne consiste pas simplement à choisir les bons mots. Il faudra aussi être précis et exprimer ce qui se passe au fond de nous.

Pour cela, le Protocole de Communication Non Violente est un outil majeur :

Dans un premier temps, nous ferons part de la situation problématique en étant concrets. Il ne faudra pas être approximatif, mais bien s’appuyer sur des faits vérifiables et vérifiés.

Ensuite, nous ferons part de notre émotion : « je suis en colère », « je suis triste », ou encore « j’ai peur ». Nous avons tous des émotions. Si quelqu’un nous dit qu’il a peur, nous le comprenons tout de suite parce que nous savons ce qu’est la peur.

Nous poursuivrons directement en expliquant notre besoin. (« Je suis en colère ») parce que j’ai besoin de pouvoir vous faire confiance. (« Je suis triste ») parce que j’ai besoin de relation saine. (« J’ai peur ») parce que j’ai besoin de savoir que j’ai ma place, etc.

Enfin, nous terminerons par une demande claire : pouvez-vous me prévenir la prochaine fois ? Êtes-vous d’accord pour recommencer à zéro et repartir sur de bonnes bases ? etc.

Ainsi, nous aurons exprimé la situation problématique, notre émotion, notre besoin et ferons avancer les choses à travers notre demande.

 

5 – Gérer les conflits

En soi, un conflit est un excellent moyen d’avancer et de se mettre d’accord sur des sujets sensibles ou des zones d’ombre. Mais pour cela, le conflit doit être bien géré. Ainsi, dans le cadre de la relation avec son manager, nous devrons être vigilants aux conflits.

Dans un premier temps, nous devrons régulièrement faire le point et demander à notre supérieur hiérarchique si « tout va bien » et s’il a des sujets à évoquer avec nous. Ainsi, nous anticiperons de potentiels sujets sensibles.

De plus, le protocole de Communication Non Violente doit nous aider à mieux nous exprimer pour éviter l’apparition de conflit. Si un conflit éclate, il sera aussi très utile pour nous exprimer au mieux.

Une fois le conflit en place, nous aurons différentes solutions pour en sortir :

  1. Laisser tomber, car le sujet a peu d’importance à nos yeux. Il faudra donc lâcher prise et passer à autre chose.
  2. Prendre le dessus parce que le sujet est très important pour nous. Dans ce cas, comme nous n’avons pas de pouvoir hiérarchique, nous devrons trouver les bons arguments. Comprendre les enjeux de notre manager, comprendre ses émotions et utiliser des arguments rationnels et justifiés nous permettra d’être le plus percutants possible. Mais attention, nous n’aurons pas le dernier mot.
  3. Trouver un compromis peut nous permettre d’avancer tout en laissant notre supérieur hiérarchique avancer lui aussi. Tout ne sera pas parfait et satisfaisant, mais nous aurons préservé l’égo et les valeurs de chacun tout en maintenant notre projet en vie.
  4. Trouver une solution autre qui permette à chacun de satisfaire sa volonté et son projet à 100%. Cette solution est idéale, mais elle peut demander beaucoup de travail. Pour autant, existe-t-elle réellement ? Ce sera le risque à prendre pour assurer une satisfaction totale à chacun.

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  [18/27] Etape 1 : Salariat ou indépendance ? | PODCAST "Trouver Sa Voie"

En conclusion pour manager son manager

Comme nous venons de le voir, manager son manager, c’est savoir utiliser :

  1. L’intelligence émotionnelle
  2. Se fixer un objectif précis
  3. Mettre en œuvre une relation de confiance
  4. Communiquer efficacement
  5. Gérer les conflits

 

Pour autant, n’oublions pas un dernier point : l’égo. Nous avons tous notre égo, notre moi, qui est présent et qui peut être très susceptible. Personnellement, nous pouvons nous vexer de l’attitude de notre manager. Nous devrons donc lâcher prise pour l’accepter. C’est en notre pouvoir donc c’est tout à fait possible.

Mais nous devons prendre conscience que si nous vexons notre manager, nous n’avons pas en notre pouvoir la capacité de lâcher prise à sa place. Et si nous le vexons, la communication risque d’être extrêmement difficile. Alors, soyons vigilants aux mots que nous employons et à la gestion de nos émotions.

 

Cet article a été écrit par Julien Godefroy du blog Réussir Son Management. N’hésitez pas à vous rendre sur son blog pour recevoir gratuitement son eBook « Comment avoir des équipes plus motivées et plus efficaces ? »

 

Photo de couverture : Icons8 team on Unsplash

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.